Jean Delay (évêque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Delay
Biographie
Naissance 19 décembre 1879
Lorette
Ordination sacerdotale 5 octobre 1902
Décès 6 décembre 1966 (à 86 ans)
Vernaison
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 29 octobre 1928 par le
card. Louis-Joseph Maurin
Archevêque de Marseille
31 janvier 19386 septembre 1956
Marc-Armand Lallier Suivant
Évêque de Marseille
14 août 193731 janvier 1938
Précédent Maurice-Louis Dubourg

Ornements extérieurs Archevêques.svg
Blason à dessiner.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Delay et Delay.

Jean Delay, né à Lorette (Loire) le 19 décembre 1879 et décédé à Vernaison (Rhône) le 6 décembre 1966 a été évêque de Marseille de 1937 à 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille d’industriels de la Loire, Jean Delay est né à Lorette le 19 décembre 1879. Il fait ses études chez les maristes à Saint-Chamond puis au séminaire français de Rome. Ordonné prêtre en octobre 1902, il fut en 1928 auxiliaire de Louis-Joseph Maurin cardinal archevêque de Lyon, en résidence à Saint-Étienne.

Il est affecté au siège épiscopal de Marseille en 1937 jusqu’en 1956. Il dirige donc l’Église de Marseille pendant la période particulièrement éprouvante et difficile de la Seconde Guerre mondiale. Après la défaite de la France, Mgr Delay exprime sa désolation : « Comment traduire nos angoisses, nos déceptions, notre immense tristesse devant le destin douloureux de notre chère patrie? »[1]

Au début de l’occupation, comme beaucoup de Français, il accorde une certaine confiance au régime de Vichy. Mais, très inquiet des arrestations des juifs, il proteste vigoureusement dès 1942 dans une lettre pastorale : « Arrêter en masse, uniquement parce qu’ils sont juifs et étrangers, des hommes, des femmes et des enfants qui n’ont commis aucune faute personnelle, dissocier les membres d’une même famille et les envoyer peut-être à la mort, n’est-ce pas violer les lois sacrées de la morale et les droits essentiels de la personne humaine et de la famille, droits qui viennent de Dieu ? »[2]. C’est en vertu de cette position courageuse que le Président de la République française, Jacques Chirac, a dit dans son message pour l’inauguration de la clairière des justes à Thonon-les-Bains : « Justes Mgr Saliège à Toulouse, Mgr Delay à Marseille, le pasteur Boegner et tant d’autres qui, profondément blessés dans leur foi et leur dignité de chrétiens, réagirent publiquement et tentèrent d’intervenir auprès des autorités de Vichy. » [3].

Le 5 mai 1947 Mgr Delay consacra l’église du Sacré Cœur à Marseille et dit la première messe. Par une bulle du 31 janvier 1948 le pape Pie XII érigea l’évêché de Marseille en archevêché. Le nonce Mgr Roncalli, le futur pape Jean XXIII, présida le 27 mai 1948 la cérémonie d’intronisation du nouvel archevêque en présence de Mgr Louis Paul Rastouil, évêque de Limoges, et de Mgr Biéchy, vicaire apostolique de Brazzaville[4].

Dans un souci de rapprocher l’Église du prolétariat, l’expérience des prêtres ouvriers avait été lancée à Marseille mais dès 1953 Mgr Delay décida de rappeler les prêtres ouvriers de son diocèse.

Le 6 septembre 1956 Mgr Delay, âgé de 77 ans, démissionne pour raison de santé. Il décède le 6 décembre 1966 dans la maison des prêtres de Saint François de Sales à Vernaison (Rhône).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Académie de Marseille, Dictionnaire des marseillais, Edisud, Marseille, 2001, page 117 (ISBN 2-7449-0254-3)
  • Jean Rémy Palanque, Le diocèse de Marseille, Letouzey & Ané, Paris 1967, pages 288-292.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Rémy Palanque, Le diocèse de Marseille, Letouzey & Ané, Paris 1967, page 288
  2. André Sauvageot, Marseille dans la tourmente, éditions Ozanne, Paris, 1949, page 157
  3. Archives de la présidence de M. Jacques Chirac, interventions, Lettres et messages, 1997, 2 novembre
  4. Pierre Guiral et Paul Amargier, Histoire de Marseille, Mazarine, 1983, (ISBN 2-86374-078-6[à vérifier : isbn invalide]) page 329