Jean Fayard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jean Fayard (général)

Jean Fayard

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Fayard en 1931 à l'occasion de l'obtention du prix Goncourt

Activités Écrivain, journaliste, éditeur
Naissance 1902
Paris
Décès 1978
Langue d'écriture français
Genres roman
Distinctions Prix Goncourt (1931)

Œuvres principales

Jean Fayard, né en 1902 et mort en 1978, est un écrivain et journaliste français, lauréat du Prix Goncourt en 1931. Il fut également directeur des éditions Fayard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Fayard est le petit-fils du fondateur des éditions Fayard et le frère ainé d'Yvonne Fayard. À la mort de son père, Joseph-Arthème Fayard, en 1936, il reprend la tête de la maison d'édition familiale.

En juillet 1940, il est présent à Londres et participe à l'élaboration de la première publication de la France libre, le journal Quatorze Juillet, mais dès la fin de ce mois, il retourne en France[1] et retravaille dans sa maison d'édition qui fait notamment paraitre le journal Candide [2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1924 : Deux ans à Oxford ?, F. Paillart.
  • 1925 : Dans le monde où l'on s'abuse, Fayard.
  • 1925 : Journal d'un colonel, Éditions de la nouvelle revue française.
  • 1926 : Trois quarts de monde, Fayard.
  • 1928 : Oxford et Margaret, Fayard.
  • 1928 : Madeleine et Madeleine, Gallimard.
  • 1928 : Bruxelles, Émile-Paul frères.
  • 1931 : Mal d'amour, Fayard — prix Goncourt.
  • 1932 : Dialogue sur l'argent, éditions des Cahiers Libres
  • 1933 : Liebesleid, R. Piper.
  • 1937 : La Féerie de la rue, Grasset.
  • 1941 : Mes maitresses, Fayard.
  • 1941 : La Chasse aux rêves, librairie Arthème Fayard, Le Livre de Demain, 26 bois originaux de Jean Lébédeff.
  • 1945 : Roman, Fayard.
  • 1945 : L'Allemagne sous le Croix de Lorraine
  • 1961 : Le Cinéma à travers le monde (essai) coécrit avec Louis Chauvet et Pierre Mazars
  • 1974 : La Guerre intérieure, Stock
  • 1977 : Je m'éloigne, Plon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Quatorze Juillet par Jean-Louis Crémieux-Brilhac
  2. Historique sur le site des éditions Fayard.