Jean-Marie Klinkenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Klinkenberg.

Jean-Marie Klinkenberg

Naissance 8 octobre 1944 (70 ans)
Verviers (Belgique)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Champs Sciences du langage, littérature
Institutions Université de Liège
Diplôme Université de Liège
Université de Valladolid

Jean-Marie Klinkenberg, né le 8 octobre 1944 à Verviers (Province de Liège), est un linguiste et sémioticien belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur, aujourd'hui émérite, de l'université de Liège, Jean-Marie Klinkenberg y enseigne les sciences du langage, et spécialement la sémiotique et la rhétorique, mais aussi les cultures francophones. Il a développé une partie de ses travaux rhétoriques et sémiotique au sein du Groupe µ. C'est dans ce cadre qu'il a contribué à une réorientation de la sémiotique dans une direction cognitive et sociologique, perspective qui préside aussi à ses travaux sur les cultures périphériques. Il a publié plus de 600 travaux traduits en une quinzaine de langues, depuis Rhétorique générale au sein du Groupe µ (1970), jusqu’à Périphériques Nord (2010). Il a contribué à orienter dans le premier ouvrage la sémiotique dans une direction sociale et cognitive. Il a introduit dans le second domaine une dimension sociale et institutionnelle.

Titulaire d'une maîtrise en philologie romane (1967), docteur d'État en philosophie et lettres (1971), J.-M. Klinkenberg a été chercheur (1967-1968), assistant (1968-1972), maître-assistant (1973-1979), professeur (1979-1991) puis (depuis 1991) professeur titulaire à l’Université de Liège (Belgique) où il occupait la chaire de « Sémiologie et rhétorique ». Il a également été président du Centre d’études québécoises de Liège, le plus ancien d’Europe, et a créé à l'Université de Liège un Centre d’études de la littérature francophone de Belgique.

Il rejoint le Groupe µ dès ses débuts, en 1967.

Il a été professeur visiteur à Tel-Aviv, Mexico, Urbino, São Paulo, Montréal, Jyväskylä. Titulaire à trois reprises d'une Chaire Francqui (1995-1996, 1999-2000, 2000-2001), il est également expert au CNRS, au FNRS/NFWO belge, à l'AUF et dans diverses institutions scientifiques canadiennes ou internationales. Il est membre du Conseil de rédaction de nombreuses revues scientifiques ou collections, et notamment directeur de la doyenne des revues de linguistique française, Le Français moderne. Il est également président de l' International Association for Visual Semiotics.

Il est membre de l'Académie royale de Belgique et du Haut Conseil de la Francophonie.

Il est consultant permanent près les éditions Larousse. Il est président du Conseil supérieur de la langue française et de la politique linguistique de Belgique, responsabilité qu'il a déjà occupée de 1993 à 1997.

Récipiendaire de l'Ordre des francophones d'Amérique[modifier | modifier le code]

En 1988, l’insigne de l'Ordre des francophones d'Amérique[1] a été décerné par le Conseil supérieur de la langue française du Québec dans la catégorie « représentant des autres continents » à J.M. Klinkenberg. Cette dignité récompense ses travaux, qui ont marqué le développement de la critique littéraire, scientifique et sociale contemporaine, et le travail qu'il a effectué pour rapprocher le Québec et l'Europe, notamment pour avoir développé les études québécoises sur ce continent — il a été, douze ans durant, président du Centre d'études québécoises de l'Université de Liège, le plus ancien en Europe, fondé par son maître Maurice Piron — et y avoir inspiré une philosophie de la politique linguistique, dans la genèse de laquelle l'expérience québécoise a joué un grand rôle. Il a été, à de nombreuses reprises, professeur invité dans presque toutes les universités du Québec, où il a formé maints chercheurs.

