Jean Fournet-Fayard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fournet.

Jean Fournet-Fayard

Naissance 19 décembre 1931 (82 ans)
Lyon
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Dirigeant du football
Activité principale
Président de la FFF (1985-1993)
Autres activités
Pharmacien

Jean Fournet-Fayard, né le 19 décembre 1931 à Lyon, est un footballeur puis dirigeant sportif français. Il est le président de la Fédération française de football de 1985 à 1993. Depuis, il est président d'honneur de la Fédération Française de Football.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en tant que joueur[modifier | modifier le code]

Au poste de défenseur, il est révélé sous le maillot du SO Pont-de-Chéruy en DH.

International juniors, il est champion d'Europe juniors lors du tournoi organisé aux Pays-Bas en 1949.

En 1950, il signe un contrat professionnel de deux ans au SCO d'Angers (saison 1950/1951 : 5 matches, 0 but) en D2, avant qu'une blessure à un ménisque ne l'incite à privilégier ses études de pharmacie.

Carrière en tant que dirigeant[modifier | modifier le code]

Il regagne ensuite sa ville de Lyon où il devient tour à tour entraîneur-joueur, entraîneur, président de clubs de la région (Pont-de-Chéruy, ASU Lyon), puis membre du Conseil Fédéral de la Fédération française de football. En parallèle, il mène une carrière professionnelle qui le conduit jusqu'à la direction de Lipha, une importante société pharmaceutique de 2 000 salariés.

En 1985, Fournet-Fayard est élu à la tête de la FFF pour succéder à Fernand Sastre. Sous sa présidence, les succès sont d'abord au rendez-vous. La vigoureuse poursuite de la politique de formation amorcée dans les années 1970 se traduit par des progrès constants pour les clubs français dans les compétitions européennes, à l'exemple de l'AS Monaco, du Paris-Saint-Germain, et surtout de l'Olympique de Marseille. Après un sérieux passage à vide en 1986-90, l'équipe de France se qualifie brillamment pour l'Euro 1992 sous la direction de Michel Platini, que Fournet-Fayard a nommé à la tête de la sélection en octobre 1988 en remplacement d'Henri Michel après un calamiteux match nul à Chypre.

La suite est beaucoup moins heureuse. C'est d'abord le drame de Furiani, le 5 mai 1992, lors duquel l'effondrement d'une tribune provisoire fait 18 morts et plus de 2 300 blessés. La responsabilité de la FFF est mise en cause et Fournet-Fayard se retrouve sur le banc des accusés au procès de la catastrophe. Relaxé, il refuse les appels à la démission mais sa présidence est désormais fragile.

C'est ensuite l'affaire VA-OM à l'été 1993. À mesure que l'étau se resserre sur Bernard Tapie et la tentative de corruption de son adversaire valenciennois en championnat à quelques jours de la finale européenne de l'OM contre le Milan AC, les questions fusent sur le rôle de Fournet-Fayard. Celui-ci aurait ainsi promis des sanctions sportives allégées à certains joueurs valenciennois en échange de témoignages à charge qui précipiteraient l'expulsion de Tapie du milieu du football. L'affaire est encore en cours quand survient le funeste 17 novembre 1993.

Ce soir-là, l'équipe de France perd à l'ultime seconde son dernier match éliminatoire face à la Bulgarie et se voit éliminée de la Coupe du Monde 1994. Un point en deux matches à domicile suffisait pour se qualifier mais la France n'en a pris aucun. Pourtant, lors du tirage au sort, il estimait que les temps avaient bien changés depuis que les Bulgares avaient éliminés les tricolores en éliminatoires pour la coupe du monde 1962. La tempête médiatique qui se déchaîne met en évidence de graves lacunes dans le fonctionnement de l'équipe nationale : un sélectionneur (Gérard Houllier) à l'autorité incertaine, une atmosphère de suffisance généralisée qui se traduit sur le terrain par une défaite à Paris face à la modeste équipe d'Israël, l'influence en coulisses des journalistes et de certains "grands anciens" via le Variétés Club de France. Nombre de ces problèmes sont du ressort direct du président, dont la position est devenue intenable. Fournet-Fayard en tire les conséquences et démissionne de toutes ses fonctions à la FFF le 29 novembre 1993.