Jean-Charles Corbet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Charles Corbet

Nationalité française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Diplôme
Activité principale
Ancien président d'Air Lib
Autres activités
Formation
Conjoint
Marié
Famille
3 enfants

Jean-Charles Corbet est un chef d'entreprise et aviateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École nationale de l'aviation civile (ÉNAC) de Toulouse, dans la filière pilote de ligne (EPL 74[1]), il commence sa carrière de pilote de transport public au Gabon, en attendant de pouvoir intégrer la compagnie Air France. Pilote de ligne à Air France, il exerce successivement les fonctions d'officier pilote de ligne sur Boeing 737 et 747, puis commandant de bord sur Airbus A320 avant d'être qualifié sur Airbus A340.

À la tête de la section du Syndicat national des pilotes de ligne chez Air France, il est à l'origine d'une grève de dix jours dans cette compagnie, juste avant la coupe du monde de football de 1998[2]. En 2001, il dirige un temps la compagnie Air Lib, entreprise antérieurement née de la fusion d'AOM avec Air Liberté.

Amateur de rugby à XV, Jean-Charles Corbet est également un motocycliste accompli.

Reprise d'AOM-Air Liberté[modifier | modifier le code]

Le 27 juillet 2001, Jean-Charles Corbet, au travers de la société Holco (HOLding COmmercial), propose de reprendre les actifs du groupe AOM-Air Liberté, alors sous contrôle judiciaire, pour un euro symbolique. Bien que ne disposant d'aucune surface financière, ni d'expérience comme dirigeant d'entreprise, son offre, considérée comme la plus complète et la plus aboutie des 17 offres de reprise concurrentes, est retenue par le Tribunal de de Commerce de Créteil.

Condition essentielle de l'offre de reprise de HOLCO, le plan de reprise est assorti d'un engagement de la compagnie Swissair, précédemment actionnaire d'AOM, de verser 1,250 milliard de FRF au repreneur dans le cadre d'un protocole homologué par le Tribunal de Commerce.

Les attentats du 11 septembre conduiront à la faillite de Swissair et une partie seulement de l'argent promis sera versée (environ 1 milliard). Les conséquences pour Air Lib de cette défaillance de Swissair amèneront l'État à accorder un prêt de 30.5 millions d'euros, en décembre 2001, à la compagnie Air Lib grâce à l'ancien ministre communiste des transports, Jean-Claude Gayssot.

Le changement de gouvernement en 2002 conduit, sur avis du nouveau secrétaire d'État aux transports, Dominique Bussereau, au non-renouvellement du prêt accordé, à l'exigence de son remboursement immédiat et au non-renouvellement de la licence d'exploitation de la compagnie aérienne.

La faillite le 17 février 2003 d'Air Lib, entraîne la mise au chômage des 3 200 salariés de l'entreprise.

Plusieurs opérations ont fait peser un doute entre mauvaise gestion et volonté d'enrichissement personnel, ce qui donnera lieu à une commission d'enquête parlementaire. La justice tranchera finalement en condamnant le PDG à prison ferme. Parmi ces opérations, on peut citer :

  • l'une des premières décisions du président Corbet, à son arrivée à la tête de cette entreprise en difficulté, le 28 septembre 2001, est de s'octroyer d'une "prime de bienvenue",
  • il signe un contrat avec une banque canadienne, la CIBC, pour qu'elle l'assiste dans son projet de reprise. Au titre de ce contrat, il verse 9 millions d'Euros à la banque (la justice le relaxera pour ce chef de poursuite).
  • il crée deux filiales "offshore" aux Pays-Bas (filiale de détention des avions du groupe) et au Luxembourg (filiale de prise de participation pour la formation des navigants), qu'il dote respectivement en capital de 10 millions d'euros pour la première et 1 million d'euros pour la seconde (la justice le relaxera en partie pour ces chefs d'accusation),
  • afin de recouvrer le différentiel des sommes dues par Swissair, il crée une fiducie luxembourgoise, Pegler and Blach, chargée de poursuivre la compagnie Suisse. Il provisionne 9,14 millions d'euros au titre du contrat de fiducie.

S'ensuit une commission parlementaire chargée d'interroger Jean-Charles Corbet sur l'emploi des fonds publics octroyés à la compagnie. Cette commission dont le Président reconnait le caractère non constitutionnels dérape pour interroger Jean-Charles Corbet sur les fonds versés par Swissair. Le président de cette commission parlementaire accuse alors le dirigeant de la compagnie Air Lib d'avoir détourné des fonds et transmet son rapport à la justice.

Le 25 septembre 2007, le tribunal correctionnel de Paris le condamne à un an et demi de prison ferme et 14 millions d'euros de dommages-intérêts[3]. Il est déclaré coupable de n'avoir pas consacré à la compagnie Air Lib, la totalité des 150 millions d'euros versés par Swissair alors que d'autres virements avaient été effectués vers les autres sociétés du groupe « Holco »[4]. Le 27 février 2009, la Cour d'appel de Paris confirme cette condamnation. M. Corbet fait part, via ses avocats, de son intention de se pourvoir en cassation[5].

Le 30 juin 2010, pour ne pas modifier la jurisprudence existante sur des affaires similaires, la Cour de cassation rejette le pourvoi formé par Jean-Charles Corbet, en arguant qu'il ne lui appartenait pas de contester les décisions des juges du fond et ainsi rendu définitive sa condamnation à 18 mois de prison ferme[6] pour ne pas avoir affecté les fonds, que lui avait contractuellement et de manière définitive donnés Swissair, conformément au protocole signé entre la compagnie suisse et lui-même les 31 juillet et 1er août 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. livre 50 ans d'Enac au service de l'aviation page 352
  2. Jean-Charles Corbet, l'ancien patron d'Air Lib à la barre, consulté sur site www.lefigaro.fr le 29 avril 2012
  3. Jean-Charles Corbet, Air Lib et mission commandée, 04/06/2007, consulté sur site airbus.20minutes-blogs.fr le 29 avril 2012
  4. L'ancien PDG d'Air Lib condamné à un an et demi de prison ferme, 27/02/2009, consulté sur site www.lemonde.fr le 23 avril 2012
  5. Prison ferme confirmée pour l'ex-pdg d'Air Lib, 27/02/2009, consulté sur site www.lefigaro.fr le 29 avril 2012
  6. Air Lib: la condamnation de Jean-Charles Corbet confirmée en appel, 27/02/2009, consulté sur site www.lexpress.fr le 29 avril 2012