Jean Boyer (homme politique, 1937)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Boyer.
Jean Boyer
Fonctions
Sénateur de la Haute-Loire
En fonction depuis le 23 septembre 2001
Élection 23 septembre 2001
Réélection 25 septembre 2011
Maire de Blanzac
21 mars 197118 juin 1995
Successeur Jean-Marc Boyer
Conseiller général du Canton de Saint-Paulien
En fonction depuis le 25 mars 1979
Prédécesseur Joseph Berthold (UDR)
Conseiller régional de l'Auvergne
16 mars 198615 mars 1998
Biographie
Date de naissance 4 janvier 1937 (77 ans)
Lieu de naissance Puy-en-Velay (Haute-Loire)
Nationalité Française
Parti politique UDF-CDS
UDI-NC
Profession Exploitant agricole
Résidence Blanzac

Jean Boyer (homme politique, 1937)
Sénateurs de Haute-Loire

Jean Boyer, né le 4 janvier 1937[1] au Puy-en-Velay (Haute-Loire)[2], est un homme politique français membre du Nouveau Centre (NC).

Biographie[modifier | modifier le code]

Exploitant agricole[1] à Blanzac, près de Saint-Paulien (Haute-Loire), il débute dans les années 1970 une carrière d'élu local. Maire de Blanzac de 1971 à 1995[2], il devient en 1979 conseiller général (DVD) du canton de Saint-Paulien[2] puis, en 1985, vice-président du conseil général de la Haute-Loire[2], présidé alors par le centriste Jacques Barrot (UDF-CDS). Il a également été membre du conseil régional d'Auvergne de 1986 à 1998[3].

Parallèlement à ses activités politiques, il occupe diverses fonctions au sein des organisations professionnelles agricoles. Vice-président de la Mutualité sociale agricole (1983)[2], président du Conservatoire botanique national du Massif Central de Chavaniac-Lafayette (1996-2003)[2], il est nommé en 1996 membre du Conseil économique et social, dont il préside la section de l'agriculture et de l'alimentation jusqu'en 2001[2].

Candidat DVD aux élections sénatoriales de 2001, il défait le sortant Guy Vissac (RPR) et devient sénateur de la Haute-Loire[1]. Au Sénat, il se spécialiste dans les questions agricoles et rejoint le groupe de l'Union centriste (UC)[1], dont il est élu vice-président[4]. En 2011, après avoir abandonné la vice-présidence du conseil général, il annonce son intention de briguer un nouveau mandat parlementaire[5]. Il est réélu sénateur et élu secrétaire du Sénat en octobre 2011.

Membre de la Nouvelle UDF dans les années 2000, il rejoint par la suite le Nouveau Centre, et participe en 2010 à la fondation de la fédération de Haute-Loire du parti centriste[6].

Jean Boyer est chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite et commandeur du Mérite agricole[2].

Il annonce en janvier 2014 son intention de quitter le Sénat au 1er octobre suivant afin de permettre l'élection de son suppléant, Olivier Cigolotti[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Source : fiche sur le site du Sénat.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Source : notice Who's who.
  3. Source : site de Jean Boyer.
  4. Source : article du Progrès
  5. Source : article de Zoom d'ici
  6. Source : article de Zoom d'ici.
  7. [1], Le Progrès, 10 janvier 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]