Jean-François-Joseph de Rochechouart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-François-Joseph de Rochechouart
Image illustrative de l'article Jean-François-Joseph de Rochechouart
Le cardinal de Rochechouart
Biographie
Naissance
Aureville
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 69 ans)
Paris
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Clément XIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Saint-Eusèbe
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par le card. Nicolas de Saulx-Tavannes
Évêque-duc de Laon
et pair de France

Orn ext cardinal duc et pair OSE.svg
Blason famille fr Rochechouart-Faudoas.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-François-Joseph de Rochechouart (1708-1777), fut évêque de Laon, cardinal et second pair ecclésiastique du royaume.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prêtre[modifier | modifier le code]

Fils de Charles de Rochechouart et Françoise de Montesquiou, Jean-François de Rochechouart est né le à Aureville dans le diocèse de Toulouse.

Après avoir étudié au séminaire à Saint-Sulpice et à l'Université de La Sorbonne, il fut nommé en 1724 prieur de Saint-Étienne de Castillon dans le diocèse de Carcassonne, et ordonné prêtre en 1732. Vicaire général de Nicolas de Saulx-Tavannes, archevêque de Rouen dès 1734. A ce titre il accompagna à Rome le cardinal de Saulx-Tavannes pour l'élection de Benoît XIV le 17 août 1740.[réf. nécessaire]

Évêque[modifier | modifier le code]

À son retour il refusa l'évêché de Dijon, et fut sacré le évêque-Duc de Laon au château de Gaillon (Eure), par le cardinal dont il était le vicaire général, assisté en particulier de Pierre-Jules-César de Rochechouart (évêque d'Évreux). À ce titre, il devint le second pair ecclésiastique du royaume.

Succédant à La Fare qui s'était beaucoup dépensé dans la lutte anti-janséniste et avait entretenu un climat de lutte contre les philosophes et les parlements, Jean-François-Joseph de Rochechouart eût à cœur de pacifier son diocèse autant par son tempérament mesuré que par conviction, se préoccupant davantage de la question sociale. C'est ainsi qu'il lança de grands travaux pour fournir du travail aux artisans (cathédrale et églises du diocèse, château d'Anizy-le-Château dans l'Aisne).

Il était également abbé commendataire des abbayes de la Madeleine de Châteaudun, de Saint-Rémy-de-Reims, de Signy-l'abbaye (Ardennes), de Saint-Ouen de Rouen.

Très proche du Saint-Père, il fut nommé par Louis XV ambassadeur à Rome auprès de Benoît XIV. Puis le roi le chargea d'une mission auprès du pape Clément XIII dont il avait favorisé l'élection. Il s'agissait de l'affaire de la Compagnie de Jésus qui fut définitivement supprimée.

Cardinal[modifier | modifier le code]

En 1756, Jean-François de Rochechouart fut proposé au cardinalat par le roi de Pologne, électeur de Saxe, et confirmé par le pape au titre de Saint-Eusèbe lors du consistoire du .

En 1757, il devint grand-aumônier de la reine Marie Leszczyńska. En 1762, le cardinal fut fait commandeur des ordres du roi et le duc de Choiseul lui fit obtenir l'ordre du Saint-Esprit. Fait exceptionnel, avec lui trois frères en furent gratifiés, contrairement à la règle, à laquelle il échappa en tant qu'ecclésiastique.

Revenu à la Cour, il assista à la mort de la reine, du dauphin et de son épouse. Le 11 juin 1775, il assista à Reims au sacre de Louis XVI, en qualité de pair du royaume; ce jour-là, il alla avec l'évêque de Beauvais chercher le roi pour le conduire à la cathédrale. Ses contemporains ont loué ses qualités d'esprit et de cœur, sa charité ainsi que son désintéressement. Plein de probité, le cardinal gouverna son diocèse avec modération et refusa plusieurs archevêchés pour ne pas quitter Laon où il ramena le calme, alors que l'administration de son prédécesseur fut profondément troublée par des querelles de jansénisme. Il mourut à Paris le .

Sources[modifier | modifier le code]

Portrait du cardinal Jean-François Joseph de Rochechouart par Pompeo Batoni
  • A. Chapeau, art. « Rochechouart (Jean-François-Joseph de) » de l'encyclopédie Catholicisme, t.XIII, fasc.59, col.35. Consulté.
  • Général Louis-Victor-Léon de Rochechouart, Histoire de la Maison de Rochechouart (Paris 1859, 2 tomes en 1 volume)
  • Georges Martin, Histoire et Généalogie de la Maison de Rochechouart (Imprimerie Mathias, 1990)