Jean-Pierre-Hugues Cambacérès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Cambacérès.
Jean-Pierre-Hugues Cambacérès
Naissance 13 novembre 1778
Montpellier
Décès 5 septembre 1826 (à 48 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service 17931824
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l'Empire
Légion d'honneur
(Officier)
Ordre royal et militaire de Saint-Louis
(Chevalier)
Famille Cambacérès

Jean-Pierre-Hugues, baron Cambacérès, né le 13 novembre 1778 à Montpellier (Hérault) et mort à Paris le 5 septembre 1826, fut un général français du XIXe siècle. Il était également le frère de Jean-Jacques Régis de Cambacérès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cavalier, le 20 septembre 1793, dans le 14e régiment de chasseurs à cheval, il fit les campagnes de 1793 à l'an III aux armées des Alpes et des Pyrénées, assista au siège et à la bataille de Figuières, où il eut un cheval tué sous lui et reçut un coup de sabre sur-la tête ; aux sièges de Nice, de Lyon, de Toulon et de Bellegarde, il fut nommé sous-lieutenant au 23e régiment le 16 pluviôse an III.

Il rejoignit ce corps à l'armée de l'Ouest, se trouva au combat de Pontivy, et servit de l'an IV à l'an VII aux armées du Nord et de Sambre-et-Meuse. Il se fit remarquer au combat de Nassau, où une balle le frappa à l'épaule, aux batailles de Neuwied et de Zurich, au combat et à la prise de Schaffhouse : dans cette dernière affaire, une balle le blessa dans la cuisse, et il perdit un cheval tué sous lui.

Lieutenant le 14 fructidor an VII, capitaine le 27 frimaire an VIII, envoyé à l'armée du Rhin, le 2 germinal, en qualité d'adjoint à l'état-major général, il prit part aux batailles de Stockach et de Moeskirch, le 13 et le 15 floréal. Blessé à Moeskirch d'un coup de sabre à l'avant-bras droit, et promu au grade de chef d'escadron, le 7 vendémiaire an IX, il donna de nouvelles preuves de valeur dans la journée du 10 frimaire, et à celle du 12, à Hohenlinden, à la tête d'un escadron du 23e de chasseurs, qu'il avait rejoint ; il reçut dans cette dernière bataille un coup de sabre à la lèvre supérieure.

Nommé adjudant-commandant, le 9 nivôse an XI, il passa le 12 vendémiaire an XII à la division de cavalerie, rassemblée au camp de Saint-Omer. Membre et officier de la Légion d'honneur, les 15 pluviôse et 25 prairial an XII, et attaché dans le mois, de vendémiaire an XIV au 4e corps de la Grande Armée, il fit en Allemagne et en Prusse les campagnes de l'an XIV à 1806.

Général de brigade le 10 juillet 1806, et employé le 24 septembre au 6e corps, il passa au 1er en février 1807, fit la campagne de Pologne (1807) et partit pour l'Espagne en 1808.

À cette époque, Napoléon Ier le créa baron de l'Empire.

Le 25 septembre 1810, il prit le commandement d'un département de la 26e division militaire (Mayence). Nommé le 4 mars 1813 au commandement d'une brigade du 1er corps de cavalerie de la Grande Armée, et employé le 5 octobre au grand quartier-général, il alla prendre le 14 décembre le commandement du département d'Indre-et-Loire, qu'il quitta le 11 juin 1814 pour celui de l'Aveyron.

Placé en non-activité le 25 septembre, chevalier de Saint-Louis le 17 juillet 1816, et compris comme disponible le 30 décembre 1818 dans le cadre de l'état-major général de l'armée, il fut admis à la retraite le 1er décembre 1824.

Cet officier général est mort à Paris le 5 septembre 1826.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre-Hugues Cambacérès naquit dans une famille de magistrats appartenant à la vieille noblesse de robe de la ville. Fils de Jean-Antoine de Cambacérès (20 avril 1715 - Montpellier - 23 septembre 1801 - Bedarrides), conseiller à la Cour des aides de Montpellier, maire de cette ville, et de sa maîtresse Jeanne Dittry, son père, veuf, s'était remarié avec cette dernière, le 18 avril 1787, afin de régulariser la situation des deux enfants nés de cette union.

Jean-Pierre-Hugues épousa, le 19 février 1797, Anne Marie Joséphine Philippine Karsch. Ensemble, ils eurent :

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire OLH.svg
Blason Jean-Pierre-Hugues Cambacérès (1778-1826).svg
Armes du baron Cambacérès et de l'Empire.

D'or au dextrochère au naturel, paré de gueules, rebrassé d'hermines, mouvant de sénestre, tenant les tables de la loi de sable, accompagné de trois lozanges de même, cantonné à dextre en chef d'un chevron de gueules accompagné de trois rosettes de même, et à sénestre du quartier de baron sorti de l'armée.[2],[3]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no LH/412/12 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. a et b « BB/29/1063 page 75. », M. le baron Cambacérès., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  3. « Tout sur l'héraldique : dessin de blasons et d'armoiries », Noblesse impériale, sur toutsurlheraldique.blogspot.com (consulté le 24 juin 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]