Jean Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Jean Chatel ni Jean Chastel.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatel.
Attentat de Châtel contre Henri IV (illustration française du XIXe siècle d'après une gravure allemande de la fin du XVIe siècle).

Jean Châtel (en moyen-français Jean Chastel) (1575 - 29 décembre 1594 à Paris) est un jeune homme qui tenta d'assassiner Henri IV le 27 décembre 1594. Il fut exécuté le 29 décembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

« Pyramide » commémorative (1595-1605) élevée sur les ruines de la maison paternelle de Châtel.

Il était fils d'un marchand de draps et n'avait que dix-neuf ans lorsqu’il s'introduisit dans l'hôtel de Gabrielle d'Estrées, pendant une audience royale[1]. Il porta au roi un coup de couteau à la lèvre, alors que celui-ci se baissait pour relever deux officiers qui étaient à ses genoux. Arrêté sur-le-champ, il fut condamné à être écartelé.
La maison du père de Jean Châtel, sur l'île de la Cité, fut démolie et remplacée en 1595 par une « pyramide » commémorative.

Lors de l'enquête, on découvrit que Jean avait été élève des Jésuites au Collège de Clermont. Les jésuites furent accusés d’avoir inspiré son acte, malgré les dénégations de l'accusé. Ses anciens professeurs, les pères Hay et Guéret, furent bannis du royaume de France. Un autre, le père Guignard, fut pendu et brûlé en place de Grève. Les autres pères furent exilés, le collège mis sous séquestre et les meubles vendus[2]. Ceux qui furent bannis du royaume seront finalement rappelés, faute de preuves. Les Ligueurs inscrivirent Jean Châtel dans leur martyrologe, et Jean Boucher écrivit son Apologie.

En 1605, après le rappel de la compagnie de Jésus par Henri IV, on détruisit la pyramide de Châtel ainsi que les inscriptions anti-jésuites qu'elle comportait. À son emplacement, le prévôt des marchands François Miron fit construire la fontaine des Barnabites.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Petit, Avallon et l'Avallonnais - étude historique,‎ 1867 (réimpr. librairie Voillot, Avallon, 1991).
  2. Copie de l'Edit signé le 7 janvier 1595 par Henri IV à Poitiers, in Charles Sauvestre, Instructions secrétes des Jésuites, p. 164-166, Éditions Dentu, 1878.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Voltaire, Histoire du Parlement de Paris Chapitre XXXVI. — Henri IV assassiné par Jean Chatel...
  • Henri IV le roi de la paix, Jeanine Garrisson, Tallandier, 2000, La France au fil de ses rois, 159 pages, ISBN 2-235-02254-5.
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.