Jean-Charles-Joseph Laumond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laumond.
Portrait de Jean-Charles-Joseph Laumond par François Dumont

Jean-Charles-Joseph Laumond est un administrateur français né à Arras le 9 juillet 1753, mort à Paris le 10 mars 1825[1]. Il fut notamment consul général de Smyrne[2] et premier préfet du Bas-Rhin (1800-1802).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été secrétaire général de l'intendance des Flandres de 1773 à 1784, il est le secrétaire particulier du comte d’Aiguillon ancien ministre de Louis XV qui fait appel à lui pour rédiger ses mémoires. Puis de 1784 à 1790, il occupe le poste de secrétaire en chef de l'Intendance de Lorraine. Il est ensuite administrateur général des Domaines nationaux, puis nommé consul à Smyrne.

Pendant la Révolution, en 1798, il est commissaire à titre civil pour l’armée d’Italie.

Le Consulat le nomme préfet du Bas-Rhin. Napoléon lui donne carte blanche et il commence de libérer les émigrés du Bas-Rhin, et à restaurer le culte catholique. Dès le printemps 1800, il remplace dans ce département alsacien les anciens fonctionnaires du Directoire par des bonapartistes. Il ne comprend pas l'allemand et se fait traduire chaque jour la presse allemande. Il se plaint à Paris du journal antibonapartiste allemand Chronik der Franken. La réponse tarde à venir, le 28 septembre 1800 il interdit de sa propre autorité ce journal, qui réapparaît sous le nom Fränkischer Merkur, pour aussitôt être interdit de parution[3].

Il est ensuite préfet de la Roer en poste à Aix-la-Chapelle, pays conquis, où il doit faire la police. Mais il pense que l'oppression ne mène à rien et il ne livre aucune personne au gouvernement français ; les habitants ne lui reprochent aucun abus d'autorité[4].

Son dernier poste de préfet sera en Seine-et-Oise de 1806 à 1810.

Il occupe jusqu'en 1815 la direction générale des Mines[5] puis est promu dés 1812 conseiller d’État à vie.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles-Joseph Laumond, Statistique sur le département du Bas-Rhin, Paris, Le Clere,‎ 1801, 284 p.
  • Programme de la fête du premier vendémiaire an IX, éd. Berger-Levrault
  • Avis sur les moyens de prévenir l'insalubrité des habitations qui ont été submergées, éd. Berger-Levrault.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Jean Charles Joseph Laumond est nommé membre de la Légion d'honneur le 10 vendémiaire de l'An XII (2 octobre 1803) sous la Révolution, « commandant » le 26 prairial de l'An XII (14 juin 1804) au début du Premier Empire, puis chevalier de l'Empire par lettres patentes du 29 juin 1808[6]. Son traitement de commandant est suspendu pendant la période où il est conseiller d'État, traitement qu'il retrouve sous la Restauration en août 1814 ; enfin, à la suite de l'ordonnance du 28 mars 1816 sur les modifications des titres de l'ordre, il n'est plus « commandant » mais « commandeur »[1].

Il avait reçu de Napoléon le titre de comte de l'Empire par lettres patentes du 31 décembre 1809[7].

Ses armoiries étaient : tiercé en fasce d'azur à deux palmes d'or, de gueules au signe des chevaliers et d'or à la levrette passant de sable : franc-quartier des comtes conseillers d’État, brochant sur le tout.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Larousse, « Laumond (Jean-Charles-Joseph) », Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, vol. 10e, Paris,‎ 1873, p. 250
  • Louis-Gabriel Michaud, « Laumond (Jean-Charles-Joseph) », Biographie universelle ancienne et moderne, vol. 70e, Paris, 1811, 1er éd.,‎ 1842, p. 375-377
  • Annuaire nécrologique ou complément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historique, vol. 6, éd. Ponthieu, 1826
  • M. L. Viansson-Ponté, Jean-Charles-Joseph comte Laumond, 1753-1825, éd. Imprimerie Berger-Levrault, 1897
  • Jean-Charles Joseph de Laumond, Mémoires, Académie de Stanislas, Nancy, 1896
  • Antoine-Alexandre Barbier, Charles Théodore Beauvais de Préau, Dictionnaire historique: ou Biographie universelle classique, vol. 2, éd. C. Gosselin, 1829
  • Adolphe de Cardevacque, Dictionnaire biographique du département du Pas-de-Calais, éd. Sueur-Charrney, 1879
  • Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d'Empire: avec la liste des membres de la noblesse impériale (1808-1815), Bibliothèque napoléonienne vol. 11, éd. Tallandier, 2003, (ISBN 978-2-84734-071-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no LH/1497/34 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  2. Grégoire Jacques Lange, Éphémérides normandes, vol.1 , p. 44, éd. Bonneserre, 1833.
  3. (nl)Oldenbourg Verlag, Information und Propaganda: die Presse deutscher Jakobiner im Elsaß (1791-1800), 2004, [lire en ligne].
  4. Louis Gabriel Michaud, Biographie des hommes vivants : ou, Histoire par orde alphabétique de la vie publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs actions ou leurs écrits, Volume 4, 1818, p. 131, [lire en ligne].
  5. « Comte Jean-Charles-Joseph LAUMOND (1753-1825), Directeur Général des Mines de 1810 à 1815 », sur le site des Annales des mines, journal créé en 1794 (consulté le 16 janvier 2013).
  6. Archives nationales, BB/29/970, p. 115.
  7. Archives nationales, BB/29/966, p. 440.