Jean-Joseph Taillasson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Joseph Taillasson

Naissance 6 juillet 1745
Bordeaux
Décès 11 novembre 1809
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Activités Peintre
Maîtres Joseph-Marie Vien
Virgile lisant l’Énéide à Auguste et Octavia., National Gallery, Londres.

Jean-Joseph Taillasson, né le 6 juillet 1745 à Bordeaux et mort le 11 novembre 1809 à Paris, est un peintre, illustrateur et critique d'art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils de Jean-Joseph Taillasson et de Jeanne Sermansan[1].

Avec Pierre Lacour, il monte à Paris pour poursuivre sa formation et entre dans l'atelier Joseph-Marie Vien. Il a reçu le troisième prix de Rome en 1769, Lacour le deuxième, le lauréat étant Joseph Barthélémy Le Bouteux, sur le sujet Achille dépose le cadavre d'Hector aux pieds de celui de Patrocle. Il part alors pour Rome et obtient son agrément de l'Académie des arts de Bordeaux, en 1774.

À son retour en France, il se fait agréer par l'Académie royale de peinture et de sculpture de Paris en présentant le tableau Naissance de Louis XIII (musée national du château de Pau). Il est admis comme académicien le 27 mars 1784 et offre le tableau qui est au Musée des beaux-arts de Bordeaux : Ulysse et Néoptolène enlevant à Philoctète les flèches d'Hercule.

En même temps que la peinture, il cultivait aussi les lettres, avec les Observations sur quelques grands peintres, et il a écrit aussi quelques poésies.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nota: Sa mère était la fille de Charles Sermansan et de Marie Leblond, elle-même née du mariage de Charlotte Renard avec Marc-Antoine Leblond de Latour (1688-1744), peintre de l'hôtel de ville de Bordeaux à partir de 1690, jusqu'en 1742, en survivance de son père (Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, janvier-mars 1920). Ce dernier, Antoine Leblond de Latour (1635-1706), peintre parisien fixé à Bordeaux en 1656, peintre de l'hôtel de ville de Bordeaux, aurait été reçu par faveur à l'Académie royale de peinture et de sculpture de Paris en 1681 sous le nom de Jean Leblond, agréé par l'Académie royale de peinture et de sculpture de Paris, le 28 décembre 1682, et fondateur de l'Académie de peinture et de sculpture de Bordeaux en 1691, et à partir du 25 avril 1691, premier professeur de l'École académique de Bordeaux (J. Delpit, Établissement de l'Académie de peinture et de sculpture de Bordeaux, p. 49-64, Revue universelle des Arts, Paris, volume 10, 1859). Marc-Antoine Leblond de Latour a eu pour frères, Pierre, ingénieur en Louisiane en 1720, et Jacques (1671-1715), peintre, sculpteur, professeur de beaux-arts et prêtre au Québec où il serait arrivé en 1690 (Dictionnaire biographique du Canada : Leblond de Latour, Jacques, David Karel, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord: peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, photographes, orfèvres, p. 479, Les presses de l'université de Laval, Québec, 1992 (ISBN 2-7637-7235-8))
  2. Musée du Louvre - Département des Arts graphies : Autoportait

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jean-Joseph Taillasson, Observations sur quelques grands peintres dans lesquelles on cherche à fixer les caractères distinctifs de leurs talents, avec un précis de leur vie, Imprimerie Duminil-Lesueur, Paris, 1807 ( lire en ligne )

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Labat, chapitre LXII, Artistes, p. 210-211, dans Autographes de personnages marquants dans l'histoire de Bordeaux et de la Guyenne, Archives historiques du département de la Gironde, 1895, tome 30 ( lire en ligne )

Liens externes[modifier | modifier le code]