Jean-Marc Mormeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marc Mormeck
Jean-Marc Mormeck après sa victoire face  à Wayne Braithwaite le 2 avril 2005
Jean-Marc Mormeck après sa victoire face
à Wayne Braithwaite le 2 avril 2005
Fiche d’identité
Nom complet Jean-Marc Gilbert Mormeck
Surnom The Marksman (le tireur d'élite)
Nationalité Drapeau de la France France
Date de naissance 3 juin 1972 (42 ans)
Lieu de naissance Pointe-à-Pitre
Taille 1,81 m (5 11)
Catégorie Poids mi-lourds à poids lourds
Palmarès
  Professionnel
Combats 43
Victoires 37
Victoires par KO 23
Défaites 6
Titres professionnels Champion du monde poids lourds-légers WBA (2002-2006, 2007) et WBC (2005-2006, 2007)

Champion Inter-Continental WBA poids lourds (2010)

Champion Inter-Continental WBA poids lourds-légers (2000-2001)

Champion de France poids mi-lourds (1998-1999).
Dernière mise à jour : 5 décembre 2014

Jean-Marc Gilbert Mormeck est un boxeur français né le 3 juin 1972 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Il a remporté à deux reprises le titre de champion du monde en poids lourds-légers.

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il grandit en Seine-Saint-Denis à Bobigny et fait ses débuts professionnels le 25 mars 1995. Lors de son 2e combat, une blessure à la main va le tenir éloigné des rings durant presque deux ans, après plusieurs opérations, il fait son retour sur le ring en mars 1997. Après 9 victoires et 2 défaites, le 10 novembre 1998, il affronte Alain Simon pour le titre de champion de France des poids mi-lourds, il l'emporte aux points en 10 rounds. Après 11 victoires consécutives, le 16 décembre 2000, il gagne par KO technique au 3e round le titre inter-continental des mi-lourds WBA face à Livin Castillo.

Champion unifié des lourds-légers[modifier | modifier le code]

En février 2002, au Palais des Sports de Marseille, il dispute son premier championnat du monde, contre Virgil Hill. Au vu de son palmarès et de son expérience, ce dernier est donné favori mais Mormeck remporte le combat, Virgil Hill ne répondant pas à l'appel du 9e round. Mormeck est champion du monde des poids lourds-légers WBA. Il défend victorieusement sa ceinture contre Dale Brown en août de la même année.

En 2003, il signe avec Don King pour la promotion de ses combats. Il défend le titre contre Alexander Gurov en mars 2003, et une nouvelle fois bat Virgil Hill en mai 2004. Le 2 avril 2005, Mormeck affronte le guyanien Wayne Braithwaite, tenant du titre WBC, au Centrum Center de Worcester et réunifie les deux ceintures après sa victoire aux points[1].

Le 7 janvier 2006, au Madison Square Garden de New York, il perd contre le jamaïcain O'Neil Bell, tenant du titre IBF. Jean-Marc Mormeck se fait mettre KO pour la première fois à la dixième reprise en tentant la réunification des ceintures WBA, WBC et IBF[2]. Après une victoire par KO technique contre Sebastian Hill, en mars 2007, il remporte à nouveau les ceintures WBA et WBC en prenant sa revanche face à Bell aux points 115-113, 116-112 et 115-113[3] avant de les perdre définitivement le 10 novembre 2007 en étant stoppé au septième round face au britannique David Haye.

Poids lourds[modifier | modifier le code]

Devenu promoteur de ses propres combats, le 7 avril 2009, il déclare vouloir poursuivre sa carrière dans la catégorie poids lourds avec pour objectif un combat revanche contre Haye[4]. Après deux années sans boxer, il fait son premier combat chez les lourds le 17 décembre 2009, il remporte aux points en 8 rounds, à l'unanimité des juges, le combat l'opposant à l'américain Vinny Maddalone[5]. Le 6 mai 2010, il bat Fres Oquendo (classé no 10 IBF et WBA) à l'unanimité des trois juges, dans un combat en 10 reprises. Le 2 décembre de la même année, il remporte le titre WBA Inter-Continental en battant par décision partagée Timur Ibragimov[6] (classé no 7 WBA) dans un combat en 12 rounds.

