Jean-Marie Brulard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marie Brulard
Image illustrative de l'article Jean-Marie Brulard

Naissance 1er mars 1856
Besançon
Décès 19 novembre 1923 (à 77 ans)
Nanterre
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1876 – 1919
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 2e Régiment étranger d'infanterie
38e Division d'Infanterie
2e Division d'Infanterie
1re Division d'Infanterie du corps expéditionnaire d'Orient
1re Division d'Infanterie du corps expéditionnaire des Dardanelles
17e Division d'Infanterie Coloniale
157e Division d'Infanterie
131e Division d'Infanterie
Distinctions Grand-Croix de la Légion d'honneur
Croix de Guerre 1914-1918
Médaille interalliée 1914-1918
Médaille Commémorative du Tonkin
Médaille commémorative de Madagascar
Médaille commémorative du Maroc
Médaille commémorative de la Grande Guerre
Médaille coloniale

Jean Marie Joseph Armand Brulard (Besançon 1856-1923) est un général de division français, dont le nom est associé à la Première Guerre mondiale. Sans parler du front de France, il a effectué une partie de sa carrière militaire sous de lointaines latitudes : Tunisie, Tonkin, Algérie, Madagascar, Maroc, Dardanelles. « Son nom est un drapeau », a pu dire de lui l'un de ses supérieurs hiérarchiques[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Brulard, né le 1er mars 1856 à Besançon (Doubs)[2], est sorti de Saint-Cyr en 1879.

D'abord lieutenant au 24e Bataillon de Chasseurs à Pied, il est successivement capitaine au 1er Régiment étranger, lieutenant-colonel au 4e Régiment de Tirailleurs algériens, colonel au 2e Régiment étranger d'infanterie. Comme brigadier, il est chargé en 1912 de réorganiser l'armée chérifienne.

Le 19 septembre 1914, peu après l'entrée en guerre, il est placé à la tête de la 2e Division d'Infanterie. Le 25 octobre 1914 il est nommé général de division et prend une part brillante à l'expédition des Dardanelles.

Le général a fait l'objet de six citations à l'ordre de l'armée. Il est également Grand-Croix de la Légion d'honneur depuis le 9 janvier 1918[3], une distinction qui lui a été décernée au moment où il passait dans la section de réserve.

Grades[modifier | modifier le code]

  • 1879: Lieutenant
  • 28/03/1912: général de brigade
  • 18/09/1914: général de division à titre temporaire
  • 27/10/1914: général de division

Décorations[modifier | modifier le code]

Postes[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Plusieurs rues portent son nom, notamment à Besançon, sa ville natale, ainsi qu'à Lyon[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La formule a été reprise dans la dernière de ses citations (cf. Le Pays de France, 21 mars 1918)
  2. http://www.culture.gouv.fr/Wave/savimage/leonore/LH030/PG/FRDAFAN83_OL0379007v010.htm
  3. http://www.culture.gouv.fr/Wave/savimage/leonore/LH030/PG/FRDAFAN83_OL0379007v001.htm
  4. Maurice Vanario et Henri Hours, Les rues de Lyon à travers les siècles : XIVe au XXe, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, 1990, p. 48

Côtes S.H.A.T.: 9 Yd 595

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]