Jean-Pancrace Chastel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pancrace (homonymie).

Jean-Pancrace Chastel

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fronton de la Halle aux Grains d'Aix-en-Provence,
réalisée par Jean-Pancrace Chastel.

Nom de naissance Jean-Pancrace Chastel
Naissance 12 mai 1726
Avignon
Décès 30 mars 1793 (à 67 ans ans)
Aix-en-Provence
Nationalité française
Pays de résidence France
Profession Sculpteur

Jean-Pancrace Chastel (né à Avignon en 1726 et décédé à Aix-en-Provence le 30 mars 1793) est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pancrace Chastel est né à Avignon en 1726 et rentre en apprentissage en 1745 chez le sculpteur Jean-Baptiste Ier Péru (1676 - 1744) à Avignon, puis se fixe à Aix-en-Provence. Il se marie le 29 octobre 1754 avec Suzanne Touche dont il aura deux filles : Marie Julie et Claire Marie. Veuf, il se remarie le 8 juillet 1758 avec Anne Granier qui lui donne un fils, Jean Gaspard Hippolyte.

Il travaille dans les hôtels particuliers et les châteaux environnants ; il installe des ateliers dans lesquels ouvriers et apprentis sculptent sous sa direcion. Il devient en 1774 le premier professeur de sculpture à l'école d'Aix-en-Provence. Il devient l'ami de Joseph-Alphonse-Omer de Valbelle qui l'emploie à la décoration de son château de Tourves. La Révolution le prive de sa clientèle aristocratique et donc de toute ressource. Pauvre et malade, il meurt à l'hôpital des Incurables le 30 mars 1793[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

À Aix-en-Provence[modifier | modifier le code]

Les principales œuvres de Chastel sont à Aix-en-Provence :

  • Le cénotaphe des Gueidan réalisé à la demande de Gaspard de Gueidan représentant Guillaume II et se trouvant au Musée Granet.
  • La fontaine de la place des Prêcheurs[2].
  • La fontaine des Bagniers, en collaboration avec Georges Vallon (1756-1759)[3].
  • Le fronton de la halle aux grains[4].
  • Une Vierge en pierre de grès au musée Granet.
  • La statue de l'"Homme assassiné" au musée Paul Arbaud, dans le jardin de Joseph Sec jusqu'à la fin du 19e siècle[5].
  • Les décorations du monument réalisé au n° 8 du boulevard Pasteur à Aix-en-Provence par Joseph Sec, menuisier et marchand de bois, ont été sculptées par J.-P. Chastel pour certains auteurs[6]. Pour d'autres, comme Michel Vovelle, il semble impossible que Chastel ait contribué à l'édification de ce monument réalisé en 1792 alors qu'à cette époque il a été reçu comme malade incurable et paralytique à l'hôpital Saint-Jacques ; il est cependant indiscutable que Joseph Sec ait connu J.-P. Chastel[7].
  • Le château de la Pioline, route des Milles[8].

Aux alentours[modifier | modifier le code]

  • Les trois dauphins de la fontaine située place Pierre Puget à Toulon et réalisée par l'architecte Toscat[9].
  • Le tombeau pour son protecteur le comte de Valbelle, un des meilleurs travaux de l'artiste a été détruit[10]
  • J.-P. Chastel procède à la réfection du pont Flavien à Saint-Chamas : il travaille d'abord en collaboration avec Tronc, tailleur de pierre de La Fare-les-Oliviers, pour la restauration d'un arc du pont, puis il réalisera seul la sculpture des trois lions manquants sur les quatre qui se trouvaient à l'origine au sommet de chacun des arcs placés à chaque extrémité du pont. Pour cette dernière tâche il bénéficiera d'une somme de 650 livres octroyées par marché du 22 novembre 1764[11].

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Masson (dir.), Gustave Arnaud d'Agnel, Victor-Louis Bourilly, Raoul Busquet et al., Les Bouches du Rhône : Encyclopédie départementale, t. III, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône,‎ 1921, 868 p., chap. XXVII (« Les Arts : Sculpture, architecture, industries artistiques »), p. 820
  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 2006 (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 120.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ambroise Roux-Alphéran, Les rues d'Aix : Recherches historiques sur l'ancienne capitale de la Provence, Aix-en-Provence, Typographie Aubin,‎ 1846, 664 p. (lire en ligne), p. 620-621
  2. « Notice no PA00081007 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Notice no PA00081004 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Notice no PM13001060 », base Palissy, ministère français de la Culture
  5. « Notice no PM13002586 », base Palissy, ministère français de la Culture
  6. Michel Vovelle, L'irrésistible ascension de Joseph Sec, bourgeois d'Aix, Aix-en-Provence, Édisud,‎ 1975, 95 p. (ISBN 2-85744-008-1), p. 40
  7. Michel Vovelle, L'irrésistible ascension de Joseph Sec, bourgeois d'Aix, Aix-en-Provence, Édisud,‎ 1975, 95 p. (ISBN 2-85744-008-1), p. 41
  8. « Notice no PA00080992 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Guides Bleus : Provence, Alpes, côte-d'azur, Hachette,‎ 1990, 907 p. (ISBN 2-01-011427-2), p. 786
  10. Paul Masson (dir.), Gustave Arnaud d'Agnel, Victor-Louis Bourilly, Raoul Busquet et al., Les Bouches du Rhône : Encyclopédie départementale, t. III, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône,‎ 1921, 868 p., chap. XXVII (« Les Arts : Sculpture, architecture, industries artistiques »), p. 820
  11. Paul Lafran et Gustave Plantier, Saint-Chamas, des origines à 1851, Les amis du vieux Saint-Chamas,‎ 1955, 240 p., p. 55

Liens externes[modifier | modifier le code]