Jean Desailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desailly.

Jean Desailly

Nom de naissance Jean Marcel Desailly
Naissance
Paris, France
Nationalité France Française
Décès (à 87 ans)
Paris, France
Profession Acteur, metteur en scène
Films notables La Symphonie pastorale
Occupe-toi d'Amélie
Les Grandes Manœuvres
Maigret tend un piège
Les Grandes Familles
La Peau douce
Le Baron de l'écluse

Jean Desailly, né le à Paris 13e[1] et mort le à Paris[2],[3], est un acteur français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il fait ses classes au Conservatoire de Paris après un passage à La Roulotte, une compagnie dirigée par André Clavé. Il sort du Conservatoire avec le premier prix, puis entre à la Comédie-Française en 1942 pour jouer des rôles de jeune premier. Il y rencontre Jean-Louis Barrault qui monte des pièces (Phèdre, Le Soulier de satin…).

Il rejoint Barrault qui fonde sa compagnie en 1946 avec Renaud. Dans cette troupe, installée au Théâtre Marigny, il va connaître une très riche vie professionnelle et privée. Il y retrouve surtout Simone Valère avec qui il avait joué en 1943 dans Le Voyageur de la Toussaint de Louis Daquin. Ce fut pour eux, dix années de succès, lors desquelles ils jouent dans Les Fausses Confidences, Intermezzo, Occupe-toi d'Amélie, La Cerisaie…, il connut aussi quelques échecs comme Bérénice et Le Songe d'une nuit d'été.

Après 1956, il rejoint la troupe du Théâtre de l'Odéon qui va sur décision du ministre de la Culture, André Malraux, être confié en 1959 à la compagnie Renaud-Barrault et renommé Odéon-Théâtre de France. Il connaît un nouveau succès avec le Mariage de Figaro où il joue les deux rôles principaux, Figaro en province et le Comte Almaviva à Paris. Il connaît aussi le succès dans Il faut passer par les nuages de François Billetdoux.

Jean Desailly débute au cinéma dans des rôles de jeunes premiers un peu fades. Avec l'âge, il campe des rôles plus fouillés et cinq de ses prestations sont particulièrement remarquables :

  • le mari impuissant et assassin de Maigret tend un piège (1958) où, dans une scène d'anthologie face à Jean Gabin (Maigret), il livre un portrait de psychopathe hallucinant ;
  • il affronte à nouveau Jean Gabin dans le film de Denys de La Patellière Les Grandes Familles (1958), tiré du roman éponyme de Maurice Druon ;
  • le commissaire, dans Le Doulos de Jean-Pierre Melville ;
  • dans La Mort de Belle (1961) où, encore bien assis socialement, suspecté de meurtre, il devient assassin ;
  • dans La Peau douce (1964) où il campe avec finesse et sensibilité un homme partagé entre une liaison adultère et son statut social.

Au début des années 1960, il joue pour la télévision dans Le Chevalier de Maison-Rouge qui fut une grand feuilleton populaire, ce qui lui permet de relancer sa carrière au cinéma qui lui offre alors quelques beaux rôles. Après , et la fin de la direction du couple Renaud-Barrault au le théâtre de l'Odéon, commencent pour le couple Desailly-Valère quelques années difficiles.

Dans les années 1970, ils prennent la direction successivement du Théâtre Hébertot (Le Légume, L'Amour fou), puis du Théâtre Edouard VII avant de prendre la succession d'André Bernheim au Théâtre de la Madeleine de 1980 à 2002. Il a souvent joué des rôles de bourgeois aisé.

En 1989, on le retrouve dans l'adaptation télévisée des Grandes Familles, où il joue le rôle de l'abbé Boudret, ami de la famille Schoudler-De la Monnerie.

En 2002, ils jouent leur ultime succès, La Maison du lac, une pièce d'Ernest Thompson, mise en scène par Georges Wilson.

À sa mort, sa mémoire est saluée par le président Nicolas Sarkozy qui rend hommage à « son immense talent au service d’auteurs dont il savait sublimer les textes »[4] et par la ministre de la Culture Christine Albanel, qui évoque « un merveilleux acteur qui incarnait naturellement et à un degré supérieur, la distinction et « le charme discret de la bourgeoisie » dans chacun de ses rôles. »[5] Il est inhumé à Vert-le-Petit (Essonne).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédie-Française 1942-1946[modifier | modifier le code]

Compagnie Renaud-Barrault 1946-1968[modifier | modifier le code]

Théâtre Hébertot 1972-1975[modifier | modifier le code]

Théâtre Edouard VII 1976-1977[modifier | modifier le code]

Théâtre Marigny 1978[modifier | modifier le code]

Théâtre de la Madeleine 1980-2002[modifier | modifier le code]

Voxographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Divorcé de la comédienne Nicole Desailly, Jean Desailly s'est remarié avec Simone Valère après 48 ans de vie commune, le à la mairie du 6e arrondissement de Paris. Elle fut très souvent sa partenaire sur les planches comme au cinéma.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Jean Desailly-Simone Valère (en collaboration avec Jean-Marc Loubier) : Un destin pour deux. Ramsay. 1996

Références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de naissance no 13/253/4038/1920
  2. Extrait de décès no 73/2008
  3. Annonce de la mort dans le Figaro.fr du 12 juin 2008
  4. Hommage de M. le Président de la République à Jean Desailly, comédien et acteur français, 12 juin 2008
  5. Hommage de Christine Albanel à Jean Desailly, 12 juin 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]