Jean Berthiaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colonel (ret) Jean André Berthiaume
Surnom "Johnnie"
Papa Berthiaume (Congo)
Naissance 27 novembre 1915
Saint-Hyacinthe, Québec, Canada
Décès 26 janvier 2003 (à 87 ans)
Saint-Hyacinthe, Québec, Canada
Origine Canada
Arme Armée de terre
Grade Colonel
Années de service 19361969
1990 - 1993
Conflits Seconde Guerre mondiale
ONUC
Commandement 1er Batallion Royal 22e Régiment
District Ouest du commandement Québec de l'armée
Camps de cadets de Farnham
Distinctions Officier - Ordre de l'Empire britannique
Chevalier - Ordre de Saint-Jean
Décoration des forces canadiennes

Joseph Horace André Jean Berthiaume (Saint-Hyacinthe, 27 novembre 1915id., 26 janvier 2003) est un militaire canadien. Il a été décoré de l'Ordre de l'Empire britannique. Officier d'infanterie, il a atteint le grade de colonel et a occupé le poste de commandant au 1er bataillon du Royal 22e Régiment et de directeur de l'administration à la levée du Collège militaire royal de Saint-Jean. Il a rempli avec succès plusieurs missions à l'étranger et a été impliqué de près dans le programme des Cadets royaux de l'armée canadienne.

Éducation[modifier | modifier le code]

Jean Berthiaume est né à Saint-Hyacinthe, au Québec (Canada) le 27 novembre 1915. Il a complété ses études au Séminaire de Saint-Hyacinthe où il obtient son baccalauréat ès arts. Il entreprend ensuite des études en chimie à l'Université de Montréal où il gradue (L.Sc.C.) en 1940.

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Alors que son père y servait déjà, Jean Berthiaume s'enrôle en 1936 dans le 84e Régiment de Saint-Hyacinthe. Il complète son entraînement de base et poursuit son ascension jusqu'au grade de sergent. Plus tard, il obtient sa commission d'officier et est promu lieutenant.

Il a épousé Denise Lapierre en avril 1940 à la Cathédrale de Saint-Hyacinthe.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au moment où la guerre éclate, il continue à entraîner ses troupes à Saint-Hyacinthe. En 1941, il est muté dans la 7e Brigade d'infanterie canadienne et transféré au camp de Debert en Nouvelle-Écosse où les forces en renfort pour l'Europe séjournent avant d'embarquer pour l'Angleterre. En janvier 1943, on l'envoie étudier au Collège de commandement et d'état-major de l'armée canadienne à Kingston, après quoi il est transféré en Angleterre pour s'entraîner en vue du Jour J. Une fois débarqué en Normandie, comme O.E .-M.G 3 Opérations avec la 4e Brigade blindée du Canada[1], le capitaine Berthiaume participe aux opérations, orientant les troupes au sol selon les plans, principalement en appui à la 10e Brigade d'infanterie du Canada. Il sert ainsi jusqu'à la capitulation de l'Allemagne, puis il est muté dans la 1re Division du Canada.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Le 27 avril 1946, Jean Berthiaume est promu major à titre temporaire (grade confirmé le 22 novembre 1946[2]) et muté aux Quartiers généraux de la Défense nationale à Ottawa comme O.É.-M.G. 2[3].

En 1948, après 3 ans à Ottawa, le major Berthiaume est étudiant résident à l'Université de Montréal pendant un an pour être ensuite muté à l'École de formation de l'armée canadienne (Canadian Army Training School)[4] de Saint-Jean-sur-Richelieu au Québec[5] qu'il commande jusqu'à ce que celle-ci soit transférée à Valcartier en 1952.

Demeuré à Saint-Jean, il contribue à bâtir le Collège militaire royal de Saint-Jean à titre de directeur de l'administration[6],[7]. Quelques jours après Noël 1952, le major Berthiaume contribue avec le colonel Lahaie, commandant du Collège, et le capitaine Gosselin à sauver de la noyade un garçon de quatre ans tombé dans l'eau glacée du Richelieu, exploit relaté par la presse locale[8],[9].

