Jean Dalibard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Dalibard, né le 8 décembre 1958, est un physicien français, professeur à l'École Polytechnique, chercheur à l'École normale supérieure, membre de l'Académie des sciences et Professeur au Collège de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Dalibard a fait ses études supérieures à l'École normale supérieure et à l'université Paris-VI de 1977 à 1981. Après l'obtention de la licence de physique, de la maîtrise de physique et du diplôme d'études approfondies, il obtient en 1981 le doctorat de troisième cycle avec la thèse « Étude des corrélations temporelles entre photons de fluorescence » préparée sous la direction de Claude Cohen-Tannoudji. Nommé professeur agrégé de physique en 1981, il est scientifique du contigent à l'Institut d'optique dans l'équipe d'Alain Aspect, puis est détaché au Centre national de la recherche scientifique en tant qu'attaché de recherche. Après l'obtention de son doctorat d'État ès sciences physiques avec la thèse « Le rôle des fluctuations dans la dynamique d'un atome couplé au champ électromagnétique » soutenue à l'université Paris-VI en 1986, il est nommé chargé de recherche du CNRS puis directeur de recherche 6 ans plus tard. Il est professeur chargé de cours à l'École Polytechnique de 1989 à 2002, puis professeur depuis 2003. Il est spécialiste d'optique quantique et travaille au Laboratoire Kastler Brossel de l'École normale supérieure. Il est membre de Académie des sciences. Depuis avril 2013, il est titulaire de la chaire "Atomes et rayonnement" au Collège de France.

Marié à Barbara Dalibard, ancienne élève de l'École normale supérieure, anciennement directrice exécutive chargée de Orange Business Services & des activites Entreprises à France Télécom et directrice de la branche SNCF Voyages, il a 3 enfants.

Travaux[modifier | modifier le code]

Violation de l'inégalité de Bell[modifier | modifier le code]

Il participe aux expériences d'Alain Aspect qui invalide les inégalités de Bell et apporte une réponse expérimentale au paradoxe EPR.

Refroidissement d'atomes par laser et optique quantique[modifier | modifier le code]

En piégeant les atomes par laser, il étudie le refroidissement Sisyphe et propose le principe du piège magnéto-optique puis met en évidence la modulation de phase d'une onde de De Broglie et le phénomène de diffraction temporelle.

Tourbillons quantique et micro-condensat[modifier | modifier le code]

Il étudie les vortex contenus dans les condensats de Bose-Einstein et comprend leurs formes et leurs dynamiques. Pour mettre en évidence des corrélations quantiques, Jean Dalibard étudie des états fortement corrélés d'atomes ultra-froid.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i [1]
  2. [2]
  3. [3]
  4. 2012 Davisson-Germer Prize in Atomic or Surface Physics Recipient

Liens externes[modifier | modifier le code]

Professeur au Collège de France