Jean-Guillaume de Clèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Guillaume de Clèves
Image illustrative de l'article Jean-Guillaume de Clèves
Titre
Prince évêque de Münster
15741584
Prédécesseur Jean II de Hoya (de)
Successeur Ernest de Bavière
Duc de Clèves, comte de la Marck comte de Ravensberg
15921609
Prédécesseur Guillaume de Clèves
Successeur Anne de Prusse-Juliers (nl) et
Jean III Sigismond de Brandebourg
Duc de Juliers et de Berg
15921609
Prédécesseur Guillaume de Clèves
Successeur Anne de Clèves et
Philippe Louis de Neubourg
Biographie
Dynastie Maison de La Marck
Date de naissance 29 mai 1562
Date de décès 25 mars 1609
Père Guillaume de Clèves
Mère Marie de Habsbourg
Conjoint (1) Jacqueline de Bade (en)
(2) Antoinette de Lorraine (de)

Jean Guillaume de Clèves (29 mai 1562-25 mars 1609) (en allemand, Johann Wilhelm von Kleve, en néerlandais, Johan Willem van Kleef), est un duc de Clèves, de Berg et de Juliers, comte de la Marck et de Ravensberg de 1592 à 1609, second fils de Guillaume IV, duc de Clèves, de Berg, de Juliers, etc., et de Marie de Habsbourg, archiduchesse d'Autriche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dernier duc de Clèves, Berg, Juliers, comte de la Marck, de Ravensberg, seigneur de Ravenstein, n'ayant pas eu d'enfants de ses deux épouses :

Jean Guillaume de Clèves fut d'abord un fervent catholique, contrairement à son père qui était protestant et l'un des chefs de l'Union des Protestants d'Allemagne. De 1571 à 1574, il fut coadjuteur de la cathédrale de Munster, puis de 1574 à 1585, le 59e prince-évêque. Cette situation provoqua de violents conflits avec son père, lequel mourut le 5 janvier 1592 à Düsseldorf, laissant tout son héritage à cet unique fils.

Mais l'unique fils, avait trois sœurs, toutes trois mariées :

Avant sa mort, la santé mentale de Jean Guillaume se détériorait. Il fut qualifié de fou et pratiquement totalement écarté du gouvernement de ses vastes et puissants États que les Hohenzollern, les Wittelsbach, et même le duc de Saxe et l'empereur du Saint-Empire germanique (un Habsbourg) regardaient de "très près" !...

À sa mort les trois familles vont se déchirer pour hériter de l'ensemble de ces riches et puissants territoires, aboutissant à la guerre de Succession de Juliers, laquelle prendra fin par le traité de Xanten en 1614, suivi de nouveaux conflits qui se terminèrent définitivement par le traité de Clèves en 1666. La Maison de Hohenzollern-Brandebourg-Prusse reçue : Clèves, La Marck, et Ravensberg ; la Maison de Witteslbach-Bavière reçue : Juliers, Berg, Wijnendale, etc.