Jean-Michel Huon de Kermadec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huon et Kermadec.
Jean-Michel Huon de Kermadec
Portrait de Jean-Michel Huon de Kermadec
Portrait de Jean-Michel Huon de Kermadec

Naissance 12 septembre 1748
au Manoir du Tromeur, à Bohars, près de Brest, dans le Finistère (France)
Décès 6 mai 1793 (à 45 ans)
sur l'île de Poudié, Balade (Nouvelle-Calédonie)
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade capitaine de vaisseau
Années de service mai 17666 mai 1793
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis
Commandement Le Rhône (1789)
Le Patriote (1790-91)
L'Espérance(1791-93)
Distinctions Chevalier de Saint-Louis (1781)
Membre de l'Académie de marine (1789)
Hommages Son nom a été donné à divers lieux et espèces végétales

Jean-Michel Huon de Kermadec, né le 12 septembre 1748 au Manoir du Tromeur, à Bohars, près de Brest, dans le Finistère (France) et décédé le 6 mai 1793 sur l'île de Poudié, Balade (Nouvelle-Calédonie), est un navigateur français du XVIIIe siècle. Entré à 18 ans dans la Marine royale, il participe à la guerre d'indépendance des États-Unis sous les ordres du comte d'Orvilliers et de La Motte-Picquet. La paix revenue, il part en 1785 pour un voyage d'exploration scientifique commandé par le contre-amiral Bruny d'Entrecasteaux au Levant. En 1791, il est choisi pour seconder Bruny d'Entrecasteaux dans sa tentative de retrouver Monsieur de La Pérouse, dont on était sans nouvelles depuis trois ans. Il meurt de la tuberculose pendant cette expédition.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et débuts[modifier | modifier le code]

Jean-Guillaume Huon de Kermadec descend d'une ancienne famille de la noblesse bretonne dont l'origine remonte au XIIIe siècle. Elle porte « d'or à trois annelets d'azur, cantonnés de trois croisettes recroisetées de même » et sa devise est : atao da virviquen (toujours à jamais).

Fils aîné de Jean-Guillaume Huon de Kermadec, seigneur de Tromeur (1713-1758) et de son épouse Anne-Françoise du Mescam, dame de Mescaradec (1723-1788), Jean-Michel Huon de Kermadec est reçu, comme son frère Jean-Marie[1], page du roi en 1762. Il entre dans la Marine royale comme garde de marine en mai 1766, avant d'être promu au grade d'enseigne de vaisseau en 1773.

Guerre d'indépendance américaine[modifier | modifier le code]

Embarqué en qualité d'enseigne du vaisseau Le Sensible, commandée par le chevalier Bernard de Marigny, dans l'armée du comte d'Orvilliers, il sort de Brest, le 8 juillet 1778, pour aller à la rencontre des forces anglaises. Ayant aperçu, le 24 juillet, un certain nombre de voiles sous le vent de sa flotte, l'amiral français envoie en avant Le Sensible, qui rapporte bientôt que la flotte anglaise compte trente vaisseaux de ligne aux ordres de l'amiral Keppel. D'Orvilliers donne aussitôt l'ordre de se ranger en ordre de bataille ; mais une brume épaisse sépare les deux armées, qui ne se retrouvent que le 27, à la hauteur d'Ouessant.

Il sert sur vaisseau Le Diadème, commandé par M. de Dampierre, dans l'escadre de La Motte-Picquet, lorsque ce général réunit ses forces à celles que le comte d’Estaing avait à La Martinique. Après cette jonction, Kermadec prend part au combat et à la prise de la Grenade, puis au siège de Savannah en 1779 ; enfin aux combats des 20 et 21 mars 1780, livrés par l'escadre de La Motte-Picquet à l'amiral Hyde Parker. En 1781, il est fait chevalier de l'ordre de Saint-Louis.

Voyage d'exploration au Levant[modifier | modifier le code]

En 1785, Huon de Kermadec embarque sur La Résolution à Brest en tant que commandant en second du contre-amiral Bruny d'Entrecasteaux et prend part au voyage d'exploration vers le Levant (Chine). Cette expédition ouvre une nouvelle route maritime vers la Chine, La Résolution passe par le détroit de la Sonde, les Moluques, les Mariannes et les Philippines, jusqu'à Canton, en traversant, contre la mousson, des régions inexplorées et dangereuses.

À la recherche de Monsieur de Lapérouse[modifier | modifier le code]

La Recherche et L'Espérance, par François Roux

Huon de Kermadec se voit confier son premier commandement sur Le Rhône, en 1789 et, le 11 avril de cette même année, il devient membre de l'Académie de marine. Il sert à nouveau sous les ordres d'Entrecasteaux sur Le Patriote en 1790-1791, et est choisi pour commander la frégate L'Espérance, lors de l'expédition d'Entrecasteaux destinée à aller chercher Monsieur de La Pérouse, qui quitte le port de Brest le 28 septembre 1791.

