Jean Bale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Bale

Jean Bale, Baleus, théologien et écrivain anglais, né le à Cove (Hampshire)[1] et mort en 1563 à Canterbury.

Biographie[modifier | modifier le code]

A l'age de 12 ans, il rejoind les frères Carmes de Norwich. Il est élu prieur de la province en 1533[2]. Il en sera le dernier prieur élu. Il abandonne la vocation monastique et se marie.

Nommé évêque d'Ossory en Irlande par Édouard IV d'Angleterre en 1553, il doit se réfugier à Bâle à l’avènement de Marie. Revenu sous Élisabeth, il est protégé des catholiques par le comte d'Essex après avoir abjuré sa foi. Ne retournant pas dans son évêché, il obtient une prébende à la cathédrale de Canterbury.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il a écrit quelques pièces de théâtre du type des Mystères religieux du Moyen âge, mais cependant les siennes étaient orientées vers la polémique, ou la satyre, contre l'Église romaine, qu'il avait quittée pendant la Réforme. Il a écrit aussi une pièce ayant pour sujet le roi Jean d'Angleterre, Kynge Johan, en anglais et en vers, produite en 1538, probablement le premier drame historique en anglais.

Son sommaire des écrivains d'Angleterre (publié 1548-1549), les titres ramassés des livres des bibliothèques monastiques au moment de leur dissolution, contient des informations tout à fait uniques.

On a de lui :

  • un Sommaire des écrivains de la Grande-Bretagne, en latin (Illustrium majoris Britannioe scriptorum...summarium), 1549
  • des pièces de théâtre sur des sujets sacrés, en anglais, 1538.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • A. W. Pollard, English Miracle Plays (Clarendon Press, Oxford 1914)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, tome 1, Ch. Delagrave, 1876, p. 210
  2. B. Zimmerman, 1899, "The White Friars at Ipswich", Proc. Suffolk Institute of Archaeology 10 Part 2, 199.