Jean-Jacques Monanteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Jacques Monanteuil

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Monanteuil servant de modèle pour Chactas dans Atala au tombeau de Girodet.

Naissance 11 juillet 1785
Mortagne-au-Perche
Décès 10 juin 1860 (à 74 ans)
Le Mans
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Artiste-peintre
Maîtres Jacques Frainais d'Albert, Girodet-Trioson

Jean-Jacques François Monanteuil, né le 11 juillet 1785 à Mortagne-au-Perche et mort le 10 juin 1860 au Mans, est un peintre français de genre, de portraits et paysagiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’un père marchand de laine d’origine champenoise établi dans le Perche par son mariage, devenu secrétaire de la mairie de Mortagne, Monanteuil entra, patronné par Louis-Joseph Poissonnier de Prulay, à l’école Centrale de l’Orne où, manifestant de sérieuses dispositions pour le dessin, il fut dirigé par son protecteur sur Paris où il eut Jacques Frainais d'Albert pour maître. Il devint ensuite l’élève favori de Girodet-Trioson, qui l’employa à l’exécution de ses plus beaux tableaux ainsi qu’à ses travaux de décoration du château de Compiègne. Il lui servit de modèle pour le jeune paysan du tableau Napoléon recevant les clefs de Vienne. La légende[réf. nécessaire] prétend qu’il fut aussi le modèle pour Chactas dans le célèbre tableau Atala au tombeau.

Il a pris part aux Expositions de 1812, 1819, 1824 et 1827. Il a dessiné le Passage des Thermopyles et l’Enlèvement des Sabines de David, le Lévite d’Ephraïm d’Auguste Couder pour la gravure, ainsi qu’une partie de l’œuvre de Pierre Guérin.

Il enseigna le dessin à l’Académie d’Alençon, de la mort de son maître Girodet en 1843 jusqu’à sa retraite, en 1851, au Mans où il est mort oublié de ses contemporains. Ses portraits à l’huile et au crayon se distinguent par la ressemblance et la finesse de la touche. Cet artiste, d’un vrai talent, a eu le courage de ses convictions ; méconnu, il sut sacrifier sa carrière d’artiste aux devoirs de la famille, supportant bien des déboires avec noblesse et résignation.

Tableau post-mortem[modifier | modifier le code]

Le 24 janvier 2007 la maison de ventes aux enchères Christie’s, mettait en vente à Londres dans sa succursale de South Kensington, un tableau présenté comme Jean-Jacques François Monanteuil (1785-1860) The Triumph of Amphitrite, signed and dated Monanteuil 1885[1]. Stylistiquement, l’œuvre est assez éloignée de ce que l’on connaît de cet artiste. La signature et la date ont sans doute été mal lues, car il est rare qu’un artiste peigne un tableau 25 ans après sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Vue de l’arcade de l’ancien hôpital Saint-Yves à Rennes
Le vieux maître d'école
  • Vue de l’arcade de l’ancien hôpital Saint-Yves à Rennes, musée des Beaux-Arts de Rennes ;
  • Un portrait lithographié de Jean-Antoine Chaptal d’après Antoine-Jean Gros ;
  • Cancalaise ;
  • Vue d’Alençon ;
  • Jeune Fille assise ;
  • Portait de son père, Le Mans, musée de Tessé ;
  • Portait de son père et de sa mère, Le Mans, musée de Tessé ;
  • Jean Jacques François Monanteuil, Le Mans, musée de Tessé ;
  • Deux jeunes filles, Le Mans, musée de Tessé ;
  • Un vieux maître d’école, Le Mans, musée de Tessé ;
  • Une jeune Bretonne, Le Mans, musée de Tessé ;
  • Un paysan breton, Le Mans, musée de Tessé ;
  • Une jeune paysanne, Le Mans, musée de Tessé ;
  • Un ouvrier, Le Mans, musée de Tessé.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lot 178 / Sale 5403.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Bouvier, Aude Pessey-Lux & Michèle Nitikine, catalogue de l’exposition Jean-Jacques Monanteuil, 1997, Alençon, musée des Beaux-Arts et de la Dentelle ; 1997-1998, Le Mans, Musée de Tessé.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :