Jean-Claude Marcourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Claude Marcourt
Jean-Claude Marcourt.
Jean-Claude Marcourt.
Fonctions
Vice-Président du Gouvernement Wallon
Ministre de l'Économie, des P.M.E., du Commerce extérieur et des Technologies nouvelles
En fonction depuis le
Gouvernement Demotte II
Législature 5e législature wallonne
Prédécesseur Marie-Dominique Simonet (Technologies nouvelles, Relations extérieures)
Vice-Président du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Ministre de l'Enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles
En fonction depuis le
Législature 5e législature de la Communauté Française
Prédécesseur Marie-Dominique Simonet
Ministre wallon de l’Économie, de l’Emploi, du Commerce extérieur et du Patrimoine
Gouvernement Demotte I
Législature 4e législature wallonne
Prédécesseur Michel Daerden (Patrimoine)
Successeur Paul Furlan (Patrimoine)
André Antoine (Emploi)
Ministre wallon de l’Économie, de l’Emploi et du Commerce extérieur
Gouvernement Di Rupo II
Législature 4e législature wallonne
Prédécesseur Marie-Dominique Simonet (Relations extérieures)
Ministre wallon de l’Économie et de l’Emploi
Gouvernement Van Cauwenberghe II
Législature 4e législature wallonne
Prédécesseur Serge Kubla (Économie, P.M.E.)
Marie Arena (Emploi)
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Awans, Province de Liège
(Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Parti socialiste Logo du Parti socialiste belge.png
Conjoint Monique Marcourt-Defrene[1].
Diplômé de Université de Liège

Jean-Claude Marcourt

Jean-Claude Marcourt est un homme politique socialiste belge (PS), wallon, né à Awans (région liégeoise) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en droit de l’Université de Liège (1979), il exerce la profession d’avocat (dont il se met en congé trois ans plus tard) et rejoint un premier cabinet ministériel (Willy Claes, en 1988) en tant qu’expert pour la sidérurgie. Il entame, dès 1992, un long parcours de chef de cabinet des ministres Guy Mathot (1992-1994), Bernard Anselme (1994-1995), Jean-Claude Van Cauwenberghe (1995-1997), Elio Di Rupo (1998-1999) et Laurette Onkelinx (1999-2004), au sein de gouvernements de la Région wallonne, de la Communauté française Wallonie-Bruxelles et de l’État fédéral.

À la suite des élections régionales et européennes de juin 2004, il devient ministre de l’Économie et de l’Emploi de la Région wallonne dans un gouvernement présidé par Jean-Claude Van Cauwenberghe. Il lance et pilote alors le plan Marshall, charge de redéployer l’économie wallonne avec, notamment, la création de pôles de compétitivité. À la suite de la démission de celui-ci, emporté par l’affaire de la Carolorégienne et à qui succède Elio Di Rupo, il reçoit la compétence du Commerce extérieur en octobre 2005. En 2007, quand Elio Di Rupo, réélu président du PS, cède la présidence du gouvernement wallon à Rudy Demotte, il devient, en sus, ministre du Patrimoine.

Depuis le 4 décembre 2006, il est également conseiller communal de la ville de Liège.

Jean-Claude Marcourt fait partie en 2008 du groupe de 18 responsables politiques chargés de négocier la prochaine réforme de l’État sous la houlette d’Yves Leterme.

Aux élections du 7 juin 2009, Jean-Claude Marcourt emmène la liste PS pour le Parlement européen qui, premier part, remporte 3 sièges sur les 8 du collège francophone. À titre personnel, il récolte 155.409 voix de préférence. Appelé à rempiler dans le gouvernement Demotte II, il ne siègera toutefois pas à Strasbourg.

Il est en effet nommé vice-président des gouvernements wallon et communautaire à la tête, d’un côté, de l’Économie, les PME, le Commerce extérieur et les Technologies nouvelles et de l’autre de l’Enseignement supérieur.
Le 21 septembre 2010, alors que la Belgique attend un gouvernement fédéral depuis plus de trois mois, il est nommé coprésident, avec le député NVA Jan jambon, président du « Groupe de haut niveau (HLG) » chargé de plancher sur une réforme de la loi spéciale de financement, Groupe qui n’arrive pas à une proposition de compromis.

A l’automne 2011, il lance Creative Wallonia, programme-cadre destiné à placer l’économie wallonne sous le double signe de l’innovation et de la créativité.

Depuis octobre 2012, il est chef de groupe PS au Conseil communal de Liège.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Directrice générale de l'Université de Liège