Jean-Michel Nicollier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Michel Nicollier, né le 1er juillet 1966 à Vesoul et mort à Vukovar le 20 novembre 1991, est un français qui s'est engagé aux côtés de l'armée Croate et qui fut abattu durant le massacre de Vukovar.[1]

En 2012, la romancière croate Nevenka Nekic publie un roman, Jean ili miris smrti, inspiré de son histoire.[2][3]

En septembre 2014, son nom est donné à un pont sur la rivière Vuka, pont jusque-là nommé pont de l'amitié.[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Les forces serbes avaient exécuté des personnes arrêtées dans l'hôpital de cette localité, parmi lesquelles le jeune Français, blessé, dont le corps n'a jamais été retrouvé.» "La ville de Vukovar en Croatie rend hommage à un jeune volontaire français tué pendant la guerre en ex-Yougoslavie", Radio France Internationale, 19 octobre 2014, consultable en ligne: http://www.rfi.fr/contenu/ticker/ville-vukovar-croatie-rend-hommage-jeune-volontaire-francais-tue-pendant-guerre-ex-yo
  2. Jean ili miris smrti, Udruga dr. Ante Starčević - Tovarnik, Tovarnik, 2012
  3. Présentation du livre à Zagreb: "Roman "Jean ili miris smrti" predstavljen u Zagrebu", hkv.hr, 20 juin 2012, consultable en ligne: http://www.hkv.hr/izdvojeno/vai-prilozi/ostalo/prilozi-graana/12018-roman-qjean-ili-miris-smrtiq-predstavljen-u-zagrebu.html
  4. "Most Jean-Michela Nicoliera u Vukovaru" [un pont Jean-Michel Nicollier à Vukovar], narod.hr, 18 septembre 2014, consultable en ligne: http://narod.hr/hrvatska/jean-michela-nicoliera-u-vukovaru/

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]