Jean-Pierre Blanchard (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanchard.

Jean-Pierre Blanchard28 juin 1947) est un artiste-peintre français contemporain, connu pour son art de la peinture rapide.

Reproduisant des portraits de personnalités connues telles Johnny Hallyday, Bourvil, Luciano Pavarotti, Salvador Dalí, Michael Jackson ou Ray Charles, Jean-Pierre Blanchard s'est fait connaître du grand public par le biais de plusieurs démonstrations télévisuelles lors d'émissions présentées par Patrick Sébastien comme Le plus grand cabaret du monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

4ème d’une famille de 5 enfants, Jean-Pierre Blanchard naît le 28 juin 1947 dans un petit village de l’Indre : Ingrandes. C’est là , dans la maison de son grand-père qu’il passe une première jeunesse merveilleuse au contact de la nature et de la vie paysanne, passant des jours entiers à la pêche sur les bords de l’Anglin.

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Il commence dès son plus jeune âge à dessiner la nature et les scènes de la vie rurale, mais Il est aussi attiré et fasciné par son voisin Henry de Monfreid, un personnage hors du commun : écrivain aventurier trafiquant peintre musicien. Une « gueule » extraordinaire qui va déjà le sensibiliser à la beauté et la personnalité des gens hors normes.

Puis c’est la rupture avec la campagne: Son père ayant décidé de quitter l’armée pour se reconvertir dans une vie civile, toute la famille émigre à Fresnes en région parisienne. Changement radical d’ambiance : à Ingrandes sa fenêtre de chambre donnait sur la maison d’Henry de Monfreid, et à Fresnes sur la prison. Ça n’aide pas à la créativité et la poésie. Après quelques études primaires moyennes, et malgré le refus catégorique de ses parents, il entame des études artistiques dans une école de dessin d’Art de la ville de Paris : rue Saint benoît puis rue Madame. Il a une grande admiration et un profond respect pour ses professeurs, pour la plupart prix de Rome : messieurs Renaud (dessin classique), Nadal (sculpture), Chuteau (décoration).. Il y restera de 1962 à 1966.

L'apprentissage[modifier | modifier le code]

En parallèle de ses études Jean-Pierre Blanchard travaille avec le peintre Georges Goas, voisin insoumis et révolutionnaire, ancien grand résistant, lui aussi décalé de la société et qui l’emmènera vers une première participation à un salon (Antony). Jean-Pierre n’a alors que 16 ans. Friand de toutes créations, il fait à cette époque une première rencontre avec Georges Brassens alors en tournée avec les Tréteaux de France de Jean Danet et Sylvia Monfort. Ne pouvant assumer financièrement une suite supérieure de ses études artistique, et après avoir survécu de « petits boulots », il fait son service militaire au service cinématographique des armées. Un camarade de chambrée lui présente le réalisateur Pierre Jean-Paul Delouche qui à l’époque travaillait pour le volcanologue Haroun Tazieff. Une grande amitié démarre, et c’est ainsi que Jean-Pierre se retrouve tout naturellement en 1969 au pied d’une caméra sur l’Etna et le Stromboli. Il y fait de nombreux croquis et dessins. La matière vivante qui sort des entrailles de la terre le fascine et le subjugue. ; elle sera la principale source d’inspiration qui va orienter sa peinture au travers de recherches de matières originales.

Le retour à Paris sera difficile, il décide avec son ami comédien Michel Mailhé de faire un tour de France et de vivre de leur art au jour le jour. Première étape : Honfleur ; rencontrant la réussite et liant des amitiés ils n’iront jamais plus loin. N’étant pas non plus faits pour cette vie de bohème, ils reviennent à Paris ; Michel Maihlé se produit dans les cabarets alors que Jean-Pierre s’engage dans une carrière d’illustrateur et de maquettiste en publicité, tout en s’accrochant à ce qu’il a d’essentiel : sa peinture.. Il vit alors dans une chambre de 9 m2 de la rue Cognacq-Jay. Période difficile ou il se cherche une voie picturale, détruisant 80 % de ce qu’il produit. Il s’intéresse de plus en plus aux arts du spectacle, fréquente les cabarets, l’Olympia et Bobino ou il retrouve Georges Brassens pour qui il a une admiration sans bornes. Ses rencontres nourrissent sa peinture qui petit a petit prend un sens poétique ; celui de l’humain.

La peinture et la sculpture[modifier | modifier le code]

En 1971, il épouse Béatrice avec qui il aura 2 filles. Après une mauvaise expérience en agence de publicité, il revient s’installer à Honfleur ou son métier d’illustrateur le conduira à dessiner de nombreuses étiquettes de fromages pour une société à Lisieux ; mais surtout il s’investira de plus en plus dans sa peinture et développera aussi un véritable talent de sculpteur. Avide de toujours plus de créativité, il revient à Paris et participe à de nombreuses expositions notamment sur le thème de l’imaginaire. Commence alors pour lui un travail de recherche picturale plus imaginative et poétique, recherchant sans cesse des personnages extravagants et décalés de la société. Néanmoins, il lui faut avoir à côté une activité lucrative pour nourrir sa famille, activité qu’il trouve dans la publicité puis l’événementiel. En 1987 il crée avec Bruno Chatelier l’agence CBM où il dirige la création. L’agence devenue DDB live s’avère aujourd’hui être une des toutes premières en France. C’est dans ce cadre qu’il développe le concept des spectacles picturaux. Cette même année c’est la rencontre avec René Botti, peintre qu’il admire particulièrement pour son sens très amusant et poétique de l’humain reposant sur de remarquables techniques classiques de peinture.

Le début du Speed-painting[modifier | modifier le code]

En 1997 il quitte définitivement l’agence et le monde de l’entreprise et s’installe en Charente maritime pour se consacrer exclusivement a son Art : Peinture et sculpture ; Il travaille sans concession aucune à des œuvres de plus en plus expressives, détruit tout ce qui ne lui semble pas bon pour ne garder que ce qui peut être présenté au public averti, prétendant que la médiocrité est inacceptable, ne serait-ce que par respect pour les gens qui visitent les expositions. Il y a aujourd’hui sur la marché de l’Art trop d’opportunistes et de mauvais peintres qui ont oublié les fondamentaux de la technique et de l’expression artistique qui font qu’une peinture peut et doit devenir une œuvre.

Il renoue avec les expositions et les manifestations artistiques, mais aussi multiplie les performances sur scène en créant toujours de nouvelles prestations qui lui apportent la célébrité. Ses pinceaux de scène l’emmènent ainsi dans le monde entier (Europe, moyen orient, Asie, Amérique du nord) C’est aussi pour lui l’occasion de côtoyer de très nombreuses personnalités ainsi que des artistes de toutes disciplines : poètes, musiciens, comédiens, chanteurs, cinéastes et gens de télévision etc.

Connu à Saintes sous l'appellation "l'agité du pinceau" il a créé le festival international des artistes de cabaret, et participe à de nombreuses manifestations artistiques. Il travaille actuellement sur un grand projet d'Académie d'Art et d'une Résidence d'Artistes.

Liens externes[modifier | modifier le code]