Jean-Marc Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marc Laurent
Image illustrative de l'article Jean-Marc Laurent
Jean-Marc Laurent en 2007 - Tribune présidentielle Stade de France

Surnom Jean-Marc Laurent
Nom de naissance Larre dit Laurent Jean-Marc Philippe
Naissance
Pau
Profession Présentateur
généraliste et culturel
Autres activités Journaliste
chroniqueur TV
Années d'activité Depuis 1982
Médias
Média principal Radio
Pays Drapeau de la France France
Radio Radio-France
Fonction Présentateur
Autres médias NRJ groupe ; Free-lance pour divers supports presse

Jean-Marc Laurent, né à Pau le , Béarnais de souche avec des attaches familiales issues du village aspois d'Accous- est un homme de presse, entré au début des années 1980 à la radio. Il a contribué au succès de NRJ (France), animant des émissions quotidiennes sur cette antenne, comme Platines-Toniques, entre 1982 et 1986.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est grâce à François Mitterrand qu'il a pu – comme beaucoup d'autres à cette époque de la radio libre – accéder à sa passion d'enfance. Dominique Duforest -auteur et producteur- qualifie Jean-Marc Laurent dans son livre "NRJ, ma plus belle histoire", de valeur sûre avec « une voix faisant merveille auprès des auditrices »[1]. Il est en outre référencé plusieurs fois dans l'ouvrage de Benoist Simmat et Aymeric Mantoux "NRJ l'empire des ondes", très complet sur l'histoire de cette radio FM leader[2]. Très vite, il est repéré par des professionnels de radios de formats adultes et par des producteurs de télévision Claude Pierrard Croque-vacances; Jean-Pierre Hutin, 30 Millions d'amis; jeux de chance et de hasard pour TF1 (Loto).

Présentation du Loto en 1989

Après avoir fait un passage éclair sur Radio-Tour-Eiffel, Jean-Marc Laurent a eu en charge les matinales de RFI pendant une année, avant d'être contacté pour faire de la télévision. Dès l'âge de vingt-quatre ans, il présentait Tapis vert puis le Loto sur TF1.Au cours de cette période, il se sert de son cursus de comédien pour passer des castings publicitaires. Il tourne ainsi pour la télévision le spot Biactol, y interprétant le rôle principal du médecin-conseil ; puis il participe à films institutionnels pour de grandes marques de l'industrie (Total, Fenwick), et interprète un rôle de présentateur-journaliste pour une grande saga sur l'histoire du nucléaire en France, commandée par le ministère de la Défense.

Jean-Marc Laurent possède une voix facilement identifiable, et il enregistre régulièrement des publicités radiophoniques (Paris-Match, Podium, Télé-Poche, etc.). Il est aussi le narrateur de nombreux documentaires pour La Cinquième, Odyssée, Voyage, NRJ Paris ou TF1.

Dès le début des années 1990, c'est beaucoup plus vers le journalisme que l'animateur se lance, rédigeant des articles pour la presse. Plusieurs collaborations le mènent de Historia au Pèlerin en passant par Femme actuelle ou Madagascar-Magazine. Il signe aussi un long article remarqué par des historiens émérites sur Jean Laborde dans un ouvrage de référence Le Dictionnaire du second-empire (éditions Fayard) sous la direction de l'historien Jean Tulard. Vers la fin des années 1990 il collabore régulièrement comme journaliste sur La Cinquième, où il traite de sujets pour les émissions Mag 5 et Défis.

C'est en 1997 que Jean-Marc Laurent entre dans le groupe TF1 pour, aux côtés de Gérard Carreyrou, pour participer à l'essor de la chaîne du câble et du satellite Odyssée devenue aujourd'hui Stylia. Il prendra en charge la rédaction d'un magazine, la présentation de certaines émissions, et sera responsable des bandes-annonce.

Par la suite, il devient présentateur dans le groupe Radio France, sur le réseau France Bleu. Il a animé sur Bleu Île-de-France plusieurs étés. Depuis novembre 2004, toujours pour le même groupe, il s'occupe à l'antenne de la présentation sur 107.7 FM du trafic autoroutier pour le grand quart Nord-Est de la France. Il poursuit par ailleurs diverses collaborations journalistiques dans la presse écrite, et cherche à valoriser entre autres Madagascar.

Cet homme de l'audiovisuel, polyvalent, s'est occupé en tant que Directeur de NRJ School de la formation de futurs jeunes talents au sein du groupe NRJ, école formant les futurs animateurs et qui est issue d'un partenariat entre NRJ et l'INA. De 2006 à début 2008, il valorise cette entité. Puis il s'est tourné vers d'autres activités, toujours dans les médias, telles que celles de coach-radio ou d'auteur. En 2010 il a créé A-C-C-Conseils(1).

Généalogie[modifier | modifier le code]

Parmi ses ancêtres, on compte entre les XIIIe et XIXe siècles, des hauts-dignitaires de la noblesse polonaise, comme notamment le seigneur le plus puissant de l'Europe centrale au XVIe siècle: Albertas Goštautas (en) (1480-1539), noble lithuanien, initiateur et rédacteur du premier Statut de la Lithuanie. Ce grand chancelier est enterré dans la Cathédrale de Vilnius. Les armoiries des ascendants de Jean-Marc Larré dit Laurent sont particulièrement remarquables, et signifient: "De gueules, au double W gothique d'or". Son aïeul, Julien-Titus de Gasztold -ancien officier d'artillerie polonaise- a épousé en août 1841 à Bordeaux une jeune femme de grande famille: Marie-Madeleine-Méry de Tamanhan.

Côté maternel, Jean-Marc Laurent est l'arrière-petit-neveu de l'écrivain Marcel Pollitzer membre du Syndicat national des auteurs, sociétaire de l'AEC, couronné plusieurs fois par l'Académie française notamment pour les œuvres telles "Frédéric II, disciple de Machiavel" en 1967 et "Le Premier Amour de Talma" en 1952.

Divers[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Laurent, passionné par Madagascar a découvert la grande-île au cours de son enfance. Il a vécu à Mahajanga entre 1970 et 1974, puis en tant que gérant de la société d'éditions Edimad dans les années 1990. Depuis, il rédige dans la presse culturelle, économique ou touristique, des articles pour valoriser le potentiel de ce pays de l'Océan-indien. Photographe amateur de paysages, certains de ses clichés ont été sélectionnés dans le catalogue international Sipa-Images.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Duforest, NRJ ma plus belle histoire, Éditions du Rocher 1988, page 21
  2. Benoîst Simmat et Aymeric Mantoux, NRJ l'empire des ondes, Éditions Mille et une nuits, 2008, page 97,242,466

Liens externes[modifier | modifier le code]