Article détaillé : Expédition d'Entrecasteaux.

Ce n'est qu'une fois en mer, le lendemain, qu'il est averti de sa promotion au grade de capitaine de vaisseau. Après une escale à Tenerife et au Cap de Bonne-Espérance et une étude de l'île d'Amsterdam et de l'île Saint-Paul, d'Entrecasteaux décide d'aller examiner les rapports voulant que certains habitants des îles de l'Amirauté « portaient des uniformes français et des ceintures de marins » et il approche de ces îles en « passant au sud de la Nouvelle-Hollande ». Le 23 avril 1792, les deux vaisseaux parviennent à Baie de la Recherche[2] sur Van Diemen's Land, actuelle Tasmanie, où ils trouvent de l'eau potable et des vivres. Ils y séjournent jusqu'au 28 mai.

L’expédition met alors les voiles au nord et rejoint l'île des Pins, sur la côte ouest de la Nouvelle-Calédonie puis vers la Nouvelle-Irlande, elle rejoint à nouveau les îles de l'Amirauté puis Ambon sans trouver aucune trace de La Pérouse. Depuis les Indes orientales néerlandaises, l'expédition mit le cap au sud-ouest vers la Nouvelle-Hollande, et après avoir traversé l'archipel de la Recherche, ils atteignent la Baie de l’Espérance[3], Australie-Occidentale, le 9 décembre. Les Français restent au mouillage jusqu'au 17 décembre.

Avec des réserves en eau potable à un niveau critique en janvier 1793, Huon de Kermadec parvient à convaincre d'Entrecasteaux de mettre le cap vers la Tasmanie, où ils étaient assurés de pouvoir se réapprovisionner, perdant ainsi l'opportunité de déterminer l'existence d'un détroit au sud de la Nouvelle-Hollande. Le 21 janvier, l’expédition retourne à la Baie de la Recherche. Ce second voyage en Tasmanie, qui se poursuivra jusqu'au 27 février, sera marqué par des contacts amicaux avec les habitants indigènes vivant sur place. Il permit également la découverte de l'estuaire de la rivière Derwent. La Recherche et L'Espérance se dirigent alors vers Tongatapu et Balade en Nouvelle-Calédonie où Huon de Kermadec meurt de la tuberculose le 6 mai 1793. Il est enterré sur l'île de Poudioué (aujourd'hui Cook's Observatory Island).

Lettré et cultivé, Huon de Kermadec dessinait et jouait de la flute. Avant sa mort, il laisse des instructions précise pour que sa bibliothèque soit partagée entre les officiers de l'expédition. Jamais marié, il ne laisse pas de descendance.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le pin Huon de Tasmanie doit son nom au capitaine Huon de Kermadec

Jean-Michel Huon de Kermadec a laissé son nom à :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Huon de Kermadec (1749-1796). À sa sortie du corps des pages il entre dans la Marine royale en qualité de garde-marine en 1766, enseigne de vaisseau en 1773, puis lieutenant de vaisseau l'année suivante. Il est à la prise de l'île de la Dominique en 1778. Il participe à la campagne des Indes en 1781, il prend le commandement de La Subtile en 1782 et chargé de dépêches pour le ministre de la Marine, il fait la campagne des Antilles en 1783, major de vaisseau en 1786, il est promu capitaine de vaisseau en 1792. Rayé du corps de la marine la même année pour refus de serment, il est incarcéré comme suspect au château de Brest. Libéré le 9 Thermidor, il meurt peu après.
  2. D'Entrecastreaux nomme cette baie, Baie de la Recherche (traduit en anglais par Recherche Bay)
  3. D'Entrecastreaux nomme cette baie, Baie de l'Espérance (traduit en anglais par Esperance Bay)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. P. E. de Rossel, Voyage de D’Entrecasteaux, Envoyé à la Recherche de la Pérouse, Paris, 1808
  • M. Dupont, D’Entrecasteaux: Rien que la Mer un Peu de Gloire, Paris, 1983
  • H. Richard, Le Voyage de D’Entrecasteaux à la Recherche de Lapérouse, Paris, 1986
  • Prosper Levot, Biographie bretonne sur Google Livres, Cauderan, 1852, page 926
  • Christian de La Jonquière, Les Marins français sous Louis XVI: guerre d'indépendance américaine, Muller, 1996, p. 137
  • (en) F. Horner, Looking for La Pérouse, Melbourne, 1995
  • (en) E. et M. Duyker, Bruny D’Entrecasteaux: Voyage to Australia & the Pacific 1791-1793, Melbourne, 2001
  • (en) E. Duyker, Citizen Labillardière: A Naturalist’s Life in Revolution and Exploration (1755-1834), Melbourne, 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]