Jean-Louis Nicot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicot.

Jean-Louis Nicot, né le à Paris, mort le à Paris, était un général français, condamné pour complicité dans le putsch des généraux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Passé par l'École militaire de Saint-Cyr, promotion Joffre 1930-1932, il s'était orienté vers l'armée de l'air. Il participe à de nombreuses campagnes durant la 2ème Guerre Mondiale, essentiellement dans l'aviation de bombardement. Il dirige en 1940 la 4e escadrille de la II/51 dans laquelle se trouve le futur général daviation et pilote d'essais Jacques Collombet. Après la campagne de France, le général Nicot fut affecté en Afrique équatoriale, il s'illustra lors de la Campagne d'Allemagne.

Il fut également l'adjoint du général Challe à l'école de guerre aéronautique en 1953.

En 1949, il commande la base aérienne 122 Chartres-Champhol. Lors de la guerre d'Indochine, il commande la flotte aérienne de transport, notamment pendant la bataille de Dien-Bien-Phu.

Il continue de gravir les échelons jusqu'au grade de général de corps d'armée et à la fonction de major général (numéro deux) de l'armée de l'air, grade qu'il détenait et fonction qu'il occupait lorsque survint le putsch des généraux () dans lequel il fut impliqué, quoique de façon subalterne, pour avoir retardé la transmission de certains ordres lors de la contre-offensive gouvernementale, et pour avoir aidé le transfert clandestin en Algérie des généraux Challe et Zeller.

Le général Nicot fut traduit devant le Haut Tribunal militaire, devant lequel il déposa le . Il répondait du crime « d'intelligence avec les chefs d'un mouvement insurrectionnel ». Il fut condamné à douze ans de détention criminelle (l'accusation ayant réclamé une peine de vingt ans).

Il fut libéré en 1965. Il fut réintégré dans le cadre de réserve en novembre 1982, à la suite de l'adoption du projet de loi « relatif au règlement de certaines conséquences des événements d'Afrique du Nord » (visant à réhabiliter 800 officiers, 800 policiers et 400 administrateurs civils renvoyés de la fonction publique entre 1961 et 1963, sans compter les huit généraux putschistes chassés du cadre de réserve).

Le général Nicot avait totalisé 4500 heures de vol durant sa carrière.

Fonctions[modifier | modifier le code]

  • Commandant de la 4e Escadrille.

Décorations[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • 1977 - Les Allemands ont percé sur le front de la Somme, dans Icare n°86.