Jean-Léonard Touadi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Léonard Touadi (2012)

Jean-Léonard Touadi (en italien, souvent écrit Jean Leonard Touadì), né le 25 janvier 1959 à Mbanza Nganga (actuelle République du Congo, également appelée Congo-Brazzaville), est un journaliste et un homme politique italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Jean-Léonard Touadi est arrivé en Italie en 1979. Après avoir enseigné la philosophie dans un lycée de Rome, il est devenu docteur en philosophie à l'université « La Sapienza », ainsi qu'en journalisme et sciences politiques à la LUISS de Rome. Il dirige le programme de Rai Due, « Un mondo a colori » (Un monde en couleurs). Il écrit également une rubrique mensuelle dans la revue Nigrizia.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après avoir été adjoint à la sécurité, à la politique de la jeunesse et aux relations avec les universités au maire de Rome, Walter Veltroni, il élu député de l'Italie des valeurs le 14 avril 2008. Il devient ainsi le deuxième parlementaire italien de couleur, après la députée européenne Dacia Valent, d'origine italo-somalienne, et un des deux seuls parlementaires d'origine non-européenne sous la XVIe législature, avec Souad Sbai, élue berlusconiste d'origine marocaine.

Le 11 juillet 2008, il adhère au groupe parlementaire du Parti démocrate pour protester contre une manifestation à laquelle avait adhéré l'Italie des valeurs et où le pape avait été contesté. Jean-Léonard Touadi justifie dans une lettre cette décision, tant par fidélité à Walter Veltroni dans un contexte de crise entre les deux partis que parce qu'il ne pouvait accepter, en tant que catholique pratiquant, les attaques contre le pape.

Selon le dirigeant et fondateur d'Italie des valeurs, Antonio Di Pietro, Touadi n'a jamais été membre de son parti, c'est Walter Veltroni, leader du Parti démocrate, qui lui aurait demandé d'insérer ce candidat sur le quota IDV parce qu'il n'arrivait pas à le faire désigner comme candidat par son propre parti.

Sources[modifier | modifier le code]