Jean-Louis Flandrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flandrin.

Jean-Louis Flandrin

Naissance 4 juillet 1931
Décès 8 août 2001 (à 70 ans)
Nationalité Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Diplôme
Profession
Activité principale

Jean-Louis Flandrin (4 juillet 1931 - 8 août 2001) est un historien français qui a profondément renouvelé l'histoire de la famille, de la sexualité et de l'alimentation. Ses travaux en la matière ont été novateurs par les méthodes d'analyse inventées et par les documents explorés (pénitentiels, livres de cuisine, proverbes), pris en compte sur une longue durée allant du Haut Moyen Âge au XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires à Alger et des études supérieures à Paris, Jean-Louis Flandrin fut reçu à l'agrégation d'histoire en 1956. Enseignant aux lycées de Constantine puis d'Alger, il entreprit, en 1960, une thèse d'histoire sur le thème de l'histoire de la sexualité et de la famille. Sa contribution à une histoire de l'amour et de la sexualité en Occident lui valut l'obtention du doctorat d'État sur travaux à Paris IV en 1979. Il fut aussi membre du Haut conseil de la population et de la famille (1985-1988).

À partir de la fin des années 1970 et des années 1980, il entreprend jusqu'à sa mort une histoire de l'alimentation et de la cuisine, à l'instar d'autres historiens français comme Lucien Febvre, Fernand Braudel, Jean Hermadinquer, Jean-Paul Aron, ou italiens comme Massimo Montanari, Piero Camporesi ou Alberto Capatti. Il publie et dirige avec Massimo Montanari la première histoire européenne de l'alimentation, traduite en italien, en anglais, en coréen. En référence à un des premiers cuisiniers modernes italiens, il avait pris le pseudonyme Platine lorsqu'il signait au cours années 1980 des articles sur l'alimentation et la cuisine dans la revue L'Histoire. Au cours des séminaires d'études de l'École des hautes études en sciences sociales des années 1980 et 1990, il organisait avec ses étudiants un banquet tentant de reconstituer les festins et les repas de cours du Moyen Âge ou de l'époque des Temps modernes.

Membre du CNRS et chef de travaux à l'École pratique des hautes études, en 1964, puis maître-assistant à la Sorbonne de 1967 à 1981, visiting fellow au Davis Center de Princeton en 1976-1977, Jean-Louis Flandrin participa à la création du Centre universitaire de Vincennes (Université de Paris VIII) en 1968[1] et y enseigna jusqu'en 1995. Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, il y anima un séminaire de 1983 à 2001 et fut un lecteur régulier de la bibliothèque de la fondation Maison des sciences de l'homme, qui s'est vu confier une partie de ses livres[2].$

Publication[modifier | modifier le code]

  • « Sentiments et civilisation », Annales E.S.C., septembre-octobre 1965, no 5, (repris tel quel dans Le Sexe et l'Occident, Paris : Le Seuil, 1981)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L’Église et le Contrôle des naissances (1970)
  • Les Amours paysannes xvie-xixe siècles (1975)
  • Familles - Parenté, maison, sexualité dans l'ancienne société (1976)
  • Le Sexe et l'Occident (1981)
  • Un temps pour embrasser (1983)
  • Histoire de l'alimentation (1996), ouvrage collectif de quarante signatures codirigé avec Massimo Montanari
  • Tables d’hier, tables d’ailleurs
  • Fêtes gourmandes au Moyen Âge, avec Carole Lambert (1998)
  • Histoire et ethnologie du repas (1999)
  • L’Ordre des mets (2002)

Les papiers personnels de Jean-Louis Flandrin sont conservés aux Archives nationales sous la cote 624AP [3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Journet, « Une histoire des plaisirs du lit et de la table. Entretien avec Jean-Louis Flandrin », Sciences humaines, no 106,‎ juin 2000 (lire en ligne)
  2. Voir Catalogue du fonds Jean-Louis Flandrin édité par la Bibliothèque de la fondation Maison des sciences de l'homme en mars 2010
  3. Voir la notice dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales