Jean-Pierre Cot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cot.
Jean-Pierre Cot
Fonctions
Député de la 3e circonscription de la Savoie
2 avril 1973 – 24 juillet 1981
Législature Ve, VIe, VIIe (Cinquième République)
Groupe politique socialiste
Prédécesseur Pierre Dumas
Successeur Paul Perrier
Biographie
Date de naissance 23 octobre 1937 (76 ans)
Lieu de naissance Chêne-Bougeries Drapeau de la Suisse Suisse
Nationalité Française
Profession juge

Jean-Pierre Cot est un homme politique français, né à Chêne-Bougeries (Suisse) le 23 octobre 1937.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Pierre Cot, également homme politique et ministre.

Titulaire d'une licence et d'un doctorat de droit public, il est admis à l'agrégation en 1966, major de sa promotion.

Professeur de droit public et de droit international à l'Université d'Amiens, puis de Paris I, il s'implante en Savoie dans le département de son père. Élu député de Savoie en mars 1973 contre le ministre gaulliste Pierre Dumas, il était devenu maire de Coise-Saint-Jean-Pied-Gauthier en 1971 et devient conseiller général du canton de Chamoux-sur-Gelon en septembre 1973, reprenant ainsi les anciens mandats locaux de son père.

Réélu député jusqu'en 1981, il entre au gouvernement de Pierre Mauroy comme ministre délégué chargé de la Coopération et du Développement. Paul Perrier lui succède au Parlement. En désaccord avec la politique africaine de la France, il en démissionne en 1982[1] ; opposé à une vision de subventionnement des pays africains par la France, il est partisan du codéveloppement. Christian Nucci le remplace au Gouvernement.

Député européen de 1978 à 1979, il est élu à cette fonction en 1984, réélu en 1989 et en 1994. Il préside le groupe socialiste du Parlement européen de 1989 à 1994 et est élu vice-président de l'institution en 1997. Jean-Pierre Cot est depuis 2002 juge au Tribunal international du droit de la mer. Il siège par ailleurs à la Cour internationale de justice en qualité de juge ad hoc dans plusieurs affaires, ainsi que dans des tribunaux arbitraux internationaux.

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

Ministère[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Fauvet, « L'écart de Jean-Pierre Cot », L'Express,‎ 10 décembre 1982 (lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]