Jean-Omer Marchand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marchand.

Jean-Omer Marchand, né à Montréal le 28 décembre 1872, décédé le 11 juin 1936 à Montréal, est un architecte québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à Montréal. Quelques années plus tard, il quitte le Québec pour étudier à l'École des beaux-arts de Paris. Il fut le premier architecte canadien diplômé de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Après une absence de neuf ans, il revient en 1902 dans sa ville natale pour y ouvrir un cabinet d'architecte. Avec son premier associé (l'américain Samuel Stevens Haskell), il conçoit un nombre d'importants édifices à Montréal, dont la Chapelle et les bibliothèques du Grand Séminaire des prêtres de Saint Sulpice (1903-1907), la maison mère des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame (1904-1906), qui abrite aujourd'hui le collège Dawson, et l'église paroissiale Sainte-Cunégonde (1904-1906). Le cabinet conçoit aussi la cathédrale de Saint-Boniface (en grande partie détruite par un incendie en le 22 juillet 1968), à Saint-Boniface (Manitoba).

Sir Rodolphe Forget leur commande une vaste résidence, sur ce qui porte aujourd'hui le nom de l'avenue du Musée, à Montréal. Les gouvernements municipal et provincial confient à Marchand et Haskell plusieurs projets de rénovation.

Après le décès prématuré de son associé en 1913, Jean-Omer Marchand, plutôt que de s'associer à long terme avec un autre architecte, s'engage dans divers partenariats ponctuels. En collaboration avec R.A. Brassard, il conçoit la prison de Bordeaux (1905), avec Joseph Venne, l'église Saint-Pierre-Claver (1915) et, avec Ernest Cormier, l'École des beaux-arts de Montréal de la rue Saint-Urbain (1922).

Il a également contribué, avec John A. Pearson, à la conception de l'édifice du centre du Parlement du Canada, construit entre 1916 et 1927[1].

Le fonds d'archives Jean-Omer Marchand est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[2].

Honneur[modifier | modifier le code]

En 1990, à l'occasion du centième anniversaire de l'Ordre des architectes du Québec, la Ville de Montréal nomme plusieurs rues de Montréal en l'honneur des architectes qui ont fait leurs marques à Montréal. On retrouve donc une rue en l'honneur de Jean-Omer Marchand mais aussi une pour Alexander Cowper Hutchison, Eugène Payette et Henri-Maurice Perrault[3]. La rue J-O Marchand est située dans l'arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Structurae
  2. Fonds Jean-Omer Marchand (P485) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  3. Mémoire du Québec