Le major Berthiaume est nommé commandant-adjoint du 2e bataillon du Royal 22e Régiment et quitte Saint-Jean-sur-Richelieu pour Valcartier en avril 1953. Presque aussitôt, il plie bagages et s'envole avec son bataillon pour l'Allemagne de l'Ouest dans le cadre de la contribution d'infanterie canadienne à l'OTAN[10]. Aussitôt intégré à la 4e Brigade d'infanterie du Canada, le major Berthiaume prend part aux festivités du 10e anniversaire du Débarquement de Normandie en commandant le groupe canadien[11]. En juillet 1954, il est promu au grade de lieutenant-colonel et est sélectionné pour devenir le représentant canadien au Grand quartier général des puissances alliées en Europe à Paris[12]. De retour au Canada en 1957, le lieutenant-colonel Berthiaume prend le commandement du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment jusqu'en 1960. Durant son commandement, lors de fonctions sociales, il sut faire partager la culture canadienne-française à ses visiteurs de marque à la Citadelle de Québec[13],[14].

Quittant Québec au début de l'été 1960, le lieutenant-colonel Berthiaume se rend en Palestine pour y œuvrer avec la mission Organisme des Nations unies chargé de la surveillance de la trêve (UNTSO). Peu de temps après son arrivée, il est sélectionné pour démarrer la mission[15] des Nations unies au Congo (ONUC) à titre de le chef d'état-major de la mission[16],[17],[18],[19],[20],[21]. Tout au long des six mois de la mission, le lieutenant-colonel Berthiaume a fait preuve d'un haut degré de professionnalisme, recevant des éloges pour sa conduite en tant que gardien de la paix[22],[23],[24].

De retour au Canada, il retourne au Collège de commandement et d'état-major de Kingston pendant un an puis est muté au quartier général du commandement du Québec de l'armée où il occupe le poste d'adjudant-général. Promu au rang de colonel en 1965, il occupe le poste de chef d'état-major du commandement puis commande le district ouest du commandement Québec de l'armée[25],[26] jusqu'à sa retraite en 1968. Au cours de ces années, il commandant en même temps le camp des cadets royaux de Farnham jusqu'à sa fermeture en 1967[27].

En 1990, suite au décès de son prédécesseur, le Col(ret) J.A Berthiaume assuma le rôle de colonel honoraire du 6e Bataillon Royal 22e Régiment[28] jusqu'en 1993. Son expérience et réseau professionnel procura au bataillon de nombreuses opportunités que les membres du bataillon ont su tirer profit.

Vie civile[modifier | modifier le code]

À la fin de son service militaire, Jean Berthiaume entreprend une carrière avec la compagnie de textiles Wabasso[29],[30] de Trois-Rivières (Québec) en tant que directeur des services d'opération, jusqu'à sa retraite en 1980. Durant cette période, il s'implique dans l'Association des manufacturiers du Canada où il est président du chapitre Saint-Maurice[31],[32].

Le Colonel (ret) Berthiaume était membre de la filiale #2 de la Légion Royale Canadienne où il occupa plusieurs postes et servit activement.

Le Colonel Berthiaume a toujours été actif avec le Collège militaire royal de Saint-Jean depuis sa création[33]. Il a été reconnu comme bon golfeur lors des tournois-bénéfice annuels des anciens, et participait aux autres activités[34].

À Saint-Hyacinthe, il était un contributeur notable de la fondation de l'Hôpital Honoré-Mercier.

Cadets de l'armée[modifier | modifier le code]

Au cours des dernières années de sa carrière active, le Colonel Berthiaume commanda le camps des cadets de Farnham jusqu'à sa fermeture en 1967. Il mérita la médaille du centenaire du Canada pour son implication.

Il était particulièrement près du Corps de Cadets No.1 de sa ville natale. Vers le milieu des années 1990, il fait don de plusieurs instruments musicaux au Corps afin de créer une harmonie pour les jeunes. Tous à ce moment sont en accord à ce que l'harmonie porte son nom : la musique J.A. Berthiaume".

Honneurs[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, Jean Berthiaume a reçu la Citation à l'ordre du jour pour ses services galants et distingués[35],[36].

Pour son dévouement à la création du Collège Militaire Royal de Saint-Jean, le Colonel Berthiaume s'est vu octroyé un numéro de collège honoraire: H12878[37].

Le Colonel J.A. Berthiaume a été investi à l'Ordre de l'Empire britannique en 1962 pour ses compétences impressionnantes organisationnelles, initiative, ses habilités linguistique, sa capacité à négocier sans reproche ainsi que sa bravoure durant son service avec la mission ONUC au Congo[38],[39]. Il fut le premier officier canadien à recevoir un tel hommage depuis la guerre de Corée.

En 1969, il a été nominé à l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem à titre d'Officier[40] . Plus tard en 1977, il est promu dans l'ordre au niveau Chevalier de l'Ordre[41] .

