Jean-Marie Bachelot de La Pylaie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bachelot.

Jean-Marie Bachelot de La Pylaie

alt=Description de l'image defaut.svg.
Naissance 25 mai 1786
Fougères (France)
Décès 12 octobre 1856
Marseille (France)
Nationalité française
Champs botanique
Institutions Muséum d'histoire naturelle de Paris

Auguste-Jean-Marie, baron Bachelot de La Pylaie est un botaniste, un explorateur, un dessinateur et un archéologue français, né le 25 mai 1786 à Fougères et mort le 12 octobre 1856 à Marseille.

C'est un botaniste et archéologue du début du XIXe siècle, doté d'une curiosité et d'une ouverture d'esprit peu commune.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à Laval, puis à Paris, au Muséum national d'histoire naturelle où il est l'élève de Georges Cuvier (1769-1832) et de Henri-Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850).

Il est un grand voyageur, principalement à travers la France mais aussi en Afrique et en Amérique et séjourne notamment deux fois dans les îles de Saint-Pierre-et-Miquelon. Les collections qu'il en rapporte sont au Muséum d'histoire naturelle de Paris.

En 1816, il est à bord de la frégate Cybèle, et observe la baie Saint-Georges durant une tournée d’inspection de trois mois à Terre-Neuve et à Saint-Pierre-et-Miquelon. Entre 1816 et 1819, il est le premier collecteur connu d'espèces locales à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Après un séjour d'herborisation sur Belle-Île, il passe le mois de décembre et de janvier 1826 sur les îles d'Hoëdic puis de Houat. En janvier, les conditions climatiques hivernales ne lui permettent plus de s'adonner à sa passion, la collecte des algues. Au lieu de retourner sur le continent comme il l'avait initialement prévu, il s'attarde dans les îles, sympathise avec les habitants et entreprend de décrire leur vie, leurs activités, et l'histoire naturelle de leur environnement. Il est alors surnommé le "père-goémon".

Il est également l’auteur des diverses études archéologiques sur la Bretagne. En 1843, il parcourt le Finistère pour y dresser une liste des monuments "antiques", décrivant par exemple un Noël à Brasparts[1] ou la rudesse de l'auberge de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Voyage à l'île de Terre-Neuve. 1820.
  • Études cryptogamiques, ou Monographies de divers genres de mousses, précédées d'une Notice sur les environs de Fougères, et d'un essai sur la classification des mousses. Paris, 1815.
  • Notice sur l'île de Terre-Neuve et les Îles Voisines. Mémoire de la Société Linnénne de Paris, 1825.
  • Flore de Terre-Neuve et des îles Saint-Pierre et Miclon. Paris, A.-F. Didot, 1829 mais celle-ci ne sera pas achevée, seul le premier tome paraissant disponible sur Gallica.
  • Précis géologique sur le bassin de calcaire tertiaire des environs de Dinan. Dinan, 1834.
  • Éclipse de soleil observée à Nantes, le 15 mai 1836. Nantes, imprimerie de Hérault.
  • Recherches et découvertes archéologiques faites depuis Nantes jusqu'à l'embouchure de la Loire. 1836. Nantes, imprimerie de Hérault.
  • Études archéologiques mêlées d'observations et de notices diverses. Bruxelles, Deprez-Parent 1848
  • Nécessité dans l'intérêt de la France et du peuple, de composer pour les écoles un nouveau livre de lecture. Schneider, Paris, 1848.
  • Études archéologiques et géographiques  ; reprint de l'édition de 1850, société archéologique du Finistère à Quimper 1970.
  • Notice sur l'ancienne église de Notre-Dame-Garde-Fortune et des Périls, aujourd'hui dite de Prisce. A. Goupil, Laval, 1891.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Bach.Pyl. est l’abréviation botanique officielle de Jean-Marie Bachelot de La Pylaie.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI