Jean-Paul Denanot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Paul Denanot
Jean-Paul Denanot et Claude Bartolone, lors de l'inauguration de la médiathèque de Panazol, le 14 mars 2013.
Jean-Paul Denanot et Claude Bartolone, lors de l'inauguration de la médiathèque de Panazol, le 14 mars 2013.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le 1er juillet 2014
Élection 25 mai 2014
Législature 8e Parlement européen
1er octobre 200813 juillet 2009
Législature VIe
Président du conseil régional du Limousin
28 mars 200430 septembre 2014
Réélection 26 mars 2010
Prédécesseur Robert Savy
Successeur Gérard Vandenbroucke
Biographie
Date de naissance 24 avril 1944 (70 ans)
Lieu de naissance Boisseuil (Haute-Vienne)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique PS
Profession Professeur

Jean-Paul Denanot, né le 24 avril 1944 à Boisseuil, en Haute-Vienne, est un homme politique français.

Il est professeur pendant de nombreuses années, avant de se consacrer ensuite exclusivement à ses mandats et à son engagement politique.

Membre du Parti socialiste, il est considéré comme un « partisan » de François Hollande, député-maire de Tulle. Il a notamment été maire de Feytiat de 1992 à 2004, date à laquelle il a démissionné de sa fonction pour prendre la tête du Conseil régional du Limousin, poste qu'il occupe jusqu'en septembre 2014. Il a brièvement été député européen de 2008 à 2009, succédant à Bernadette Bourzai, alors élue sénatrice de Corrèze.

Il devient, en août 2008, à Roanne, le président du Groupement d'intérêt public interrégional du Massif central[1], chargé du développement du Massif central[2].

Le 6 mai 2012 à Tulle, lors du premier discours du nouveau président élu François Hollande, il met en valeur ses qualités d'accordéoniste[3].

Il a été désigné tête de liste du Parti socialiste pour les élections européennes de 2014 dans la Circonscription Massif central-Centre. Arrivant en troisième position derrière les listes du Front national et de l'UMP, il redevient eurodéputé[4],[5].

Il est également nommé depuis mai 2014, président du conseil d'administration du CHU de Limoges.

Élections européennes de 2009[modifier | modifier le code]

À la suite de l'élection de Bernadette Bourzai au Sénat, le 21 septembre 2008, Jean-Paul Denanot, qui la suivait sur la liste socialiste des élections européennes de 2004, devient député européen, tout en gardant son siège de président du Conseil régional. Il renonce cependant à ses fonctions d'adjoint au maire de Feytiat et vice-président de la Communauté d'agglomération Limoges Métropole[6].

Pressenti pour occuper la tête de liste du PS dans la circonscription Centre-Massif central pour les élections européennes de 2009, la direction nationale du parti lui préfère finalement le fabiusien Henri Weber, au nom du cumul des mandats. Il appelle les militants à ne pas valider la liste le 12 mars, un vœu qui est écouté puisque 80 % des militants limousins rejettent cette liste, faisant pencher de 300 voix la balance en défaveur d'Henri Weber. Dès le lendemain, il demande la tenue d'« un nouveau vote militant »[7]. Cependant, cette demande n'est pas écoutée, et la direction du parti choisit pour respecter le signal envoyé par le Limousin de placer Laurent Lafaye, premier secrétaire fédéral de la Haute-Vienne, en troisième place.

Élections régionales de 2010[modifier | modifier le code]

Menant une liste d'union de différents partis de gauche (PS, ADS, MRC, PRG, Mouvement écologiste Limousin aux élections régionales 2010 dans le Limousin, Jean-Paul Denanot doit néanmoins faire face à deux listes comportant des élus issus de sa majorité : une liste Europe Écologie, conforme aux volontés de la direction nationale des Verts, et une liste Front de gauche-NPA[8]. Si la fusion au second tour se fait sans encombre avec les écologistes, elle n'est pas effective avec l'autre liste, en raison de divergences sur la présence d'un candidat NPA sur la liste d'union du second tour en Haute-Vienne[9]. La liste portée par Jean-Paul Denanot l'emportant au second tour, ce dernier est reconduit à la tête du Conseil régional.

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats actuels :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]