Jean-François Bergier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bergier.

Jean-François Bergier, né à Lausanne, le 5 décembre 1931 et mort le 29 octobre 2009[1], est un historien suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une licence en lettres obtenue à l'Université de Lausanne en 1954[2], il suit l'École nationale des chartes où il obtient le diplôme d'archiviste paléographe en 1957 grâce à une thèse intitulée Recherches sur les foires et le commerce international à Genève, principalement de 1480 à 1540[3].

Il est professeur d'histoire économique et d'économie sociale à l'université de Genève de 1963 à 1969[1], puis à l'École polytechnique fédérale de Zurich. Il est élu membre correspondant de l'Académie des sciences morales et politiques[4] et professeur associé en histoire économique du Moyen Âge à la Sorbonne de 1976 à 1978, avant de présider l'Association internationale d'histoire économique de 1982 à 1986[5]. En plus de nombreux ouvrages sur l'histoire économique du Moyen Âge, il publie plusieurs études sur l'économie liée aux Alpes[2].

Il préside de 1996 à décembre 2001 la Commission Bergier[6], formée d'un groupe d'experts indépendants chargés de faire la lumière sur les relations controversées entre la Suisse et le Troisième Reich[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Naissance et croissance de la Suisse industrielle, Berne, Francke,‎ 1974
  • Une histoire du sel, Fribourg, Office du Livre, coll. « L'histoire au quotidien »,‎ 1982 (ISBN 2130378218)
  • Histoire économique de la Suisse, Lausanne, Payot,‎ 1984 (ISBN 260100441X)
  • La Suisse en 500 dates, St-Sulpice, SQP Publication,‎ 1991
  • Europe et les Suisses : impertinences d'un historien, Carouge, Zoé,‎ 1996 (ISBN 2881821715)
  • (de) Die Schweiz in Europa : zeitgemässe Gedanken eines Historikers, Zurich ; Munich, Pendo,‎ 1998 (ISBN 3858423335)
  • « L'archiviste et l'historien : une vie de couple », Revue officielle mensuelle de l'Association des archivistes suisses, Berne, no 1,‎ 2000, p. 5-8.
  • « Les surprises d'un médiéviste en histoire contemporaine », Italia et Germania : liber amicorum Arnold Esch, Tübingen, M. Niemeyer,‎ 2001, p. 3-10 (ISBN 3484801573).
  • Guillaume Tell, Paris, Fayard,‎ 2001 (1re éd. 1988), 476 p. (ISBN 2213021384).
  • « Pour une histoire des Alpes, Moyen Âge et temps modernes », Le moyen âge, Bruxelles, Ashgate Variorum, vol. 108, no 2,‎ 2002, p. 377 (ISBN 0860786536).
  • Commission indépendante d'experts Suisse - Seconde Guerre mondiale, La Suisse, le national-socialisme et la Seconde Guerre mondiale : rapport final, Zürich, Pendo,‎ 2002 (ISBN 3858426024)
  • « Du plaisir d'être historien », Ego-histoires : écrire l'histoire en Suisse romande, Neuchâtel, Alphil,‎ 2003, p. 121-151 (ISBN 2940235066).
  • Pietro Boschetti, Les Suisses et les nazis : le rapport Bergier pour tous, Carouge, Zoé,‎ 2004 (ISBN 2881825206)
    Préface de Jean-François Bergier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'historien Jean-François Bergier est décédé », Swissinfo,‎ 29 octobre 2009 (lire en ligne).
  2. a et b Lucienne Hubler, « Jean-François Bergier » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 19 mars 2009.
  3. « Thèses de l'école des chartes », sur sorbonne.fr (consulté le 29 octobre 2009)
  4. Bibliothèque de l'École des chartes,‎ 1996 (lire en ligne), chap. 154-2, p. 749
  5. Myriam Meuwly, « Jean-François Bergier, historien, fils d'Anne-Marie et Charles », Le Temps,‎ 8 avril 2000, p. 5 (lire en ligne).
  6. « Site officiel de la Commission Bergier »
  7. Vidéo: Jean-François Bergier en 1998, il revient sur l'utilité de la commission Bergier, une archive de la Télévision suisse romande

Liens externes[modifier | modifier le code]