Jean Delvaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Delvaux, mort le 2 avril 1597, est un moine bénédictin de l'abbaye de Stavelot, condamné et exécuté pour sorcellerie.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1595, un grand scandale eut lieu parmi les moines de l'abbaye de Stavelot dans les Ardennes belges. Le moine Jean Delvaux prétendait qu'alors âgé de 15 ans et faisant paître les moutons de son père, il rencontra un homme dans la forêt qui lui promettait maintes richesses s'il le suivait, ce qu'il fit. En contrepartie, il reçut deux marques sur ses épaules. Cet homme lui raconta encore qu'il serait moine un jour et lui promit qu'il deviendrait abbé. Plus tard, il devint effectivement moine et découvrit beaucoup de magiciens parmi les moines et les prêtres. Il prétendit qu'il y avait neuf sociétés de sorciers dans les Ardennes qui se réunissaient la nuit avec les démons pour manger, danser et forniquer.

Delvaux fut arrêté sur ordre d'Ernest de Bavière, prince-évêque de Liège. Une enquête eut lieu. En route pour l'abbaye de Stavelot, le charroi de la commission d'enquête se brisa et Delvaux déclara par la suite que c'était l'œuvre d'un démon. Lors de ses interrogatoires, il accusa plus de 500 personnes de sorcellerie. Jusqu'au 10 janvier 1597, ces personnes furent entendues par les enquêteurs. D'abord soupçonné de folie, Jean Delvaux fut 'soumis à la question' où il maintint toutes ses allégations. Il fut finalement reconnu coupable du crime de sorcellerie et condamné à mort. Suite à son repentir et sa demande de pardon à Dieu, il est décapité le 2 avril 1597, et non pas brûlé sur le bûcher comme le voulait l'usage.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Procès pour sorcellerie en Ardenne, Walthère Jamar, Chevron dans le passé