Jean-Louis Loday

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Louis Loday (12 janvier 19466 juin 2012[1]) est un mathématicien français, ancien élève du lycée Louis-le-Grand, de l’École normale supérieure de la rue d'Ulm (1965), agrégé de mathématiques et docteur ès sciences (sous la direction de Max Karoubi (de)), directeur de recherche au CNRS, membre de l'IRMA de Strasbourg.

Son travail de recherche porte sur la topologie algébrique (K-théorie algébrique), la géométrie non commutative (homologie cyclique), l'algèbre (théorie des opérades). Il a découvert les notions d'algèbres de Leibniz (appelées parfois algèbres de Loday), d'algèbres de Zinbiel et d'algèbres dendriformes. Il a donné une construction simple du polytope de Stasheff (associaèdre).

Il a publié, en mathématiques, plus de 70 articles de recherche et deux livres, l'un sur l'homologie cyclique[2]et l'autre sur les opérades algébriques[3].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jean-Louis Loday, Cyclic Homology[2], Springer, coll. « Grund. der math. Wiss. (de) » (no 301),‎ 1992. Seconde édition (avec un chapitre supplémentaire) 1998 (513 p.)
  • (en) Jean-Louis Loday et Bruno Vallette, Algebraic Operads[3], Springer, coll. « Grund. der math. Wiss. » (no 346),‎ 2012, xviii+512 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès de Jean-Louis Loday », SMF
  2. a et b Présentation sur le site de Springer
  3. a et b Texte intégral sur le site de l'IRMA

Liens externes[modifier | modifier le code]