Jean Henri-Labourdette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean-Henri Labourdette)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Jacques Henri-Labourdette.

Jean Henri-Labourdette

Naissance 4 décembre 1888
Paris
Décès 20 août 1972 (à 83 ans)
Saint-Laurent-du-Var
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Carrossier automobile
Ascendants
Henri-Jean Labourdette
Conjoint
Georgette Vial-Debacker

Jean Labourdette dit Jean Henri-Labourdette[1] est un carrossier automobile français de renom du début du XXe siècle, né à Paris le 4 décembre 1888 et mort le 20 août 1972 à Saint-Laurent-du-Var.

Citroën B2 Sport Caddy
Rolls-Royce Phantom III « Vutotal »

Historique[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de carrossiers, à la mort de son père, Henri-Jean Labourdette, en 1910, il reprend, avec son frère Fernand Henri-Labourdette, la direction de l'entreprise familiale fondée en 1855. Dès lors l'ancienne carrosserie de la rue Malakoff ne tarde pas à devenir l'une des plus célèbres de l'entre-deux guerre, grâce au recours à des techniques nouvelles et l'adoption de lignes résolument modernes. En 1912, le « torpédo-skiff », ainsi nommé en raison de sa ressemblance avec les bateaux, marque une étape décisive dans l'évolution de cette firme : de même que la carrosserie « Vutotal » sans montants, brevetée fin 1935 par l'ingénieur Joseph Vigroux[2].

L'activité des carrosseries Henri-Labourdette prit fin en 1939.

Réalisations[modifier | modifier le code]

La Rolls-Royce Phantom III « Vutotal » Cabriolet by Labourdette est actuellement dans la collection du musée automobile John W. Rich[3]. La sellerie de ce modèle de 1938 a été réalisée par Hooper and Co. sur châssis Sedanca de Ville.

Elle a ensuite tracé sa route jusqu'au garage de Jean-Henri Labourdette qui l'a complètement refaite à l'image de son inspiration (les skiffs), avec une poupe de navire très caractéristique. La carrosserie est plaquée or et ornée de bronzes et, à part le Spirit of Ecstasy de proue, plus rien ne la fait encore ressembler à une Rolls-Royce.

Quand Jean-Henri Labourdette s'est attaqué à la Rolls-Royce Phantom III « Vutotal » Cabriolet, une maison coûtait environ 4 000 $ aux États-Unis[4] et le travail qu'il a effectué sur cette automobile a été facturé 44 000 $, soit le prix de onze maisons moyennes[5].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Un siècle de carrosserie française (Edita S.A., Lausanne, Suisse): le seul ouvrage de référence sur Jean-Henri Labourdette[6] est sorti l'année de sa mort, en 1972.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Labourdette fut autorisé à faire précéder son patronyme de "Henri" et à s'appeler légalement à l'avenir "Henri-Labourdette", en vertu d'une ordonnance du Président du tribunal civil de la Seine rendu le 24 juin 1921.
  2. Jean-Paul Tissot, Delahaye. La belle carrosserie française, E.T.A.I., 2006. (ISBN 2-7268-8697-3)
  3. (en) « 1939/47 Rolls-Royce Phantom III "Vutotal" Cabriolet by Labourdette », sur jwrautomuseum.com (consulté le 24 juillet 2010)
  4. (en) « Money and Inflation 1940's », sur thepeoplehistory.com (consulté le 24 juillet 2010)
  5. (fr) « Rolls-Royce Phantom III "Vutotal" Cabriolet by Labourdette », sur leblogluxe.com
  6. (fr) « Histoire de la carrosserie Henri-Labourdette », sur carrosserie-labourdette.com (consulté le 24 juillet 2010)