La ville de Saint-Hyacinthe en 2006, a consacré le nom du Colonel Berthiaume à une de ses rues : impasse J.-A.-Berthiaume[42].

Dernier repos[modifier | modifier le code]

Pierre tombale du Colonel J.A. Berthiaume et sa femme Denise Lapierre à Saint-Hyacinthe

Le Colonel J.A. Berthiaume a été mis en terre à Saint-Hyacinthe en 2003 après des funérailles militaire en la Cathédrale de Saint-Hyacinthe. Il a été plus tard accompagné par sa femme Denise en 2010[43],[44].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Angelo N. Caravaggio, Commanding the Green Centre Line in Normandy : A Case Study of Division Command in the Second World War, Canada, Wilfrid Laurier University,‎ 2009, 502 p. (lire en ligne)
  • (en) Kevin A. Spooner, Canada, the Congo Crisis, and UN Peacekeeping, 1960-64, Vancouver, UBC Press,‎ 2009, 296 p. (ISBN 9780774816366, résumé)
  • Patrick Mbeko, Le Canada dans les guerres en Afrique centrale : Génocides et pillages des ressources minières du Congo par le Rwanda interposé, Aix-en-Provence, Le Nègre éditeur,‎ 2012, 688 p. (ISBN 978-2918278085, résumé)
  • (en) J.L. Granatstein, « A persistent myth: whether effective or not, we love our peacekeepers », Literary Review of Canada, Toronto,‎ 1er juin 2010 (lire en ligne)
  • Jacques Castonguay, Le Collège militaire Royal de Saint-Jean : Une université à caractère différent, Sillery (Québec), Septentrion,‎ 1992, 272 p. (ISBN 9782921114783, résumé)
  • Canadian Defence Quarterly - Revue canadienne de défense, Toronto, Baxter Publications,‎ 1992 (lire en ligne), p. 13-14-15
  • (en) Fred Gaffen, In the eye of the storm : A history of Canadian peacekeeping, Toronto, Deneau & Wayne,‎ 1987, 302 p. (ISBN 0-88879-158-5, résumé)
  • J.-Albert Fortier, Biographies canadiennes-françaises, Montréal, Editions biographiques canadiennes-françaises,‎ 1965 (résumé)
  • (en) Ernest W. Lefever, Uncertain mandate : Politics of the U.N. Congo operation, USA, Johns Hopkins Press,‎ 1967, 254 p. (ISBN 978-0801803666, lire en ligne), p. 154
  • Jean Pariseau, De Rivière-de-la-Paix au maintien de la paix : Les batailles d'un Franco Albertain, Canada,‎ 2000, 241 p. (résumé)
  • Chronique de politique étrangère, Volume 14, Belgique, Institut royal des relations internationales,‎ 1961 (lire en ligne)
  • Évolution de la crise congolaise de septembre 1960 à avril 1961, Belgique, Institut royal des relations internationales,‎ 1961, 596 p. (résumé)
  • Revue générale pour l'humaniste des temps nouveaux, Belgique,‎ 1984 (résumé)
  • Rosalyn Higgins, United Nations Peacekeeping, 1946-1967, USA, Oxford University Press,‎ 1980, 472 p. (résumé)
  • Carl Von Horn, Soldiering for Peace, D. McKay,‎ 1967, 402 p. (résumé)
  • House of Commons Debates, Official Report, Volume 7, Canada, Queen's Printer,‎ 1960 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Caravaggio 2009
  2. « Nominations, promotions et radiations », Gazette du Canada, Gouvernement du Canada,‎ 7 mai 1946
  3. « Nominations, Promotions and postings », Gazette of Canada, Government of Canada
  4. Bref historique, sur le site du Collège militaire royal de Saint-Jean
  5. « Problems Affecting French-Speaking Representation in the Post War Canadian Army », Report 81, Army Headquarters (consulté le 20 Feb 1959)
  6. Castonguay 1992
  7. « Ce que le collège militaire de Saint-Jean donnera aux canadien-français », Le Canada Français,‎ 28 août 1952 (lire en ligne)
  8. « College Commandant risks life to save child », The News and the Eastern township advocate,‎ 31 décembre 1952 (lire en ligne)
  9. « Acte de bravoure de deux officiers du collège », Le Canada Français,‎ 31 décembre 1952 (lire en ligne)
  10. « 300 Van Doos sail today for NATO duty », Quebec Chronicle-Telegraph,‎ 7 octobre 1953 (lire en ligne)
  11. Canadian Press, « To Comemorate Normandy Invasion », Lethbridge Herald,‎ 1er juin 1954 (lire en ligne)
  12. « NATO Representative », Winnipeg Free Press,‎ 5 juin 1954 (lire en ligne)
  13. « LETTER TO LT. COLONEL J.A. BERTHIAUME FROM C. P.CABELL », CIA Archives (consulté le 16 mai 2013)
  14. « LETTER TO LT. COLONEL J.A. BERTHIAUME FROM JOHN M. », CIA Archives (consulté le 16 mai 2013)
  15. « Note du secrétaire d’État aux Affaires extérieures pour le Cabinet », CABINET DOCUMENT NO. 226-60, Gouvernement du Canada (consulté le 24 mai 2013)
  16. « United Nations Operation in the Congo » (consulté le 15 mai 2013)
  17. Nigel Ryan, « Congo Breathes easier as U.N. troops arrives », The Daily News, St. John's NFLD,‎ 16 juillet 1960 (lire en ligne)
  18. « Success in Sending Men and Supplies Into Roadless Interior Pleases Aides Who Had No Time to Make Plans », The NewYork Times,‎ 29 juillet 1960 (lire en ligne)
  19. Jack Best, « Believes Canadians Are in No Danger », Saskatoon Star-Phoenix,‎ 26 Aug 1960 (lire en ligne)
  20. « Canadians Beaten up Says UN », Saskatoon Star-Phoenix,‎ 2 décembre 1960 (lire en ligne)
  21. Granatstein 2010
  22. « Canadian gets leave from Congo », Montreal Gazette,‎ 24 Aug 1960 (lire en ligne)
  23. « Col. Berthiaume ends tour of duty in Congo », Saskatoon Star-Phoenix,‎ 6 Mar 1961 (lire en ligne)
  24. Robby McRobb, « "The Congo" will we or won't we? », The Guardian (PEI),‎ 30 novembre 2011 (lire en ligne)
  25. « T.C. 48 Officers Association Holds Successful "Back Home" Reunion », The News and Eastern Township Advocate,‎ 23 juin 1966 (lire en ligne)
  26. « Local soldiers on winning militia team », South Shore News,‎ 11 mai 1967 (lire en ligne)
  27. « Army Cadet Camp Farnham 1967 Year book » (consulté le 15 mai 2013)
  28. [1] Lieutenants-colonels honoraires du 6e R22eR
  29. Textile Industries, Volume 139, Canada, W. R. C. Smith Publishing Company,‎ 1975 (lire en ligne)
  30. Textile Industries, Volume 140, Canada, W. R. C. Smith Publishing Company,‎ 1976 (lire en ligne)
  31. « Welcome National President », The Shawinigan Standard,‎ 22 avril 1970 (lire en ligne)
  32. « U.C.W Annual St. Maurice Meeting », The Shawinigan Standard,‎ 30 Sept 1970 (lire en ligne)
  33. « Classe d'entrée 1952 » (consulté le 14 mai 2013)
  34. « Fondation des anciens du CMR » (consulté le 14 mai 2013)
  35. « Mention in Dispatches », Archives Canada, Governement du Canada (consulté le 11 mai 2013)
  36. Debates - House of commons, Canada, Queen's Printer,‎ 1946 (lire en ligne)
  37. « Histoire de la création du CMR en 1952 », L'histoire du Collège militaire royal de Saint-Jean, Club des anciens du CMR (consulté le 16 mai 2013)
  38. « CENTRAL CHANCERY OF THE ORDERS OF KNIGHTHOOD », London Gazette (consulté le 15 mai 2013)
  39. « OBE Given Army Officer for Congo Work with UN », Montreal Gazette,‎ 16 juin 1962 (lire en ligne)
  40. « appointments to The Most Venerable Order of the Hospital of St. John of Jerusalem », The London Gazette, The London Gazette (consulté le 13 mai 2013)
  41. « The Most Venerable Order of the Hospital of St. John of Jerusalem Appointments », The London Gazette, The London Gazette (consulté le 13 mai 2013)
  42. « Commission de toponymie », Impasse J.-A.-Berthiaume, Gouvernement du Québec (consulté le 16 mai 2013)
  43. « Avis de Décès - Jean André Berthiaume », Fédération québécoise des sociétés de généalogie (consulté le 14 mai 2013)
  44. « Avis de Décès - Denise Lapierre », Fédération québécoise des sociétés de généalogie (consulté le 14 mai 2013)