Jean-Nicolas Trouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trouille.

Jean-Nicolas Trouille, né en 1750 et mort en 1825, est un ingénieur et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Nicolas Trouille, ingénieur en chef des ponts et chaussées, est né à Versailles le 1 avril 1750 et est mort à Brest le 3 août 1825. Après un court passage dans la cavalerie, quittée pour une affaire de duel, puis dans l'artillerie de marine à Brest, il est repéré par Antoine Choquet de Lindu pour ses qualifications d'architecte et est pris à son service en 1777 en tant que dessinateur auxiliaire à la direction des Travaux maritimes.

En 1791, il succède à Tarbé de Vauxclairs en tant que directeur des Travaux maritimes à Brest, poste qu'il garde une première fois jusqu'en 1796.

En 1795, il est élu député au Conseil des Cinq-Cents, spécialisé dans les questions relatives à la marine. On lui doit en 1798 la sauvegarde du château de Versailles, que certains ambitionnaient de démolir afin de récupérer ses pierres. À la place, Trouille propose d'y regrouper un certain nombre d'établissements artistiques ou administratifs.

Une fois la période révolutionnaire terminée, il revient à Brest, regagne en 1800 le service des Travaux maritimes, qu'il dirige une nouvelle fois de 1814 à 1821.

Parmi ses œuvres encore visibles, citons :

  • En 1780, Il réalise l'élévation géométrale au crayon du mausolée du commandant Charles Louis du Couëdic pour l'église Saint-Louis de Brest. Une gravure de ce dessin, vue au musée de la Tour Tanguy de Brest, fut réalisée plus tard par le lithographe Jacob à Quimper et imprimée par Oberthur à Rennes. Hélas, ce monument fut détruit par les bleus lors de la révolution française. Actuellement, il reste une plaque de marbre noir et une petite plaque de cuivre n°6 qui signalent encore l'emplacement exact du mausolée situé autrefois derrière le maître-autel.
  • De 1805 à 1810, la Prison de Pontaniou,
  • De 1807 à 1809, le Bâtiment aux Lions au sein de l'Arsenal de Brest,
  • En 1808, l'aménagement de l'Île des Morts en poudrière.