Jean-Pierre Calloc'h

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jean-Pierre Calloch (ferry)

Yann-Ber Kalloc'h (Jean-Pierre Calloc'h en français), né le 21 juillet 1888 à Groix et tombé au champ d'honneur le 10 avril 1917 à Urvillers (Aisne), est un poète breton de langue bretonne, et plus précisément en vannetais.

Biographie[modifier | modifier le code]

A genoux - lai bretons de Jean-Pierre Callloc'h

L'unique œuvre littéraire qui le montre comme un des plus grands auteurs bretons est un recueil posthume de poèmes souvent mystiques, Ar en deulin (À genoux, War an daoulin en KLT) publié par son ami Pierre Mocaer en 1925. Ce recueil comprend le célèbre poème Me zo ganet e kreiz ar mor (Je suis né au milieu de la mer).

Dans ces poèmes composés en grande partie au front, il exprime sa profonde foi chrétienne, l'amour de sa langue et ses sentiments politiques teintés d'autonomisme.

Fils d'un marin pêcheur (mort en octobre 1902), qu'il mentionne, ainsi que sa mère, dans le poème autobiographique Me zo ganet e kreiz ar mor (« Je suis né au milieu de la mer »), il désire d'abord devenir prêtre et entre au petit séminaire de Sainte-Anne-d'Auray en 1900, puis au grand séminaire de Vannes en octobre 1905. Il doit renoncer à sa vocation car ses deux sœurs et son frère cadet souffrent d'une maladie nerveuse. Or le droit canon interdisait alors la prêtrise à ceux dont un ascendant ou un proche est atteint d'une telle maladie. Il devient répétiteur dans différentes villes dont Paris. Prenant pour pseudonyme son nom de barde Bleimor (loup de mer), il collabore à divers journaux régionalistes et autonomistes, dont Le Pays breton.

Le 12 octobre 1915, il écrit une lettre à Achille Collin qui est à la base d'une grande pétition en 1919 en faveur du breton.

Jean-Pierre Hyacinthe Calloc'h est mort pour la France, « tué à l'ennemi[1] », son nom figure au Panthéon avec les 546 écrivains morts au champ d'honneur.

En Bretagne, au moins sept rues portent son nom, d'après Les Noms qui ont fait l'histoire de Bretagne paru en 1997, notamment à Pontivy depuis 1998[2], mais aussi à Groix, Caudan, Belz, Saint-Martin-des-Champs, Guipavas, Guidel, Lesneven, Plouay, Plouvien, Plabennec, Questembert, Réguiny.

Un navire anciennement exploité par la Compagnie morbihannaise et nantaise de navigation et assurant la liaison vers l'ile de Groix et Belle-Île-en-Mer porte le nom de Jean-Pierre Calloch depuis 1970. Le collège de Locminé porte son nom[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Mem bro (1900)
  • Mor du (1900)
  • Plaintes (février 1902)
  • L'Orphelin de la côte (février 1902)
  • La Dernière Parole de Jésus (mars 1902)
  • Ker-Is (avril 1902)
  • Les Filles de Groix (1902)
  • Ar mor (1902)
  • La Légende de sainte Catherine (25 novembre 1904)
  • Le Prêtre (1904)
  • Barde et Prêtre (1904)
  • Au son de la harpe (1904)
  • Hirvoud (1905)
  • Dihunamb ! (1905)
  • Sant Eugen (12 juillet 1905)
  • Huneeh (1905)
  • Kan-Bale er chouanted (1905)
  • Au grand outrage (10 mars 1906)
  • Mon île adorée (1906)
  • Er flamanked (1906)
  • En neu veuer (1906)
  • Gourhemen a houil mat (13 juillet 1907)
  • Kenevo soudard Breih (1907)
  • Complainte de M. Noël (1907)
  • Gouil mat ! (15 août 1907)
  • Nendeleg en harlu (1907)
  • Er voraerion (1908)
  • Merhed Groai (1908)
  • Kanenn Nedeleg, dans Dihunamb no 8-9, 1908-1909[4]
  • Pardonet d'emb hun Offanseu (1909)
  • En eutreu Uzel, person Groé (1695-1717) (1909)
  • Étude sur la boussole bretonne (1910)
  • Au barde-rieur (1911)
  • Les Tueurs du Breton (1911)
  • Ar en deulin (1913[5], publié après la guerre)
  • Les Pêcheurs bretons en Mauritanie
  • Les P'tits Poilus de 1915 (1915)
  • « Lettres de Yann-Ber Kalloc'h à sa mère », dans Études Celtiques no 31, 1995, p. 225-259

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Deux jugements qui mentionnent les circonstances de la mort « tué à l'ennemi » disponibles sur le site Mémoire des hommes : [1] et [2]
  2. Rue Jean-Pierre Calloc'h, Le Télégramme, 6 octobre 1998
  3. Site du collège Jean-Pierre Calloc'h
  4. Kanenn Nedeleg en ligne avec orthographe moderne
  5. War an daoulin en ligne avec orthographe moderne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ar en deulin… Guerzenneu brehonek. Raglavar get J. Loth. Tonnieu, skedenneu ha notenneu. Molladen reihet aveit mat ; En Oriant (Lorient), Dihunamb, 1935 (trois pièces ne figurant pas dans la première édition ont été introduites ici).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Palaux, Léon, Un barde breton. Jean-Pierre Calloc'h - Bleimor. Sa vie et ses œuvres inédites, 1888-1917 ; Quimper, Libr. Le Goaziou, 1926, 320 p, ill.
  • Le Bras, Gwenaël, Yann-Ber Kalloc'h, préface de Jorj Belz ; Lorient, Dalc'homp Sonj.
  • Laurent Bourdelas, Alan Stivell, Editions Le Télégramme, 2012.

Interprétation de Me zo ganet e kreiz ar mor[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]