Jean-Claude Bonnal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnal.

Jean-Claude Bonnal (né en 1953 à Saïgon) est un criminel français, d'origine vietnamienne, surnommé « le Chinois », reconnu coupable de six meurtres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1953 à Saïgon, Jean-Claude Bonnal est rapatrié en France trois ans plus tard avec sa famille pour vivre dans un bidonville en banlieue parisienne. « Second couteau » au sein du « gang de la banlieue sud » de Paris, il commence à réaliser des braquages de banques et de bureaux de poste en 1972, ce qui lui vaut d'être condamné au total à 41 ans de prison[1].

Affaires juridiques[modifier | modifier le code]

  • Acquitté en juin 2004 dans l'affaire du braquage du Printemps-Haussmann réalisé le 24 novembre 1998[1].
  • Condamné dans la nuit du 31 janvier au 1er février 2006 par la Cour d'assises du Val-de-Marne à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans pour deux affaires criminelles : une attaque du « Fontenoy », un bar-tabac d'Athis-Mons au cours duquel une fillette de 9 ans « épargnée » découvre le cadavre de ses deux parents, de la femme de ménage et d'une serveuse qu'il a tués. Un cambriolage raté au Plessis-Trévise au cours duquel il tue deux policiers. Ces deux affaires entraînent une polémique entre policiers et magistrats car Jean-Claude Bonnal venait d'être remis en liberté conditionnelle, dans l’attente d'un autre procès, la détention provisoire ne pouvant excéder deux ans selon la nouvelle loi Guigou sur la présomption d'innocence[2].

Documentaire télévision[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Un caïd maudit à la dérive », sur Le Parisien,‎ 21 octobre 2001
  2. Jacques Pradel, « Jean-Claude Bonnal, dit "le Chinois" », émission L'heure du crime sur RTL, 28 février 2013