Jean-René Gomaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean René Gomaire, né le 1er novembre 1745 à Lorient et décédé le 16 juin 1805 au Bugue, était un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gomaire est vicaire général de Quimper avant la Révolution. Bien que peu enthousiasmé par les idées nouvelles, il devient en 1790 administrateur du département du Finistère.

Le 9 septembre 1792 Gomaire est élu député du Finistère à la Convention, le huitième et dernier, avec 363 voix sur 426 votants. Toujours aussi conservateur, il se range du côté des Girondins.

Au procès de Louis XVI, il considère que la Convention n'a pas le droit de juger l'ancien monarque et choisit de voter pour l'emprisonnement et le bannissement à la paix. Le 21 mai 1793 les Girondins le choisissent pour être membre de la Commission des Douze. Quelques jours plus tard, il signe la pétition de protestation contre les Journées du 31 mai et du 2 juin 1793 qui ont vu l'arrestation des chefs de la Gironde. Cela lui vaut d'être décrété d'arrestation puis incarcéré jusqu'au 9 thermidor (27 juillet 1794).

Gomaire retrouve sa place à la Convention en décembre 1794, avec ses camarades emprisonnés. Sous la Convention thermidorienne, il apparait quelques fois à la tribune puis soutient l'établissement de la Constitution de l'an III.

En octobre 1795 Gomaire est réélu par le Finistère au Conseil des Cinq-Cents. Il y siège avec les modérés et parvient à se faire élire secrétaire du Conseil.

Il quitte son mandat et la vie politique en 1798 et meurt sept ans plus tard, à l'âge de 59 ans.

Source[modifier | modifier le code]