Jean-Louis Emmery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Emmery.
Jean-Louis Emmery de Grozyeulx
Image illustrative de l'article Jean-Louis Emmery
Fonctions
Pair de France
6 avril 181415 juillet 1823
Successeur Jacques Emmery de Grozyeulx
Membre du Conseil des Cinq-Cents
10 avril 179726 décembre 1799
Président de l'Assemblée constituante
4 janvier 179117 janvier 1791
Prédécesseur Antoine Balthazar Joseph d'André
Successeur Henri Grégoire
Président de l'Assemblée constituante
25 septembre 17909 octobre 1790
Prédécesseur Jean-Xavier Bureau de Pusy
Successeur Philippe-Antoine Merlin de Douai
Député aux États généraux de 1789
16 mars 178930 septembre 1791
Biographie
Date de naissance 26 avril 1742
Lieu de naissance Metz
Date de décès 15 juillet 1823
Lieu de décès Château de Grozyeulx

Jean-Louis Claude Emmery, comte de Grozyeulx (26 avril 1742, Metz - 15 juillet 1823, château de Grozyeulx), est un magistrat et homme politique français. Il fut président de l'Assemblée Constituante du 25 septembre au 9 octobre 1790, puis du 4 au 17 janvier 1791.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Emmery naît à Metz le 26 avril 1742. Issu d'une famille d'origine juive, qui avait embrassée le catholicisme depuis deux générations, Jean-Louis est le fils d'un procureur au parlement de Metz. Lorsque la Révolution française éclate en 1789, Jean-Louis Emmery est avocat à Metz. Il adopte alors les idées révolutionnaires et, le 16 mars 1789, est élu député du tiers aux États généraux, par le bailliage de Metz, avec 22 voix sur les 23 votants. Jean-Louis Emmery y étant très actif, il est élu président de l'Assemblée Constituante du 25 septembre au 9 octobre 1790, puis du 4 au 17 janvier 1791. Le 16 mai 1791, il est par ailleurs élu juge au Tribunal de cassation.

Après la dissolution de l'Assemblée constituante, le 1er octobre 1791, il s'occupe exclusivement des devoirs de sa charge de juge au tribunal de cassation. Le 10 mai 1792, représentant celui-ci, il se rend avec Thouret, Chabroud, Vieillard, tous ex-députés, à l'Assemblée Législative, pour y présenter un compte-rendu des travaux réalisés pendant la première année d'exercice. Il est président du tribunal de cassation lorsque, devenu suspect sous la Terreur, il est arrêté, ne devant sa liberté qu'au 9 thermidor de l'an II. Le 21 germinal de l'an V, il est élu député de la Seine au Conseil des Cinq-Cents, par 292 voix sur 330 votants. Il se joint alors au parti modéré. Il en devient secrétaire le 1er thermidor de l'an V. Jean-Louis Emmery adhère au coup d'État du 18 brumaire et il est nommé, par Bonaparte, le 4 nivôse de l'an VIII au Conseil d'État, où il prend une part active à l'élaboration du code civil.

Jean-Louis Emmery, sénateur (Premier Empire).

Le 2 fructidor de l'an XI, il entre au Sénat conservateur et devient, le 9 vendémiaire de l'an XII, membre de la Légion d'honneur (commandant le 25 prairial[1] suivant). Créé Comte de l'Empire le 23 mai 1808, Emmery vote en avril 1814 la déchéance de Napoléon Ier. Il est nommé pair de France le 4 juin suivant, par Louis XVIII. Resté fidèle aux Bourbons pendant les Cent-jours, il reprend en juillet 1815 son siège à la Chambre des pairs, où il vote la mort du maréchal Ney et défend les libertés octroyées par la charte de 1814.

Il décéda au château de Grozyeulx à Augny, en Moselle, le 15 juillet 1823. Il est le père de Jacques Emmery de Grozyeulx.

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte sénateur de l'Empire ComLH.svg
Blason Jean-Louis Emmery (1742-1823).svg
Armes du comte de Grozyeulx et de l'Empire

Chevronné d'or et d'azur, à la bordure componnée d'argent et de sable ; franc-quartier des comtes-sénateurs.[4]

Orn ext comte et pair ComLH.svg
Blason Jean-Louis Emmery (1742-1823) pair de France.svg
Armes du comte de Grozyeulx, pair héréditaire

D'or à trois chevrons d'azur ; à la bordure componée de sable et d'argent de vingt pièces.[2]

Ou 
D'azur, à trois chevrons d'or, à la bordure componnée d'argent et de sable, de vingt compons.[5]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no LH/896/45 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. a et b François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org,‎ 27 septembre 2005 (consulté le 18 juin 2011)
  3. « Notice no LH/896/45 », base Léonore, ministère français de la Culture
  4. a et b « BB/29/974 page 90. », Titre de comte de Grozyeulx accordé à Jean, Louis, Claude Emmery. Bayonne (26 avril 1808)., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  5. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887