Jean-Marie Harribey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Marie Harribey est un économiste français, professeur agrégé de sciences économiques et sociales et ancien maître de conférences à l'université Montesquieu - Bordeaux 4, où il enseigna notamment l'économie et l'analyse des problèmes sociaux. Il intervenait simultanément à l'IEP de Bordeaux dans le cadre de la préparation au CAPES et à l'agrégation de sciences économiques et sociales. Il a également été coprésident d'Attac France, avec Aurélie Trouvé, de 2006 à 2009[1]. Depuis, il co-préside le Conseil scientifique d'Attac.

Activités[modifier | modifier le code]

Ses domaines de recherche sont la critique de l'économie politique, la théorie de la valeur, la socio-économie du travail et de la protection sociale et le développement soutenable. Son dernier livre paru en 2013, "La richesse, la valeur et l'inestimable, Fondements d'une critique socio-écologique de l'économie capitaliste"[2], propose une synthèse de l'intégration de la question écologique à l'intérieur de la théorie de la valeur-travail. Il renouvelle cette dernière autour de l'idée que le travail effectué dans la sphère non marchande (éducation et santé notamment) est productif de valeur, qui s'ajoute à celle produite dans la sphère marchande et n'est donc pas prélevée sur cette dernière. Dans ce cadre, il analyse la crise du capitalisme mondialisé comme une crise de production et de réalisation de la valeur, marquée par la double incapacité du capital à aller au-delà d’un certain seul d’exploitation de la force de travail et d’un certain seuil d’exploitation de la nature, marquant la fin des illusions d’une marchandisation et d’une accumulation infinies.

Il est une figure du courant de pensée économique anti-néolibérale et l'un des conseillers scientifiques du mouvement Attac. Il fut l'un des économistes qui soutinrent le « non » au référendum sur le traité constitutionnel européen de 2005. En décembre 2006, il fut élu coprésident d'Attac France, fonction qu'il occupa jusqu'en décembre 2009, date à laquelle Thomas Coutrot lui succèda.

Il a été vice-président et membre de la rédaction de la revue Le Passant ordinaire et il est actuellement chroniqueur à Politis. II collabore avez régulièrement avec les revues Actuel Marx et la Revue du MAUSS. Il est membre de l'association Les Économistes atterrés qu'il a co-présidée de 2011 à 2014.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Lors du second tour de l'élection présidentielle française de 2012, il signe l'appel des économistes soutiens du Front de gauche pour battre Nicolas Sarkozy[3].

Titres et fonctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Comme auteur[modifier | modifier le code]

  • L'Économie économe : le développement soutenable par la réduction du temps de travail, L'Harmattan, coll. « Logiques économiques », Paris et Montréal, 1997 (ISBN 2-7384-6079-8)
  • Le Développement soutenable, Economica, coll. « Économie poche », Paris, 1998 (ISBN 2-7178-3547-4)
  • La Démence sénile du capital : fragments d'économie critique, Éditions du Passant, coll. « Poches de résistance », Bègles, 2002 (ISBN 2-912636-06-X), 2e édition 2004.
  • Capital contre nature (codirection avec Michael Löwy), PUF, coll. « Actuel Marx », Paris, 2003.
  • Le Développement a-t-il un avenir ? Pour une économie solidaire et économe (ATTAC ; coordination et réd. par Jean-Marie Harribey ; avec la collab. de Gérard Gourguechon, Janette Habel, Michel Husson et al.), Mille et une nuits, coll. « Essai », Paris, 2004 (ISBN 2-84205-832-1) [présentation en ligne]
  • Le Petit Alter, Dictionnaire altermondialiste (direction pour Attac), Mille et une nuits, Paris, 2006.
  • Le Développement en question(s) (codirection avec Éric Berr), Presses universitaires de Bordeaux, Pessac, 2006.
  • Sortir de la crise globale, Vers un monde solidaire et écologique (codirection avec Dominique Plihon pour Attac), La Découverte, Paris, 2009.
  • Raconte-moi la crise, Éditions du Bord de de l'eau, Lormont, 2009.
  • Altergouvernement, ouvrage collectif réunissant Paul Ariès, Geneviève Azam, Marc Dufumier, Marie Duru-Bellat, Claude Egullion, Jean-Baptiste Eyraud, Susan George, Jean-Marie Harribey, Franck Lepage, Philippe Leymarie, Laurent Mucchielli, Aline Pailler, Nathalie Péré-Marzano, Fabien Piasecki, Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Clarisse Taron, et Jacques Testart, éditions Le Muscadier, 2012
  • Pouvoir et crise du capital, Marx penseur du XXIe siècle (direction avec Matthieu Montalban), Éditions du Bord de l'eau, 2012.
  • Retraites, l'alternative cachée (direction avec Christiane Marty), Éditions Syllepse, 2013.
  • La richesse, la valeur et l'inestimable, Fondements d'une critique socio-écologique de l'économie capitaliste, Les Liens qui libèrent, 2013.
  • Les feuilles mortes du capitalisme, Chroniques de fin de cycle, Éditions du Bord de l'eau, 2014.

Comme préfacier[modifier | modifier le code]

  • Cyril Di Méo, La Face cachée de la décroissance. La décroissance : une réelle solution face à la crise écologique ?, L'Harmattan, Paris, septembre 2006 (ISBN 2-296-01224-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Attac: Thomas Coutrot, économiste au ministère du Travail, élu coprésident », AFP,‎
  2. VoirLa richesse, la valeur et l'inestimable, Fondements d'une critique socio-écologique de l'économie capitaliste (Les Liens qui libèrent, 2013)
  3. Louis Adam et al., « Battre Sarkozy et briser la spirale austérité-récession », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]