Jean-Claude Monod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Claude Monod est un philosophe et cinéaste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 4 novembre 1970, ancien élève de l'École normale supérieure (Paris), agrégé et docteur en philosophie, il est chercheur au CNRS (UMR 8547, Archives Husserl) et enseigne au Département de philosophie de l'Ecole Normale Supérieure. Spécialiste de philosophie allemande contemporaine et de philosophie politique, il est l'un des principaux introducteurs en France de la pensée du philosophe allemand Hans Blumenberg et de l'ensemble des débats concernant le paradigme de la sécularisation.

Œuvres philosophiques[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de

  • "La Querelle de la sécularisation, de Hegel à Blumenberg" (Vrin, 2002, 2e édition avec une nouvelle postface 2012)
  • "Hans Blumenberg" (Belin, 2006)
  • "Penser l'ennemi, affronter l'exception. Réflexions critiques sur l'actualité de Carl Schmitt" (La Découverte, 2006)
  • "Sécularisation et laïcité" (PUF, 2007).

Il a publié en 2012 un ouvrage de philosophie politique, "Qu'est-ce qu'un chef en démocratie? Politiques du charisme" (Seuil, coll. "l'ordre philosophique").

Activités cinématographiques[modifier | modifier le code]

Il a par ailleurs réalisé plusieurs courts métrages de cinéma et coréalisé avec l'écrivain Jean-Christophe Valtat un moyen-métrage (43 min), Augustine, 2003, sorti en salles en 2011, sur une patiente du professeur Charcot, avec Maud Forget et François Chattot.