Jean Bourgknecht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Bourgknecht
Photo officielle de Jean Bourgknecht
Photo officielle de Jean Bourgknecht
Fonctions
73 e conseiller fédéral
1er janvier 196030 septembre 1962
Élection 17 décembre 1959
Président -
Vice-président 1962
Prédécesseur Philipp Etter
Successeur Roger Bonvin
Chef du Département des Finances et des Douanes
1er janvier 196030 septembre 1962
Prédécesseur Hans Streuli
Successeur Roger Bonvin
Conseiller national
3 décembre 19514 décembre 1955
Conseiller aux États
4 juin 195617 décembre 1959
Biographie
Date de naissance 16 septembre 1902
Lieu de naissance Fribourg
Origine Canton de Fribourg
Date de décès 23 décembre 1964 (à 62 ans)
Lieu de décès Fribourg
Parti politique Parti conservateur-chrétien social (PCCS)
Liste des conseillers fédéraux de Suisse

Jean Bourgknecht, né le 16 septembre 1902 à Fribourg, décédé le 23 décembre 1964 dans sa ville natale, est un homme politique, conseiller fédéral entre 1960 et 1962. Il est le deuxième fribourgeois à occuper cette fonction, après Jean-Marie Musy.

Il est le grand-père de Jean Bourgknecht, conseiller communal et ancien syndic de Fribourg, né en 1962.

Origine et carrière politique[modifier | modifier le code]

  • Jean Bourgknecht est issu d'une famille illustre dont le nom est rattaché à nombre de notables fribourgeois (ecclésiastiques, magistrats).
  • Il étudie le droit dans sa ville natale ainsi qu'à Berne et à Vienne (Autriche). En 1926, il obtient son doctorat.
  • Jusqu'à son élection au Conseil fédéral, il est actif comme avocat dans l'étude de son père Louis Bourgknecht.
  • Il est chargé de cours à l'Université de Fribourg.
  • Il siège en outre dans divers conseils d'administration.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

  • Membre du Parti conservateur-chrétien social, tendance conservatrice, Jean Bourgknecht est président du parti conservateur-chrétien social de 1956 à 1959.
  • Il devient syndic de Fribourg de 1950 à 1959 à l'instigation du comité conservateur, qui voit en lui un homme susceptible de ramener au parti le gros de l'électorat face aux radicaux et aux socialistes.

Conseiller fédéral[modifier | modifier le code]

  • Il dirige le Département fédéral des finances et des douanes 1960 où il s'illustrera. Au cours de sa brève mais dense carrière de conseiller fédéral (trente mois), Jean Bourgknecht aura à cœur de préconiser le respect de la capacité financière des cantons, la modération de la Confédération en matière de dépenses et une gestion rigoureuse. Il s'engage contre la fraude fiscale, ce qui l'amène à signer un rapport.
  • Enfin, Jean Bourgknecht se soucie d'une saine gestion du personnel de la Confédération.

Retrait[modifier | modifier le code]

  • Jean Bourgknecht se retire en 1962. Ayant subi une crise cardiaque au mois de mai de cette année, ce sont ses proches qui rédigent sa lettre de démission.
  • Outre l'image d'un homme politique efficace, il laisse l'image d'un bourreau de travail qui traite ses dossiers jusque tard dans la nuit et les reprend au chant du coq. Son coup de fourchette est resté légendaire.

Famille[modifier | modifier le code]

  • En 1949, Jean Bourgknecht perd sa première épouse, Marguerite Guhl. Il se remarie en 1951 avec Simone Modoux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Urs Altermatt, Le Conseil fédéral - Dictionnaire biographique des cent premiers conseillers fédéraux, Yens-sur-Morges, Cabedita,‎ 1993 (lire en ligne), p. 484–487 [détail des éditions]
  • P.-A. Bovard, Nos Excellences à Berne, Morges, Éditions de Peyrollaz,‎ 1997

Liens externes[modifier | modifier le code]