Jean Flory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flory.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Jean Flori.

Abbé Jean Flory

alt=Description de l'image IHS-monogram-Jesus-medievalesque.svg.
Nom de naissance Jean Flory
Naissance 1886
Lure (Haute-Saône)
Décès 9 mai 1949 (à 63 ans)
Montbéliard (Doubs)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Prêtre,
écrivain,
conférencier
Formation
Licence de théologie

Jean Flory est un prêtre catholique, résistant et pédagogue français. Il a été archiprêtre de la cathédrale de Montbéliard. Né en 1886 à Lure (Haute-Saône) et décédé le 9 mai 1949 à Montbéliard (Doubs), il a été inhumé à Thann.

Biographie[modifier | modifier le code]

Séminariste à Delle. Études de théologie à Besançon.

  • 1914 - 1918 : Aumônier militaire
  • 1921 - 1937 : Aumônier du Lycée de Besançon
  • 1937 - 1949 : Archiprêtre de Montbéliard

Jean Flory défia les Allemands à Noël 1942 en rappelant l’origine juive de Jésus, Marie et Joseph, auxquelles il colla des étoiles jaunes.

Ami du Père Pierre Chaillet, il fut actif au sein du réseau des « Cahiers du Témoignage chrétien » pendant la seconde guerre mondiale. Pierre Bockel fut un de ses disciples[1]..

Hommages[modifier | modifier le code]

  • À Montbéliard, le parvis de la cathédrale porte son nom
  • À Thann en Alsace, d’où sa famille était originaire et où il est inhumé, une rue porte son nom

Notes et références.[modifier | modifier le code]

  1. « Je soutenais mal son regard perçant d’intelligence et de malicieuse bonté qui s’obstinait sur moi. Ma timidité de garçon de quinze ans, mal dans sa peau, tourmenté, complexé, me rendait insupportable ce face à face silencieux. Enfin, il se mit à parler : “ N‘est-ce pas que la vie est belle ? “ me demanda-t-il. “ Oh ! que non ! ” lui répondis-je d’instinct et d’un ton d’adolescent malheureux à qui l’internat ne laissait le choix qu’entre le rêve mystique et la tristesse romantique. La riposte fut aussi rapide qu’inattendue : une gifle… mais avec un tel sourire ! J’avais trouvé en l’abbé Flory mon maître et mon grand ami » « L’Enfant du rire », pp.25-26.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L’Enfant du rire, préface d’André Malraux, Grasset, Paris 1973. Rééd. 1991, 204 p. (ISBN 9782246003526)
  • Chrétiens et Juifs sous Vichy, 1940-1944 : sauvetage et désobéissance civile, Limore Yagil, Éd. du Cerf, Paris, 2005, p. 601 et suiv. (ISBN 9782204075855)
  • L’abbé Flory (1886-1949), documents et témoignages recueillis par Joseph Ball, 337 p, Besançon, 1978
  • Témoins de l’Évangile : quinze siècles d’écrits spirituels d’auteurs comtois, Jean Thiébaud, préface de Mgr Lucien Daloz, l'Harmattan, 1999, 390 pages (ISBN 9782738486004)