Jean-Charles Snoy et d'Oppuers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Charles Snoy
Fonctions
Ministre des Finances
17 juin 19688 novembre 1971
Premier ministre Gaston Eyskens
Gouvernement Eyskens IV
Prédécesseur Robert Henrion
Successeur André Vlerick
Bourgmestre d'Ophain-Bois-Seigneur-Isaac
19701976
Successeur Commune fusionnée avec Braine-l'Alleud
Biographie
Date de naissance 2 juillet 1907
Lieu de naissance Ophain-Bois-Seigneur-Isaac, Drapeau de la Belgique Belgique
Date de décès 17 mai 1991
Lieu de décès Ophain-Bois-Seigneur-Isaac, Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité Belge Drapeau de la Belgique
Parti politique PSC
Diplômé de Université Catholique de Louvain et Harvard

Le comte Jean-Charles Snoy et d'Oppuers (né à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac, le 2 juillet 1907 et décédé à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac (Braine-l'Alleud) le 17 mai 1991) était un homme politique belge, attaché au PSC.

Études[modifier | modifier le code]

Jean-Charles Snoy fit ses humanités au Collège Saint-Pierre à Uccle. Il étudia ensuite le droit, l'économie et la philosophie thomiste à l'Université catholique de Louvain. Il poursuivra ses études d'économie à Harvard, où il deféndra, en 1932, une thèse de doctorat en sciences économiques sur la politique douanière américaine.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir travaillé pendant trois ans dans le secteur privé, Jean-Charles Snoy entra en 1934 au service du ministère de l'Industrie, des Classes moyennes et du Commerce extérieur, nouvellement créé pour faire face à la crise économique. En 1939, à 32 ans, il y fut promu Secrétaire général. Pendant la 2e guerre mondiale, il suit d'abord (en mai 1940) le gouvernement belge en exil dans le midi de la France, puis, sur instruction du gouvernement, retourne en Belgique en juillet 1940. Dès le mois d'août 1940, il est démis de ses fonctions par le régime militaire allemand d'occupation. Avec d'autres hauts fonctionnaires écartés comme lui, il forme alors un groupe chargé de récolter des renseignements économiques et financiers pour le gouvernement belge en exil à Londres, pour la préparation de l'après-guerre. Dès la libération de Bruxelles par les troupes alliées, en septembre 1944, il reprit ses fonctions de Secrétaire général du Ministère des Affaires économiques, poste qu'il occupera jusqu'à la fin de 1959. C'est dans ce cadre qu'il présida notamment la délégation belge lors de la Conférence intergouvernementale pour le Marché commun et l'Euratom. Il fut l'un des négociateurs et signataires du Traité de Rome le 25 mars 1957. Après sa démission du poste de Secrétaire général en 1959, il intégra le groupe Lambert.

En mars 1968, il fut élu député à la Chambre des représentants (arrondissement de Bruxelles) et devint, la même année, ministre des Finances dans le gouvernement Eyskens-Cools, poste qu'il occupa jusqu'en 1972. C'est lui qui fut l'instaurateur de la TVA en Belgique.

Sa contribution à la construction européenne fut solennellement reconnue par l'obtention, en 1983, du prix Robert Schuman, et par son élévation au titre de comte par le roi Baudouin, en 1982, à l'occasion du 25e anniversaire des Traités de Rome.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-Charles Snoy est le fils du baron Thierry Snoy et d'Oppuers (1862-1930), sénateur et bourgmestre d'Ophain-Bois-Seigneur-Isaac, et de sa seconde femme, Claire de Beughem de Houtem (1879-1946). En 1935, il épousa la comtesse Nathalie d'Alcantara (1914-2007), dont il aura sept enfants, parmi lesquels Thérèse Snoy, femme politique belge membre du parti Ecolo et Bernard Snoy, président de l'Association de la Noblesse du Royaume de Belgique(ANRB).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]