Jean-Toussaint Merle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Toussaint Merle

alt=Description de l'image Jean-ToussaintMerle.jpg.
Activités Écrivain
Naissance 10 juin 1785
Montpellier
Décès 27 février 1852 (à 66 ans)
Paris
Genres Dramaturgie et journalisme

Jean-Toussaint Merle, né le 10 juin 1789 à Montpellier et mort le 27 février 1852, est un dramaturge et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Merle fit de bonnes études à l’école centrale du département de l’Hérault, avant d’arriver à Paris en 1803. D’abord employé au ministère de l’intérieur, il a quitté ensuite cette place pour le service militaire, et n’est revenu à Paris que vers la fin de 1808. Il débuta alors dans les lettres. Son caractère aimable et son esprit facile lui firent une réputation d’indolence qui semble peu d’accord avec l’activité de sa vie littéraire. Il a mis son nom à plus de cent vingt pièces de théâtre, faites presque toutes en collaboration.

Tour à tour attaché à divers journaux, il a écrit de nombreux articles dans le Mercure de France, la Gazette de France, le Diable boiteux, le Nain jaune, etc. Il a rédigé longtemps le feuilleton dramatique de la Quotidienne. Critique spirituel, écrivain agréable, il fut de ceux que goûtaient leurs contemporains et dont le nom même tend à disparaître avec l’à-propos de leurs œuvres.

Directeur du théâtre de la Porte-Saint-Martin de 1822 à 1826, il a fait représenter aux théâtres du Vaudeville, des Variétés, et des boulevards beaucoup de pièces dont quelques-unes ont obtenu du succès. Il épousa la célèbre actrice Marie Dorval, veuve d’Allan-Dorval. Ayant accompagné le maréchal de Bourmont comme secrétaire et historiographe, il eut l’occasion de rédiger des Anecdotes historiques et politiques pour servir à l’histoire de la conquête d’Alger, 1831.

Publications[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Monsieur Grégoire ou Courte et bonne, vaudeville en un acte, 1810 ;
  • Le Ci-Devant Jeune Homme, comédie en un acte, 1812 ;
  • La Jeunesse de Henri IV, ou la Chaumière béarnaise, comédie en un acte, 1814 ;
  • Les Deux Vaudevilles, ou la Gaieté et le sentiment, 1816 ;
  • L’Heureuse Moisson, ou le Spéculateur en défaut avec Carmouche et Frédéric de Courcy, vaudeville en 1 acte mêlée de couplets, théâtre de la Porte-Saint-Martin, septembre 1817 ;
  • Le Banc de sable, ou les Naufragés français avec Frédéric Dupetit-Méré, Eugène Cantiran de Boirie, mélodrame en 3 actes en prose, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 14 avril 1819 ;
  • La Cloyère d’huitres, ou les Deux Briquebec avec Carmouche et Frédéric de Courcy, comédie-vaudeville en 1 acte, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 25 janvier 1820 ;
  • Marie Stuart, drame en trois actes, imité de Schiller (1820) ;
  • Le Lépreux de la vallée d’Aoste, mélodrame en 3 actes avec Hyacinthe Decomberousse, Théodore Baudouin d'Aubigny, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 13 août 1822 ;
  • La carte à payer, vaudeville en un acte (1822) ;
  • La Lampe merveilleuse, féerie burlesque en deux actes (1822) ;
  • Les Invalides ou Cent ans de gloire, tableau militaire en 2 actes avec Boirie, Henri Simon et Ferdinand Laloue pour célébrer le retour de S.A.R. Mgr le duc d’Angoulême, musique Alexandre Piccinni, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 15 décembre 1823 ;
  • Ourika ou l’Orpheline africaine, mélodrame en 1 acte et en prose avec Frédéric de Courcy, musique Charles-Guillaume Alexandre, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 3 avril 1824 ;
  • L’Agent de change ou Une fin de mois, drame en 3 actes imité de Beaumarchais, avec Théodore Baudouin d'Aubigny et Maurice Alhoy, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 1825 ;
  • Le Vieillard d’Ivry, ou 1590 et 1825, vaudeville en 2 tableaux avec Marc-Antoine-Madeleine Désaugiers et Ferdinand Laloue, ballet Jean Coralli, à l’occasion du sacre de Charles X, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 7 juin 1825 ;
  • Le Monstre et le Magicien, mélodrame en trois actes composé pour le mime anglais Cook, 1826.
  • Préville et Taconnet, vaudeville, etc.

Journalisme[modifier | modifier le code]

  • L’Espion anglais, ou Correspondance entre deux milords sur les mœurs publiques et privées des Français, Paris, Léopold Collin, 1809, 2 vol. in-8° ;
  • Lettre à un compositeur français sur l’état actuel de l’Opéra, Paris, Barba, 1827, in-8°, 44 p. ;
  • De l’Opéra, Paris, Baudouin, 1827, in-8°, 52 p. ;
  • Du marasme dramatique en 1829, 1829, in-8° ;
  • Anecdotes historiques et politiques pour servir à l’histoire de la conquête d’Alger, 1831, in-8°.

Recueils d’extraits[modifier | modifier le code]

  • Mémoires historiques, littéraires et critiques de Bachaumont, de 1762 à 1786, Paris, 1808, 3 vol. in-8° ;
  • Esprit du Mercure de France depuis son origine (1672) jusqu’en 1792, Paris, 1811, 3 vol . in-8°.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1383.
  • François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens, t. 5, Bruxelles, Meline, Cans et Cie, 1865, p. 378.