Plus d'un an après son dernier combat, le 10 décembre 2011, il peut disputer son premier championnat du monde dans la catégorie reine en rencontrant le champion du monde unifié, l'ukrainien Wladimir Klitschko pour le gain des titres WBA, IBF et WBO. Jean Marc Mormeck se prépare pour disputer le plus médiatique combat de sa carrière et s'adjoint les services de Kevin Rooney, celui qui aura entraîné Mike Tyson durant son début de carrière. Wladimir Klitschko ayant souffert de calculs rénaux début décembre 2011, le combat est reporté au 3 mars 2012. Malheureusement Kevin Rooney sera remplacé pour des raisons inconnues par l'entraîneur bulgare Tsanko Dobrekov.

Le combat a lieu dans l'Esprit arena de Dusseldorf en Allemagne. Le stade de 50 000 places est plein et la foule est largement supportrice de son idole Wladimir Klitschko. Malgré une importante préparation du français, le combat est à sens unique. N'arrivant pas à imposer sa tactique, il ne lance aucun coup. Il est compté une première fois au deuxième round. Il retournera une deuxième et dernière fois au tapis au quatrième round. Même s'il se relève à la dernière seconde du décompte de l'arbitre, celui-ci met fin au combat[7],[8].

Retour en lourds-légers[modifier | modifier le code]

Après deux années d'arrêt, Mormeck fait son retour sur le ring le 26 juin 2014, en catégorie lourds-légers face au hongrois Tamas Lodi, il l'emporte par KO au 4e round. Son combat suivant l'amène face à l'ancien champion d'Europe, le polonais Mateusz Masternak, le 5 décembre 2014. Mormeck est 15 ans plus âgé que son adversaire. Masternak démarre mieux le combat, Jean-Marc revient dès la 3e reprise, touche nettement son adversaire à plusieurs reprises et le combat se rééquilibre mais le polonais conserve un peu d'avance, globalement plus actif et utilisant au mieux son allonge pour aligner les coups. Les juges donnent Masternak vainqueur par décision majoritaire, à l'issue de cette défaite, Jean-Marc annonce sa décision d'arrêter la boxe.

Promotion[modifier | modifier le code]

En 2009, il devient son propre promoteur et fait signer plusieurs boxeurs comme Khedafi Djelkhir ou Daouda Sow[9].

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

En 2005, Mormeck se voit décerner la ceinture Ring par le magazine du même nom. Cette ceinture est décernée lorsque le magazine reconnaît un champion unique dans une catégorie de poids. Cette distinction n'avait pas été attribuée à un français depuis Alphonse Halimi en 1957[10].

Il reçoit également les gants d'or (récompense attribuée au meilleur boxeur français) en 2002, 2005[11] et 2007.

Le samedi 28 mars 2009, inauguration à Torcy du Ring Olympique Jean-Marc Mormeck, en compagnie du champion de Bobigny en personne. À l'origine c'est l'entraîneur du club torcéen, Fahti Benarbia, qui a demandé au champion du monde en 2005 et 2007 de donner son nom à la salle[12]. Le maire de Torcy, Christian Chapron a rendu hommage à Jean-Marc Mormeck en déclarant : « C'est un honneur qu'un grand champion comme Jean-Marc ait bien voulu accéder à cette requête » et « (...) en espérant que les jeunes suivront votre exemple d’humilité et de dépassement de soi. »[13],[14]. Le Ring Olympique Jean-Marc-Mormeck est le club d’origine de Rachid Azzedine en lice pour les Jeux olympiques d'été de 2012. En 2013, il reçoit l'insigne du chevalier de l’ordre national de la Légion d'honneur[15].

Oeuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]