Jean-Daniel Cadinot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Daniel Cadinot

Surnom Tony Darcq, Tony Dark
Naissance 10 février 1944
Paris, France
Nationalité Français
Décès 23 avril 2008 (à 64 ans)
France
Profession réalisateur, scénariste, producteur de cinéma
Films notables Escaliers de service
Le désir en ballade
Cours privés
Site internet http://www.cadinot.fr/

Jean Daniel Cadinot, né le 10 février 1944 à Paris où il est mort le 23 avril 2008, est un réalisateur et producteur français de films pornographiques gays.

Il a donné son nom à un studio, l'un des premiers du genre en France, qui reste l'un des plus connus du pays.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cadinot est né en 1944 à Paris, au pied de la colline de Montmartre dans le quartier des Batignolles. Ses parents étaient tailleurs. En référence au métier de ses parents, Cadinot note avec ironie qu'alors que ses parents habillaient les hommes, il a gagné une réputation en les déshabillant.

Cadinot a découvert son homosexualité à l'âge de douze ans. Au début des années 1960, il a étudié à l'École nationale supérieure d'arts et métiers et à l'École nationale supérieure de la photographie. Il a commencé sa carrière professionnelle aux studios de Valois, où il a dirigé des films pédagogiques et traditionnels pour les assistants de langue française.

Il est décédé le 23 avril 2008, des suites d'un arrêt cardiaque selon son site officiel[1], à l'âge de 64 ans.

Photographe[modifier | modifier le code]

Jean Daniel Cadinot débute sa carrière de photographe à 19 ans[2]. Il fait connaître son talent de photographe avec ses portraits de nus d'auteurs (Yves Navarre) et de chanteurs (Patrick Juvet et Pascal Auriat). Il étend sa renommée en éditant des albums de photographies nues et homoérotiques ; avant 1980, il édite dix-sept albums de photos vendus à plus de 250 000 exemplaires dans le monde entier. À partir de 1980, il produit des films érotiques ou pornographiques gays.

Réalisateur de films[modifier | modifier le code]

Cadinot réalise son premier film, Tendres adolescents, sous son propre label, French Art (l'Art français). Il réalise ensuite, sous ce label, des dizaines de films en 16 millimètres. Ses réalisations développent en général des thèmes spécifiques, tels qu'une excursion de garçons scouts, la vie dans un internat ou un voyage à Venise. Souvent ces thèmes sont adaptés d'expériences autobiographiques, particulièrement de sa jeunesse. Les premières productions de Cadinot entremêlent souvent des scènes de sensualité adolescente avec des scènes plus hardcore.

Les films de Cadinot sont caractérisés par un l’éclairage de qualité et une approche souvent légère et facétieuse de la sexualité gay. Il y a généralement une histoire et un dialogue, bien qu'assez minimaliste ; ce sont souvent des rencontres occasionnelles qui conduisent les protagonistes aux plaisirs intimes. Cependant certains estiment que les derniers films de Cadinot sont plus conventionnels et se distinguent moins nettement des productions américaines ou est-européennes. Les scènes de sexe y prendraient souvent la place majeure au détriment de la situation dramatique et de la description des caractères et du milieu.

(Commentaire de Jean-Daniel Cadinot : « Cette phrase contredit le jugement précédent sur le conventionnel de mes films récents : Crecendo, Secrets de famille, Hammam, Service actif, Le désir en ballade, etc. »[3]).

Les garçons de ses films[modifier | modifier le code]

Les éléments caractéristiques de ses films sont souvent des garçons jeunes et minces. Certaines scènes de sexe anal sont typiquement dirigées vers le haut où le partenaire passif a une jambe levée de sorte que la pénétration puisse être clairement vue. Occasionnellement, il peut y avoir des scènes simulant des relations sexuelles non consenties.

Alors qu'aux États-Unis, les films gay où les protagonistes proviennent de différents groupes ethniques reçoivent la mention « interracial », Cadinot a toujours utilisé dans ses films des jeunes gens d'Afrique ou des pays d'Afrique du Nord sans en faire mention. On notera même que dans ses derniers films il n'y a presque que des garçons tunisiens.

Les films de Cadinot ont reçu plusieurs récompenses internationales et ils sont classés parmi les meilleurs du genre. Dans la version britannique de Queer as Folk, un acteur principal déclare à propos des films de Cadinot qu'ils font partie des meilleurs films gay érotiques.

(Commentaire de Jean-Daniel Cadinot : « Cette phrase contredit le jugement précédent sur le conventionnel de mes films récents : Crecendo, Secrets de famille, Hammam, Service actif, Le désir en ballade, etc. »[3]).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1989 GayVN Award - Meilleur réalisateur pour « Le désir en ballade »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel
  2. (Note de l'intéressé :) « À 19 ans, je réalise en free lance des portraits de jeunes acteurs de mon âge dont certains sont aujourd'hui des vedettes, tels que Nathalie Baye, Alain Chamfort, Jean Le Poulain ou encore Zizi Jeanmaire pour le magazine U.S After Dark dont j'étais le correspondant à Paris, puis des collaborations avec des magazines allemands tels que Him et Du Und Ich, le magazine de Claude François, Podium, In, Olympe et Hommes des éditions S.A.N., ainsi que des collaborations épistolaires avec Gai Pied. »
  3. a et b Commentaire porté par Jean-Daniel Cadinot lui-même, dans cet l'article, le 2 juillet 2006 à 19h 20, sous l'IP 82.254.25.154.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Les sites listés ci-après sont indépendants de Wikipédia et peuvent présenter un contenu pornographique.