J.M. Klinkenberg est également titulaire de plusieurs distinctions honorifiques belges et françaises. Il est ainsi en Belgique Grand Officier des Ordres de la Couronne et de Léopold II et en France Commandeur dans l'Ordre des Arts et Lettres et Officier des Palmes académiques. Il est Docteur honoris causa des universités de Metz, Moncton et de Sibiu.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rhétorique générale, Paris, Larousse, 1970 (rééd. Paris, Le Seuil, 1982); avec le Groupe µ.
  • Style et Archaïsme dans La Légende d'Ulenspiegel de Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1973.
  • Rhétorique de la poésie : lecture linéaire, lecture tabulaire, Bruxelles, Complexe, 1977 (rééd. Paris, Le Seuil, 1990); avec le Groupe µ.
  • Collages, Paris, U.G.E., 1978; avec le Groupe µ.
  • A Semiotic Landscape. Panorama sémiotique, La Haye, Mouton, 1979; avec Seymour Chatman et Umberto Eco.
  • Rhétoriques, Sémiotiques, Paris, U.G.E, 1979 ; avec le Groupe µ.
  • La littérature française de Belgique, Paris, Nathan, Bruxelles, Labor, 1980.
  • Langages et collectivités : le cas du Québec, Montréal, Leméac, 1981; avec D. Latin et G. Connolly.
  • Trajectoires : littérature et institutions au Québec et en Belgique francophone, Presses universitaires de Montréal, Bruxelles, Labor, 1985; avec Lise Gauvin.
  • Charles De Coster, Bruxelles, Labor, 1985.
  • Adaptation française de Le Signe. Introduction à un concept et à son histoire, par Umberto Eco, Bruxelles, Labor, 1988 (rééd. Le livre de poche, 1992).
  • Raymond Queneau, André Blavier : lettres croisées (1949-1976), Bruxelles, Labor, 1988.
  • Le sens rhétorique. Essais de sémantique littéraire, Toronto, G.R.E.F., Bruxelles, Les Éperonnniers, 1990.
  • Écrivain cherche lecteur. L’écrivain francophone et ses publics, Paris, Créaphis, Montréal, V.L.B., 1991; avec Lise Gauvin. (ISBN 978-2907150248)
  • Traité du signe visuel. Pour une rhétorique de l'image, Paris, Le Seuil, 1992; avec le Groupe µ.
  • Espace Nord. L’Anthologie, Bruxelles, Labor, "Espace Nord", 1994.
  • Des Langues romanes, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994.
  • Sept leçons de sémiotique et de rhétorique, Toronto, G.R.E.F., 1996.
  • Une langue, une communauté. Le français en Belgique, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1997; avec Daniel Blampain, André Goosse, Marc Wilmet.
  • Salut Galarneau !, de Jacques Godbout, Montréal, Boréal, 1997.
  • Tu parles !? Le français dans tous ses états, Paris, Flammarion, 2000 (rééd. 2002, coll. Champs); avec Bernard Cerquiglini, Jean-Claude Corbeil, Benoît Peeters.
  • Précis de sémiotique générale, Paris, Le Seuil, 2000, Duculot, 1997.
  • La langue et le citoyen. Pour une autre politique de la langue française, Paris, Presses universitaires de France, 2001.
  • Figuras, conocimiento, cultura. Ensayos retóricos, Mexico, Universidad Nacional Autónoma, 2003; avec le Groupe µ.
  • Petites mythologies belges, Bruxelles, éditions Labor/Espace de Libertés, collection "Liberté j'écris ton nom", 2003, édition revue et considérablement augmentée, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2009.
  • La littérature belge. Précis d'histoire sociale, Bruxelles, Labor, 2005 ; avec Benoît Denis.
  • Figures de la figure. Sémiotique et rhétorique générale (avec Sémir Badir), Presses universitaires de Limoges , 2008.
  • L’avenir du français (avec Jacques Maurais, Pierre Dumont, Bruno Maurer, Patrick Chardenet), Paris, Agence universitaire de la Francophonie, Édition des archives contemporaines, 2008.
  • Le Tournant des années 1970. Liège en effervescence (avec Nancy Delhalle et Jacques Dubois), Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2010.
  • Périphériques Nord. Fragments d'une histoire sociale de la littérature francophone en Belgique, Presses de l'Université de Liège, 2010.
  • Voir faire. Faire voir, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]