Jean Deuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le colonel Jean Deuve est un militaire, officier de renseignement et écrivain français, auteur de nombreux ouvrages sur le Laos, où il a passé vingt ans, notamment en tant que chef de poste du service de documentation extérieure et de contre-espionnage (actuelle DGSE).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du capitaine de vaisseau François Deuve et de Geneviève Le Monnier de Gouville, né en Normandie en 1918 et mort en , marqué à vie par le scoutisme (chevalier de France, à Brest), Jean Deuve participe à la Seconde Guerre mondiale en tant qu'officier. Blessé près de Sedan lors de la campagne de France, il est d'abord affecté au Niger, puis il rejoint en Inde dès 1943 une unité spéciale placée sous commandement britannique, la Force 136 du Special Operations Executive, chargée par le haut commandement allié, sous les ordres de Lord Louis Mountbatten, des opérations clandestines dans les territoires du sud-est asiatique contrôlés par les Japonais, alors les maîtres absolus de toute l’Asie du Sud-Est, tant continentale qu’insulaire. Cette unité d’élite fit sauter, entre autres, le pont de la rivière Kwai, action immortalisée par Le Pont de la rivière Kwaï roman de Pierre Boulle et surtout par film de David Lean qui en fut tiré. Son parachutage, avec neuf autres membres de la Force 136, dans la nuit du 21 au 22 janvier 1945 dans la province Nord du Laos, à Paksane, est simultanément un saut dans vingt ans d'intrigues politiques laotiennes et de manœuvres diplomatiques régionales et internationales.

D'abord chef d'un groupement de guérilla anti-japonais, puis chef de service de renseignements, directeur de la police lao, conseiller politique du premier ministre du royaume jusqu'en 1964, puis plus tard membre de plusieurs unités de recherche associées au CNRS et à l'École pratique des hautes études, Jean Deuve est un témoin exceptionnel de l'histoire du Laos.

De 1965 à 1968, Jean Deuve est chef de poste (responsable de l'Extrême-Orient) du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE) au Japon sous couverture d’attaché militaire. En 1969 il revient en France et est affecté à la Direction générale de ce service avec le grade de colonel. Il est alors responsable des Pays de l'Est, de l'Asie et de l'Océanie. De 1974 à 1978, il est haut fonctionnaire, directeur de l'ensemble de la recherche du renseignement et de toutes les infrastructures du SDECE à l'étranger.

Après 1979 et jusqu'à son décès en 2008, il se consacre à la rédaction d'une quinzaine d'ouvrages et de nombreux articles dans des revues spécialisées sur l'histoire contemporaine du Laos et sur l'histoire médiévale du Duché de Normandie. Spécialiste renommé des serpents d'Indochine, il est nommé Attaché au Muséum national d'histoire naturelle.

En 1991, pour Les services secrets normands, paru chez Corlet, Jean Deuve a reçu le Prix Guillaume le Conquérant de la Société des auteurs de Normandie.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Les serpents du Laos, 251 pages, ORSTOM, Paris, 1970.
  • L'épopée des Normands d'Italie, 147 pages, Charles Corlet Éditions, 1995.
  • Seigneur de l'ombre, Corlet, 1995.
  • La guerre des magiciens : l'intoxication alliée, 1995.
  • Guérilla au Laos, Paris, Harmattan,‎ 1997 (ISBN 2-7384-4853-4).
  • Les femmes normandes dans l'histoire du duché, Corlet, janvier 2002.
  • Mirabelle agent secret, Corlet, 2002.
  • Le royaume au Laos, L'Harmattan, 2003.
  • Le service de renseignement des Forces françaises au Laos.
  • La guerre secrète au Laos contre les communistes.
  • Histoire secrète des stratagèmes de la Seconde Guerre mondiale, Nouveau Monde, février 2008.
  • David Smiley, Au cœur de l’action clandestine des Commandos du MI 6, L’Esprit des Lettres, 2008
    Dernière contribution de Jean Deuve : compte rendu de lecture des mémoires du colonel David Smiley publié dans la revue Guerres mondiales et conflits contemporains, no 233, mars 2009, Presses Universitaires de France (ISBN 978-2-13-057257-2).

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur Jean Deuve[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Nécrologies[modifier | modifier le code]

Sur la Force 136[modifier | modifier le code]

  • (fr) Jean Le Morillon, Un Breton en Indochine. Mission "Oiseau mouche", Cheminements, collection Gens d’Ici, 2000, ISBN 2-84478-106-3. Jean Le Morillon, officier du BCRA, de la Force 136 puis de la DGSE, parachué au Laos en 1945.
  • (fr) Bob Maloubier, Plonge dans l’or noir, espion !, Robert Laffont, 1986, ISBN 2-221-04722-2.
  • (fr) Claude Faure, Aux Services de la République, du BCRA à la DGSE, Fayard, 2004.
  • (en) David Smiley, Irregular Regular, Norwich, Michael Russell, 1994.
    Mémoires d'un officier du SOE en Albanie en 1943-44 puis du SOE en Asie du Sud-Est et enfin du MI6 après guerre (Pologne, Albanie, Oman, Yémen).
    • (fr) Publié en français sous le titre Au cœur de l’action clandestine. Des Commandos au MI6, L’Esprit du Livre Éditions, 2008, ISBN 978-2-915960-27-3.

[réf. nécessaire]