Hubert de Givenchy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean Claude de Givenchy)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le couturier ; pour les parfums, voir Parfums Givenchy ; pour la maison de couture, voir Givenchy
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Givenchy (homonymie).

Hubert de Givenchy

Nom de naissance Hubert James Marcel Taffin de Givenchy
Naissance 20 février 1927 (87 ans)
Beauvais (Oise)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession
Distinctions

Le comte Hubert Taffin de Givenchy, né le 20 février 1927 à Beauvais (Oise), est un grand couturier, créateur de la marque de haute couture française Givenchy.

Il débute chez divers couturiers puis donne son nom à une maison de couture en 1952, puis une maison de parfums quelques années après. Il aura tout au long de sa carrière Cristóbal Balenciaga comme mentor, qui le soutiendra, le financera et l'encouragera. Avec sa marque, Hubert de Givenchy traverse les décennies, mais reste un couturier majeur des années 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le siège de l'avenue George-V.

Ses origines[modifier | modifier le code]

Né le 20 février 1927 dans une famille aristocrate, Hubert James Marcel comte Taffin de Givenchy est destiné par ses parents à une carrière juridique et apprend le droit dans une étude de notaire. On compte dans sa famille un photographe de mode et un administrateur des manufactures des Gobelins et des manufactures de tapisseries de Beauvais, mais sa vocation naît à la découverte du travail de Balenciaga[1].

Ses débuts dans la mode[modifier | modifier le code]

En 1945, à 17 ans, il quitte Beauvais pour s'installer à Paris. Il intègre l’École nationale supérieure des beaux-arts et travaille chez Jacques Fath.

Il poursuit son apprentissage chez Robert Piguet et Lucien Lelong (sur les recommandations de Christian Dior)[2]. En 1947, il devient le premier assistant d’Elsa Schiaparelli avant d’être nommé directeur artistique de la boutique Schiaparelli[3] place Vendôme.

La Maison Givenchy : les débuts[modifier | modifier le code]

Il crée sa propre maison de haute couture en 1953, d'abord rue Alfred-de-Vigny puis au 3, avenue George-V.

En 1953 à New York, Hubert de Givenchy rencontre son idole : Cristóbal Balenciaga, couturier installé à Paris et qui triomphait alors partout dans le monde avec ses collections de haute couture. Il dira plus tard : « Balenciaga était ma religion. Puisque je suis croyant, pour moi il y a Balenciaga et le Seigneur[4]. »

Audrey Hepburn fut son égérie et incarna la marque dès 1953 quand il conçut ses costumes pour le film Sabrina. Leur collaboration se poursuivit sur les films Drôle de frimousse, Ariane, Diamants sur canapé, Charade, Deux Têtes folles et Comment voler un million de dollars. Ils restèrent liés par une très grande amitié jusqu'à la mort d'Audrey en 1993.

Parmi ses clientes les plus fidèles, on peut citer Jacqueline Kennedy, l'impératrice Farah Pahlavi, Marella Agnelli, la princesse Grace de Monaco, Aimée de Heeren, la duchesse de Windsor, la cantatrice Frederica von Stade, les actrices Marlene Dietrich, Greta Garbo, Lauren Bacall, Jeanne Moreau, et Ingrid Bergman.

Très inspirée par Balenciaga, son œuvre présente des aspects d'une tradition classique.

En duo avec son frère aîné Jean-Claude, marquis de Givenchy, il crée la marque de parfum du même nom Parfums Givenchy. Cette dernière connait un très grand succès et est cédée dans les années 1980 au futur groupe de luxe LVMH.

Parallèlement, éclectique, Givenchy dessine pour La Poste française deux timbres de Saint-Valentin, émis en janvier 2007 et occupe des fonctions dirigeantes au sein de la société Christie's.

Hubert de Givenchy est parent du fondateur des mines d'Anzin et du théologien francophone Jean Taffin l'ancien.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hubert de Givenchy est élu « Personnalité de l'année 1979 » et l’homme le plus élégant de l’année par The Best[3].

L’année suivante Hubert de Givenchy est nommé chevalier de la Légion d'honneur et en 1985, Jack Lang, ministre de la Culture, lui remet l’oscar de l’élégance lors d’une manifestation à l’Opéra de Paris[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Givenchy ELLE Mode
  2. Hubert de Givenchy Première.fr
  3. a, b et c Hubert de Givenchy, entre vies et légendes Jean-Noël Liaut, Grasset
  4. The French Connection Vogue UK, juillet 2007

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]